Les enfants et le VIH/SIDA

Le rapport de l’ONUSIDA indique que des progrès ont été réalisés dans la lutte contre le VIH mais d’énormes défis restent à relever

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ06-1378/Pirozzi
Thembi Ngubane, 19 ans, en compagnie de sa fille, chez elle, dans le township de Khayelitsa au Cap, en Afrique du Sud. Thembi est séropositive mais sa fille demeure séronégative, grâce à la participation de Thembi à un programme de prévention contre le SIDA.

Par Chris Niles

NEW YORK, 29 juillet 2008 – Le Rapport 2008 sur l’épidémie de SIDA dans le monde, publié aujourd’hui par l’ONUSIDA, indique que le nombre de décès dus au SIDA diminue par rapport aux années précédentes et  qu’il y a moins de personnes contractant le virus.

« Les résultats sont encourageants », a dit le chef du Département des programmes VIH/SIDA de l’UNICEF, Jimmy Kolker.

« La mise sous traitement des gens s’est révélée efficace » a-t-il ajouté. « Cela veut dire que les gens vivent plus longtemps et que les messages de prévention semblent passer, bien qu’il y ait encore d’énormes défis restant à relever concernant la prévention de nouvelles infections. »

L’ONUSIDA, le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/SIDA, rassemble 10 organisations – dont l’UNICEF –  pour la prévention de nouvelles infections au VIH, les soins apportés aux séropositifs, et l’atténuation de l’impact du SIDA dans le monde entier. Tous les deux ans, avec son rapport mondial, l’ONUSIDA publie des statistiques mises à jour sur le SIDA.

Donner un plus large accès au traitement

Le rapport mondial de l’ONUSIDA de cette année se situe à mi-chemin entre la Déclaration internationale d’engagement de lutte contre le SIDA de 2001 et 2015, la date de l’Objectif du Millénaire pour le Développement fixée pour inverser la tendance de l’épidémie.

Des fonds internationaux, multipliés par six depuis 2001, ont aidé à ce que davantage de patients aient accès au traitement permettant de sauver la vie. Mais le rapport de l’ONUSIDA précise que les progrès sont inégaux et que l’évolution future de la maladie est loin d’être certaine.

Le rapport fait observer que la tendance de l’épidémie ne peut être inversée sans diminution du taux des infections nouvelles. À cette fin, les programmes visant à la prévention de la transmission du VIH de la mère à l’enfant ont connu d’énormes progrès au cours des deux dernières années.

S’axer sur le dépistage précoce

« Dans les pays à faibles et moyens revenus, le pourcentage de femmes ayant accès à un traitement préventif pour leur nouveau-né est passé de 9 pour cent en 2004 à 33 pour cent en 2007, ce qui est spectaculaire », a dit M. Kolker.

Mais le nombre d’enfants nouvellement infectés n’a que légèrement baissé – passant à 270 000 en 2007, contre environ 300 000 l’année précédente – selon l’ONUSIDA.

« Il faudrait mettre l’accent cette année sur l’intégration des services », a dit M. Kolker, ajoutant que la priorité de l’UNICEF serait d’organiser un ensemble de services de soins pour les femmes et les enfants – en s’axant particulièrement sur la possibilité de dépister le VIH chez les très jeunes enfants.

« Un défi pour notre génération »

Une autre priorité pour l’UNICEF va concerner les plus de 2 millions de jeunes de 15 à 24 ans qui sont séropositifs.

Dans ce groupe, les taux d’infection n’ont pas chuté et il est dérangeant de constater que les connaissances sur la prévention du VIH demeurent faibles. Seulement 40 pour cent environ des adolescents des pays à faibles et moyens revenus sont en mesure de répondre correctement à cinq questions simples sur la façon dont on est contaminé et sur les moyens de prévention.

« Pour ce qui est des connaissances de base sur le VIH, nous avions fixé en 2001, pour cette année, un objectif de plus de 90 pour cent et nous en sommes loin », a dit M. Kolker. Il a poursuivi en soulignant que l’UNICEF travaillait avec ses partenaires pour identifier les jeunes à risque et mettre des moyens en place pour les atteindre.

« Le nombre de décès dus au SIDA est en baisse. C’est le signe que nous sommes sur la bonne voie, mais il y a chaque année des millions de décès et 33 millions de personnes sont séropositives. C’est donc un immense défi pour notre génération », a dit M. Kolker.


 

 

Vidéo (en anglais)


29 juillet 2008 :
Le chef du Département des programmes VIH/SIDA de l’UNICEF, Jimmy Kolker, commente ce qu’implique le rapport sur l’épidémie mondiale de l’ONUSIDA de cette année.
 VIDEO  haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Campagne contre le SIDA

  Ce site est uniquement disponible en anglais.
Recherche