En bref : Autriche

L'UNICEF publie un rapport sur les enfants touchés par le VIH en Europe de l'Est et en Asie centrale

Lors de la 18ème Conférence internationale sur le SIDA, lancement officiel de « Blâme et bannissement »

Par Priyanka Pruthi

NEW YORK, États-Unis, 19 juillet 2010 – Alors que des milliers d'experts venus du monde entier sont réunis à Vienne, en Autriche, à l'occasion de la 18ème Conférence internationale sur le SIDA, l'UNICEF attire l'attention sur l'un des problèmes les plus urgents dans la lutte contre le SIDA : la marginalisation de ceux qui sont touchés par la maladie, particulièrement les enfants.   

VIDÉO (en anglais) : Nina Ferencic, Conseillère principale sur le VIH et le SIDA à l'UNICEF pour l'Europe centrale et orientale et la Communauté des États indépendants (ECO/CEI) et également co-auteur du rapport « Blâme et bannissement » s'entretient du rapport.

 

Le Directeur général de l'UNICEF, Anthony Lake, a donné aujourd'hui le coup d'envoi à un rapport inédit sur l'exclusion sociale des enfants et des jeunes touchés par le VIH et le SIDA en Europe de l'Est et en Asie centrale, la seule région où les taux d'infection par le SIDA restent manifestement en progression. 

 Intitulé « Blâme et bannissement », le rapport souligne les causes sous-jacentes de l'épidémie qui sont propres à l'Europe de l'Est et à l'Asie centrale et qui continuent de la rendre clandestine.

Concernant les conclusions du rapport, M. Anthony Lake a fait remarquer que seulement 24 pour cent de ceux ou celles qui ont besoin d'un traitement en Europe de l'Est et en Asie centrale le reçoivent, un ratio venant en seconde position parmi les plus faibles du monde en matière de couverture médicale. La région est très loin de pouvoir relever le défi de l’Objectif du Millénaire pour le développement (OMD) no. 6 qui prévoit l’arrêt et le recul de la propagation du VIH/SIDA d'ici 2015.

Une épidémie qui touche les jeunes

Les crises économiques et politiques actuelles en Europe de l'Est et en Asie centrale ont dévoilé les bases fragiles de sociétés confrontées à des difficultés économiques. En pleine hausse du chômage, au milieu des pressions sociales et de l'effondrement des filets sociaux de sécurité, de nombreuses familles se sont retrouvées elles-mêmes incapables de faire face à la situation. Cette situation a eu pour conséquence de pousser les enfants des familles en difficulté à la rue.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Autriche/2010/Kuderna
Lors du lancement du rapport de l'UNICEF «Blâme et bannissement» (de gauche à droite) : Michel Sidibé, Directeur exécutif d'ONUSIDA; Anthony Lake, Directeur général de l'UNICEF; Nina Ferencic, Conseillère principale de l'UNICEF sur le VIH et le SIDA et co-auteur du rapport; et Svetlana Izambaeva, militante dans la lutte contre le SIDA et présidente de la Fondation Svetlana Izambaeva.

« Blâme et bannissement » met en évidence les problèmes auxquels sont confrontés plus d'un million d'enfants et de jeunes qui vivent ou travaillent dans les rues de la région ainsi que les adolescents engagés dans des comportements à risque et les femmes enceintes qui font usage de la drogue. A ce jour, la région abrite 3,7 millions d'usagers de drogue par injection, ce qui représente presque le quart du total de la planète.

Malheureusement, les systèmes de santé et d’aide sociale ne sont pas conçus pour les adolescents les plus menacés. En effet, ils sont souvent exposés au jugement moral, aux récriminations et même aux poursuites judiciaires lorsqu’ils sont en quête d'un traitement ou d'informations sur le VIH.

« Les enfants et les adolescents qui vivent en marge de la société doivent avoir accès au système de santé et à l'aide sociale et ne devraient pas être confrontés au regard désapprobateur du public, » a déclaré M. Anthony Lake.

 La vie en marge

« Blâme et bannissement » met l’accent sur les histoires des enfants victimes de l'ostracisme, de la honte et de la peur associés au SIDA en Europe de l'Est et en Asie centrale. 

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2005-1825/Pirozzi
Sergei, 15 ans, accroupi sur le toit d'un refuge appuyé par l'UNICEF dans la ville portuaire d'Odessa, en Ukraine. Le refuge offre repas, hébergement, cours d'alphabétisation et programme de sensibilisation pour la prévention du VIH/SIDA à l'intention des enfants qui vivent et travaillent dans les rues.

Selon le co-auteur du rapport, Nina Ferencic, Conseillère principale de l'UNICEF sur le VIH et le SIDA dans la région, faire face au VIH dans la plupart de ces pays signifie arriver à bout d’une épidémie qui touche généralement une population jugée « délinquante » ou « anti-sociale », notamment ceux qui font usage de drogues et sont atteints de maladies sexuellement transmissibles. Les préjugés du public, les jugements moralisateurs et l'ostracisme sont les obstacles majeurs qui empêchent une discussion franche sur le sujet.

« Il existe une réticence à reconnaître le fait qu'il y a des jeunes et des mineurs qui ont adopté ces comportements, » explique Nina Ferencic.

Ce qu'il reste à faire

« Blâme et bannissement » souligne le besoin d'un changement de paradigme qui passe du blâme et de l'exclusion au soutien et à l'inclusion.

« Nous ne pouvons pas interrompre la trajectoire de l'épidémie du SIDA en Europe de l'Est et en Asie centrale sans donner plus de moyens aux enfants et aux adolescents et sans les protéger, » a déclaré Michel Sidibé, Directeur exécutif d'ONUSIDA qui était présent pour le lancement du rapport. « Nous ne devons pas les priver de leur enfance. Il est de notre responsabilité de garantir qu'ils aient accès à des services de prévention du VIH et à des soins, » a-t-il ajouté.

Regardant vers l'avenir, le rapport demande d'agir pour renforcer les systèmes de santé et les services sociaux pour les familles vulnérables; d'élargir les opérations de prévention en faveur des jeunes qui sont vulnérables; et de garantir l'accès universel aux soins de santé, aux traitements et à l'aide pour ceux qui sont séropositifs ou touchés par le VIH.

« Ce rapport est un appel pour protéger les droits et la dignité de toutes les personnes qui vivent avec le VIH ou courent le risque d’y être exposées, particulièrement les enfants et les jeunes vulnérables » a conclu M. Anthony Lake. « C'est seulement en faisant reculer la discrimination contre les personnes séropositives que l'Europe de l'Est et l’Asie centrale pourront commencer à faire reculer la propagation de l'épidémie. » 


 

 

Vidéo (en anglais)

Regardez un message d'intérêt général de l'Ambassadeur itinérant de l'UNICEF et star du cinéma, Ewan McGregor, demandant d'agir pour mettre fin à la propagation du SIDA parmi les adolescents en Asie centrale et en Europe de l'Est. .
 VIDÉO  haut | bas

Regardez « Cath my fall » (« Attrapez-moi quand je tombe »), un court-métrage de Dima Borhsch (Ukraine) qui rend compte de l'isolation et de la solitude des adolescents touchés par le VIH. 
 VIDÉO  haut | bas

Obtenez des vidéos de
qualité professionnelle
chez The Newsmarket

Rapport UNICEF : «Blâme et bannissement»

Campagne contre le SIDA

  Ce site est uniquement disponible en anglais.
Recherche