Les enfants et le VIH/SIDA

A la conférence de Paris, une nouvelle initiative pour aider les enfants touchés par le SIDA

Image de l'UNICEF
© UNICEF/2006/Thomas
Des représentants participent à la Conférence sur l'enfance et le SIDA, qui se déroule actuellement à Paris.

Par Patrick McCormick

PARIS, 15 juin 2006 – A l’ouverture d’un colloque sur l’enfance et le SIDA, le ministre français des affaires étrangères, Philippe Douste-Blazy, a fait part de son espoir de voir une nouvelle taxe sur les billets d’avion venir en aide aux millions d’enfants affectés par le VIH/SIDA.

En France, la taxe ajoutera 1 euro à chaque billet de ligne intérieure et européenne et 4 euros pour les vols long-courriers. Elle entrera en application le 1er juillet. Le gouvernement espère atteindre jusqu’à 300 millions d’euros chaque année, pour combattre la tuberculose, le paludisme et le VIH/SIDA. La France, le Chili, le Brésil, la Norvège et le Royaume-Uni lancent l’initiative et de nombreux pays ont indiqué qu’ils avaient l’intention de suivre.

Le ministre des affaires étrangères a appelé la communauté internationale à répondre aux besoins des millions d’enfants affectés par le SIDA et de « combattre cette injustice ».

« Cette initiative, a-t-il dit lors de son allocution, est indispensable car les plus jeunes sont souvent laissés de côté dans le combat mené contre le SIDA ».

Image de l'UNICEF
© UNICEF/2006/Dujardin
Le Ministre français des Affaires étrangères Philippe Douste-Blazy parle à la Conférence sur les enfants et le SIDA.

Le SIDA défait les avancées du développement

Kerrel McKay, orpheline jamaïcaine de vingt ans qui a contribué au lancement de la campagne « UNISSONS-NOUS POUR LES ENFANTS CONTRE LE SIDA » l’année dernière aux Nations Unies, a parlé avec émotion des millions d’enfants qui grandissent avec des parents infectés par la maladie.

« Il est temps que le monde se réveille et prenne conscience que le VIH/SIDA n’affecte pas seulement les adultes, a-t-elle dit. Lorsque les adultes décident comment combattre la crise du SIDA dans le monde, les enfants doivent faire partie de leurs préoccupations. Les besoins des enfants doivent être inscrits dans les budgets et les plans nationaux consacrés à la pandémie ».

Peter McDermott, responsable du programme VIH/SIDA à l’UNICEF, a remercié le gouvernement français de son action déterminante dans la lutte pour les enfants affectés par le VIH/SIDA et a rappelé à l’auditoire que pour chaque enfant qui meurt du SIDA, il y en a plus d’une centaine chargés de prendre soin d’un parent malade ou mourant.

« Le SIDA a défait en 10 ans ce que la communauté internationale a mis 50 ans à essayer de construire. Nous avons vu une rechute de la mortalité infantile, de la morbidité infantile, de l’accès à l’éducation, aux soins de santé, les avancées en terme de développement ont été effacées en une décennie, et le pire pour les enfants est à venir ».

« Nous ne sommes pas réunis pour nous demander ce qu’il faut faire. Nous savons ce qu’il faut faire » a-t-il ajouté indiquant que jusqu’à présent ce qui avait été fait avait été trop modeste, trop tardif et touchant trop peu de monde.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/2006/Sawyer
Le Chef du Programme pour le VIH/SIDA de l'UNICEF, Peter McDermott, intervient à la conférence.

Faire monter en puissance les programmes pour enfants

Rima Salah, la directrice adjointe de l’UNICEF a clôturé l’ouverture de ce colloque en mettant l’accent sur le fait que le succès ne sera réellement atteint que quand tous les secteurs de la société seront unis pour les enfants contre le SIDA.

Les participants se sont répartis en trois groupes de travail dans l’après-midi pour discuter des traitements pédiatriques du SIDA, des réponses de la famille et de la communauté, et de la montée en puissance des réponses nationales.

« Enfance et SIDA : faire reculer la maladie dans les pays en développement », rassemble les 15 et 16 juin à Paris des acteurs des secteurs public et privé, pour étudier des moyens de faire monter en puissance les programmes concernant les enfants affectés par la pandémie.

Ce colloque parisien s’inscrit dans la campagne mondiale « Unissons-nous pour les enfants contre le SIDA » lancée le 25 octobre 2005 par les Nations Unies et dirigée par l’UNICEF.
La campagne vise quatre domaines clés :

  • la prévention de la transmission du virus de la mère à l’enfant,
  • les traitements pédiatriques pour les enfants infectés par le virus,
  • la prévention de nouvelles infections chez les adolescents et les jeunes,
  • le soutien aux enfants affectés par le VIH/SIDA.

Le colloque a été organisé par des partenaires publics, humanitaires et privés : l’Agence française de développement (AFD), l’Agence nationale de recherche sur le SIDA (ANRS), ESTHER, la mairie de Paris.

Dan Thomas a contribué à cet article.


 

 

Vidéo

15 juin 2006 :
Reportage depuis Paris du correspondant de l'UNICEF Thomas Arrivé sur la Conférence sur l'enfance et le SIDA. Filmé et produit par Bill Horn.

 VIDEO haut | bas



Prof. Michel Kazatchine, Ambassadeur français chargé de la lutte contre le VIH/SIDA, explique comment la taxe sur les billets d'avion va aider les enfants.

 VIDEO haut | bas
(en anglais)



Mme Joy Phumaphi, Directrice Générale adjointe de l'OMS, espère que la conférence aboutiera à des actions.

 VIDEO haut | bas
(en anglais)



Mme Rima Salah, Directrice générale adjointe de l'UNICEF, explique l'importance de cette conférence.

 VIDEO haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Liens


(Ce site existe uniquement en anglais)

Site web du colloque enfance et SIDA

Recherche