Les enfants et le VIH/SIDA

Un rapport note que la campagne contre le SIDA s’accélère en dépit d’importants obstacles

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ-1318/Versiani
Une jeune fille séropositive au VIH dans l’Etat de Rio de Janeiro (Brésil). Elle et sa mère reçoivent une thérapie antirétrovirale dispensée gratuitement par le Ministère de la santé.

Par Dan Thomas

NEW YORK, Etats-Unis, 16 janvier 2007 --  Une campagne visant à donner aux enfants une place prioritaire dans la lutte contre le SIDA s’accélère dans le monde mais il faudra accomplir des efforts bien plus importants, affirme un rapport qui fait le bilan de la première année de la campagne.

La campagne, UNISSONS POUR LES ENFANTS, CONTRE LE SIDA, a été lancée par l’UNICEF, ONUSIDA et nombre d’autres partenaires aux Nations Unies à New York le 25 octobre 2005. Son but : donner aux enfants, largement ignorés jusqu’alors, une place prépondérante dans l’intervention de la communauté internationale face à la pandémie de SIDA.

Un rapport publié aujourd’hui, premier anniversaire d’une campagne qui durera 5 ans, montre que certains pays ont bien progressé dans la prévention de la transmission du VIH de la mère à l’enfant et dans les traitements accordés aux enfants qui vivent avec le VIH.

Mais le nombre de femmes enceintes séropositives recevant les traitements antirétroviraux (ARV) nécessaires reste scandaleusement bas.  En 2005, on estime que seulement neuf pour cent des femmes enceintes séropositives au VIH vivant dans des pays à bas ou moyens revenus recevaient des ARV pour empêcher la transmission du virus à leur bébé, alors qu’elles étaient trois pour cent en 2003.

Prévenir l’infection des mères

« Il est urgent d’aider les enfants affectés par le VIH/SIDA, a déclaré mardi Mme Ann M. Veneman, Directrice générale de l'UNICEF. La campagne UNISSONS-NOUS POUR LES ENFANTS, CONTRE LE SIDA, a pour mission de procurer un traitement aux enfants séropositifs, de prévenir la transmission de la mère à l’enfant et d’aider les enfants rendus orphelins par le SIDA. Nous devons accélérer le mouvement pour obtenir des résultats positifs en faveur des enfants. »

Prévenir la transmission du VIH de la mère à l’enfant et protéger les mères du VIH/SIDA sont deux objectifs capitaux. Quelque 530 000 enfants de moins de quinze ans ont été infectés par le VIH en 2006, en majorité par transmission de la mère à l’enfant. Sans traitement, 50 pour cent des nourrissons infectés mourront avant leur deuxième anniversaire.

En Namibie, le pourcentage de femmes enceintes séropositives au VIH recevant des antirétroviraux (ARV) pour empêcher la transmission du virus au bébé est passé de six pour cent en 2004 à 29 pour cent en 2005. En Afrique du Sud, ce pourcentage est passé de 22 en 2004 à 30 en 2005.

Un traitement pour les enfants

Le rapport relève une accélération notable dans la fourniture de traitements pédiatriques, ce qu’on peut attribuer à un meilleur dépistage, une amélioration des compétences du personnel soignant, une baisse du prix des médicaments et une simplification de la posologie.

Plusieurs pays, dont le Botswana, l’Inde, le Rwanda, l’Afrique du Sud et la Thaïlande, ont été en mesure de soigner un plus grand nombre d’enfants séropositifs en les intégrant à des sites de traitement pour adultes.

A l’échelle mondiale, seulement dix pour cent des enfants qui en ont besoin reçoivent des médicaments antirétroviraux. Seulement quatre pour cent des bébés de mères séropositives reçoivent un traitement prophylactique pour empêcher des maladies opportunes potentiellement mortelles.

Stratégies de prévention

Le rapport affirme que les interventions s’intéressent à nouveau à la nécessité de focaliser les stratégies sur les adolescents et les jeunes dont la situation est la plus risquée. Ce groupe comprend les jeunes femmes ; globalement en effet, il y a plus de jeunes femmes infectées que de jeunes hommes. En Côte d’Ivoire et au Kenya, par exemple, on compte cinq jeunes femmes infectées pour un jeune homme.

Les disparités entre orphelins et non-orphelins qui existent dans l’accès à l’éducation ont été considérablement réduites en plusieurs pays, en particulier grâce à l’abolition des frais de scolarité, note le rapport.

Enfin, le rapport fait valoir que le recueil et la ventilation des données par groupes d’âge et par sexe est l’un des moyens les plus importants, les plus simples et  les plus efficaces d’inclure les enfants dans les programmes de lutte contre le SIDA. Le rapport se sert pour la première fois d’une ligne de base qui servira de point de départ pour évaluer les données quantifiables, nouvelles ou existantes, afin de relever les tendances discernables concernant les enfants et le VIH/SIDA

 



 

 

Vidéo (en anglais)

16 janvier 2007 :
le correspondant de l’UNICEF Dan Thomas présente les temps forts de la première année de la campagne UNISSONS-NOUS POUR LES ENFANTS,  CONTRE LE SIDA, produit par Anwulika Okafor et révisé par Rachel Warden.
 VIDEO  haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Campagne contre le SIDA

  Ce site est uniquement disponible en anglais.
Recherche