Cambodge

Un programme de l’UNICEF se préoccupe des enfants cambodgiens séropositifs

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Grâce au programme de l’UNICEF au Cambodge « Des amis qui aident leurs amis », Vanna, 12 ans, reçoit chaque mois un traitement médical régulier.

Par Shantha Bloemen

PROVINCE DE SVAY RIENG, Cambodge, 14 juillet 2008 – Dans un village, sur la véranda de leur maison, Vanna, 12 ans, son frère jumeau et sa soeur aînée se dépêchent de finir leurs devoirs avant la disparition de la lumière extérieure. Une pendule placée entre des photos de famille sonne six coups tandis que les trois orphelins et leur tante tentent de profiter en hâte du jour qui s’estompe. 

Au signal de la pendule, la tante amène un plateau de médicaments. Vanna avale les comprimés dans ce qui est une autre course, une course qu’il mène avec les quelque 6 000 enfants séropositifs que compte au minimum le Cambodge. 

Le père de Vanna est mort en 2000 d’une maladie liée au SIDA. Après avoir été malade pendant un an, sa mère est également décédée. C’est seulement à ce moment-là que les enfants ont subi un test de dépistage du VIH et seul Vanna s’est révélé séropositif.

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Vanna avec son frère et sa soeur en train de faire leurs devoirs sur la véranda de leur maison sous la surveillance de leur tante.

« Des amis aident des amis »

Six ans plus tard, la vie de Vanna n’est guère différente de celle de son frère. Il adore toujours monter sur sa bicyclette, va à l’école et aide son frère et sa soeur pour les tâches ménagères. 

Ce qui a été indispensable à cette vie normale est le groupe de soutien, à l’hôpital local, du programme de l’UNICEF « Des amis qui aident leurs amis ». Conçu spécialement pour les enfants séropositifs et les personnes qui en ont la charge, « Des amis qui aident leurs amis » offre aux enfants la possibilité de faire la connaissance d’autres enfants se trouvant dans une situation similaire, de parler de leur vie,  de jouer, de prendre un déjeuner substantiel et de recevoir des soins.   

Au cours des deux dernières années, Vanna et sa tante ont parcouru chaque mois les 15 kilomètres qui les séparent de l’hôpital.

La Fondation Clinton fournit les médicaments

« J’apprécie de pouvoir parler et m’amuser avec d’autres enfants qui, comme moi, doivent prendre aussi des médicaments tous les jours, » dit Vanna d’une voix timide.

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
« Des amis qui aident leurs amis » veille à ce que les enfants séropositifs reçoivent un déjeuner substantiel quand ils se rendent à l’hôpital pour leurs examens.

Avec des fonds de l’UNICEF, une grande pièce du service pédiatrique de l’hôpital a été métamorphosée grâce à de pittoresques peintures murales d’animaux, des livres et des jouets. L’un des partenaires de l’UNICEF, la Fondation Clinton, fournit les médicaments que Vanna reçoit après son examen mensuel.

L’UNICEF a joué un rôle de premier plan pour soutenir le traitement du SIDA chez les enfants en rénovant au Cambodge des hôpitaux et des services de pédiatrie ainsi qu’en apportant une assistance technique et en assurant une formation sur le VIH et le SIDA.  

Améliorer la prise en charge, réduire l’exclusion

« Un problème pour le Cambodge, c’est que de nombreux établissements sont vétustes et délabrés, » affirme Haritiana Rakotomamonjy, Responsable pour la prévention et la prise en charge du VIH/SIDA d’UNICEF Cambodge. « Certains hôpitaux n’ont même pas d’endroit pour les enfants. La rénovation des établissements hospitaliers a permis de relancer la prise en charge pour toutes sortes de traitements, quelle que soit la situation d’un enfant. »

Le Cambodge a réduit son taux d’infection VIH de façon spectaculaire, le faisant passer de 3% en 1997 à seulement 1% en 2006. Un élément essentiel de cette réussite a été l’élimination du coût social que représente l’absence de demande de traitement.

Par le passé, les personnes séropositives étaient souvent mises au ban de la société. Mais l’exclusion et la discrimination ont été réduites grâce au développement des centres de dépistage, des prestations médicales et des réseaux d’entraide comme « Des amis qui aident leurs amis ».

« Le Cambodge a montré que même avec des ressources limitées, on peut assister à un retournement de situation dans le cas d’une maladie transmissible complexe, » affirme le Conseiller régional de l’UNICEF sur le VIH/SIDA pour l’Asie d l’Est et le Pacifique, Wing-Sie Cheng. « Un excellent pouvoir mobilisateur ainsi qu’un suivi de très bonne qualité garantissent sur place un changement aux niveaux des districts et des provinces. »  

Mais avec aujourd’hui presque la moitié des nouvelles infections concernant les femmes mariées et un tiers de la totalité des nouvelles infections étant transmises de la mère à l’enfant, les enfants cambodgiens vulnérables affrontent toujours des épreuves difficiles.


 

 

Vidéo (en anglais)

Le reportage du correspondant de l’UNICEF Chris Niles sur un programme de l’UNICEF qui a contribué au déroulement de la campagne contre le VIH et le SIDA menée avec succès par le Cambodge.
 VIDEO  haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Campagne contre le SIDA

  Ce site est uniquement disponible en anglais.
Recherche