En bref: République arabe syrienne

L’atelier de l’UNICEF en Syrie « Formation de formateurs » aide les jeunes palestiniens à faire avancer les choses

Image de l'UNICEF
© UNICEF Syrie/2009/Krzysiek
Des adolescentes lors d'un exercice écrit penaant la formation de l'atelier des formateurs pour des leaders adolescents qui vivent dans des camps de réfugiés palestiniens en Syrie.

Par Pawel Krzysiek

NEIRAB, Syrie, 27 août 2009 – Au cours de l’atelier Formation de formateurs (ToT –Training of Trainers), d’une durée de six jours de séances intensives et organisé par l’UNICEF à Neirab, les 20 participants, des adolescents palestiniens, ont appris comment utiliser diverses techniques de formation, comment encourager les adolescents à participer et comment mobiliser les jeunes pour les impliquer dans leur communauté.

« J’ignorais combien l’activité de formateur était exigeante, » a dit Khalid, âgé de 15 ans. « Mais je suis ravi. L’éducation, c’est notre ouverture sur le monde, notre droit pour nous permettre de rentrer chez nous. »

Khalid, un palestinien du camp de Neirab, près d’Alep, a expliqué qu’il avait participé à l’atelier afin d’améliorer ses compétences relationnelles et pour faire avancer les choses dans sa communauté.

Deux camps, un seul objectif

Les participants à l’atelier provenaient de différents camps palestiniens - de Neirab et de Homs – ce qui a donné à ces adolescents la chance de se connaître.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Syria/2009/Krzysiek
Les ateliers de " formation des formateurs" aident des jeunes palestiniens à réaliser leurs objectifs de développement personnel et social et à prendre plus de responsabilités dans leurs communautés.

« Mes amis de Homs m’ont appris à rire, à être positif et décontracté, » a observé Ghurfan, 17 ans, qui venait de Neirab. « Bien que nous ne soyons pas en face des mêmes réalités, je sens qu’ensemble nous pouvons améliorer les choses. »

Selon M. Obada Jabban, un formateur de ToT, de telles interactions entre les adolescents palestiniens peuvent avoir un puissant impact psychosocial sur leur rôle dans le développement communautaire. « Il est possible de discuter des différences entre les camps et de résoudre des problèmes en faisant appel à l’expérience de l’autre, » a expliqué M. Jabban.

Dirigeants communautaires

Les ateliers ToT constituent un important changement sur la voie de l’autonomisation des jeunes palestiniens, leur permettant de réaliser leur développement personnel et social et d’obtenir davantage de responsabilités au sein de leur communauté.

Cette formation regroupe les adolescents les plus actifs des camps palestiniens. Ils sont choisis par les travailleurs sociaux intervenant auprès des jeunes, sur la base de leur personnalité, de leur engagement et de leur aptitude en matière de communication et d’animation. Le programme, pour sa part, offre aux jeunes une chance d’avoir davantage d’influence dans leur communauté.

« Lorsque j’ai commencé ces ateliers, les parents des jeunes me demandaient ce que j’allais faire avec leurs enfants, à quoi toute cette formation allait bien servir, » a rappelé M. Jaban. « Maintenant, ils me demandent quand ils pourront amener leurs gamins au centre, parce que les enfants de leurs voisins ont acquis dans le camp une réputation de formateur. » 

Grâce aux parents, amis et pairs formateurs, le nombre des adolescents désireux de suivre cette voie augmente d’année en année.

« J’ai participé à un atelier de préparation à la vie active et j’ai vu que les formateurs avaient de fortes personnalités, hors du commun, » a dit Basma, 15 ans, qui vient du camp de Homs. « Je souhaitais être comme eux et me voici. »

« Je veux aider mon peuple »

La forte participation des adolescents à ce processus est également un trait caractéristique de la communauté palestinienne.

« Dans toute autre communauté, les dirigeants, généralement des adultes, gardent une grande distance vis-à-vis de la jeune génération, » a expliqué M. Jabban. « Dans les camps palestiniens, les dirigeants sont jeunes et disponibles. Ils sont comme tout autre adolescent, si bien qu’ils peuvent facilement transmettre leurs connaissances. »

Le responsable du Centre communautaire de l’UNRWA (Office de secours et de travaux des Nations Unies) à Neirab, M. Qasim Habib, sait que « les adolescents constituent une partie essentielle de la vie de la communauté. Leurs interventions vont du bénévolat dans le centre de réhabilitation jusqu’aux actions de formation à la vie active pour leurs pairs se trouvant dans le camp. »

« Par ce travail de formation, nous donnons une chance à l’avenir, » explique Asmahan, 21 ans, un travailleur social palestinien venant de Homs qui intervient auprès des jeunes. « Nous proposons des idées sur la façon de vivre, sur la façon de faire face à la réalité. »

Mais la principale raison de participer au programme ToT est souvent bien plus simple, pour des jeunes comme Khalid.

« Je veux aider mon peuple, » a-t-il déclaré.


 

 

CRC @ 20


La Convention sur les
droits de l'enfant a
20 ans

Tous les droits,
pour tous les enfants

(Site Web en anglais)

Recherche