Les enfants et le VIH/SIDA

Le Forum mondial des partenaires promet d’agir en faveur des enfants et contre le SIDA

Image de l'UNICEF
© UNICEF/ HQ05-0730/Christine Nesbitt
Des filles dans le centre de soins de quartier situé à Sihlangatsini près de Mbabane, Swaziland. Un bon nombre des enfants qui fréquentent ce centre viennent de foyers dirigés par un enfant ou ont été touchés par le VIH/SIDA.

Par Dan Thomas

LONDRES, Royaume-Uni, 10 février 2006 –  Engagés ensemble pour venir en aide aux enfants touchés par le VIH/SIDA, plusieurs partenaires ont achevé une rencontre de deux jours en promettant de faire davantage et mieux.

« Nous devons nous axer sur l’action, Nous devons faire en sorte que notre action améliore la vie des enfants, de leur famille et de leur communauté », a déclaré au Forum mondial des partenaires la Baronne Royall, de la Chambre des Lords du Royaume-Uni, à propos des enfants affectés par le VIH/SIDA.

« Les projecteurs sont clairement braqués sur le SIDA et c’est à juste titre qu’on attend de nous des réalisations », a-t-elle dit dans son discours de clôture.

Le Forum mondial des partenaires de cette année, accueilli par l’UNICEF et le Ministère britannique du développement international (DFID) à Lancaster House, à Londres, s’est déroulé les 9 et 10 février. Il a réuni des représentants de plus de 90 organisations internationales, ONG et gouvernements, afin de renforcer les actions concrètes en faveur des enfants pris dans la pandémie du SIDA.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/2006 Dan Thomas
La Baronne Royall, de la Chambre des Lords du Royaume-Uni, lance un appel à l’action.

Des enfants qui vivent avec des parents malades ou mourants restent extrêmement vulnérables, et on estime à quatre millions le nombre d’enfants infectés qui n’ont pas accès à des traitements adéquats.

L’éducation est une arme contre le SIDA

Pour la première fois depuis son lancement en 2003, le Forum a été précédé d’une Consultation technique à laquelle ont participé environ 150 représentants de la société civile, des gouvernements, des donateurs bilatéraux et multilatéraux, des organisations des Nations Unies et des universitaires du monde entier.

La Consultation technique a donné lieu à des recommandations dont une bonne partie ont fait l’objet d’une discussion au Forum mondial des partenaires, où l’on a demandé aux délégués de classer selon leurs préférences les diverses interventions visant à aider les enfants touchés par le SIDA. C’est ainsi qu’une nette majorité de votants a préconisé l’abandon des frais de scolarité et estimé qu’il était nécessaire de permettre aux filles d’achever leurs études secondaires.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/2006 Dan Thomas
La Ministre ivoirienne de la lutte contre le SIDA, Christine Nebout-Ajobi

L’éducation est l’une des armes les plus importantes dont nous disposons contre la propagation du SIDA, selon un communiqué de presse commun diffusé par l’UNICEF, l’ONUSIDA et le Ministère britannique du développement international (DFID). L’abolition des frais de scolarité au niveau du primaire constitue une étape essentielle vers l’éducation pour tous. Cela ne sera possible que si la communauté internationale accorde davantage de fonds aux gouvernements qui franchissent courageusement le pas et suppriment les frais de scolarité.

En outre, il est capital d’assurer aux filles un accès à l’éducation sur un pied d’égalité avec les garçons, d’autant plus qu’elles sont affectées par le VIH/SIDA de façon disproportionnée. Le Gouvernement britannique est un partenaire clé de l’Initiative des Nations Unies pour l’éducation des filles (UNGEI), une initiative menée par l’UNICEF pour combler le fossé entre garçons et filles dans le domaine de l’éducation.

L’accès des enfants à des médicaments permettant de sauver la vie a constitué également cette année un sujet primordial au Forum mondial des partenaires et beaucoup de délégués ont dénoncé le fait que les médicaments contre le SIDA destinés aux enfants soient d’un coût environ six fois supérieur à celui des traitements pour les adultes.

Travailler ensemble

Lors d’un entretien accordé jeudi soir, Hilary Benn, le Secrétaire d'Etat du Royaume-Uni pour le développement international , a déclaré qu’il était crucial que les communautés touchées, les gouvernements, les organisations de la société civile, celles des Nations Unies et les pays donateurs travaillent en partenariat.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/2006 Dan Thomas
Peter McDermott, Chef du Programme pour le VIH/SIDA de l’UNICEF

« Vous ne maintiendrez pas les gens en vie tant que les pays en développement n’auront pas la capacité et l’argent leur permettant de disposer de médecins et d’infirmières, d’acheter des médicaments, de faire fonctionner des centres médico-sociaux, de procéder à des examens, et de décider qui a besoin d’un traitement ART (thérapie antirétrovirale). Et rien de tout cela ne pourra se faire si la communauté internationale n’apporte pas son appui, son argent et son aide technique. Dans ces conditions, un effort mené en commun est vraiment nécessaire pour être en mesure de vaincre cette épidémie », a dit Hilary Benn.

Le Forum mondial des partenaires a été créé en 2003 pour encourager la réalisation des engagements de la communauté internationale en faveur des enfants touchés par le VIH/ SIDA, qui figurent dans la Déclaration d’engagement sur le VIH/SIDA faite en 2001 par l’Assemblée générale des Nations Unies et dans les Objectifs du Millénaire pour le développement.

Lors de la clôture, la Ministre ivoirienne de la lutte contre le SIDA, Mme Christine Nebout-Ajobi, a appelé les partenaires et les donateurs à ne pas faire de distinction entre les pays ayant ou non une prévalence élevée. Elle a également fait l’éloge de l’UNICEF et de l’ONUSIDA pour le lancement en octobre dernier de UNISSONS-NOUS POUR LES ENFANTS, CONTRE LE SIDA.

« La Côte d’Ivoire accueille chaleureusement la campagne mondiale pour les enfants et contre le VIH/SIDA qui, nous l’espérons, va contribuer à sensibiliser davantage aux besoins particuliers des enfants touchés par le VIH/SIDA », a-t-elle déclaré.

La campagne s’efforce de susciter une réaction plus rapide afin de tenir ces engagements internationaux concernant les enfants et le SIDA. Peter McDermott, le Chef du Programme pour le VIH/SIDA de l’UNICEF, a déclaré, « Au nom de l’UNICEF, j’ai la conviction qu’on trouve vraiment dans cette rencontre l’esprit de la campagne. Nous commençons à nous unir pour les enfants et, en nous unissant pour les enfants, nous sommes en train de nous unir contre le VIH/SIDA, et c’est notre mission essentielle ».

Des rencontres telles que le Forum mondial des partenaires constituent un élément essentiel de la campagne, permettant d’avancer, au niveau des Nations Unies, des gouvernements et des autres partenaires, dans le programme mondial en faveur des enfants touchés par le VIH/SIDA.


 

 

Vidéo (en anglais)

10 février 2006 :
Thomas Nybo, correspondant de l'UNICEF parle sur le Forum mondial des partenaires à Londres

bas | haut débit
(Real player)

Journalistes :
Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Discour

Recherche