Adolescence

La voix des jeunes

Image de l'UNICEF
© UNICEF / 2003

La voix des jeunes offre aux jeunes du monde entier le moyen d’explorer des questions complexes relatives aux droits et au développement, d’en discuter et de s’impliquer. Sa mission a consisté à étudier systématiquement le potentiel pédagogique et rassembleur d’Internet afin de faciliter la participation active et véritable des jeunes.

S’inspirant de la Convention relative aux droits de l’enfant, La voix des jeunes s’appuie plus particulièrement sur les articles 12, 13 et 29, qui énoncent les droits des jeunes à participer aux processus de prise de décisions, à exprimer librement leurs opinions et à posséder les connaissances qui leur permettront de changer leur vie et celle de leurs communautés.

À travers des discussions électroniques ininterrompues, des questionnaires interactifs, des études de cas, des profils de jeunes militants, des journaux photo, des forums de discussion en temps réel, et bien plus encore, La voix des jeunes donne aux jeunes la possibilité d’aborder des questions très variées, comme le VIH/SIDA, les inégalités entre hommes et femmes, les droits des enfants, l’éducation des filles, et la protection des enfants contre la violence, les sévices et l’exploitation.

Le site Internet est régulièrement mis à jour afin de permettre un dialogue et une éducation par les pairs destinée aux jeunes âgés de 15 à 24 ans, de plus de 180 pays, dont plus de 70 pour cent proviennent de pays en développement et dont plus de la moitié sont des filles. Cela permet au site de La Voix des jeunes d’avoir un lien exceptionnel avec des jeunes qui sont traditionnellement sous-représentés sur Internet et dans la communauté internationale.

La voix des jeunes reconnaît aussi un autre besoin urgent : les preneurs de décisions et les responsables de politiques doivent entendre ce que les jeunes ont à dire. En servant de réseau de communication à double sens, La voix des jeunes rend possible cette interaction et permet aux jeunes et aux preneurs de décisions d’avoir un impact réel les uns sur les autres, ce qui pose les fondations de politiques informées et adaptées aux besoins des jeunes.

Citations

Avec plus de 250 millions d’enfants qui travaillent avant l’âge de 15 ans, je pense que notre intervention, en tant que société, est impérative. À ces âges, les enfants doivent être à l’école pour apprendre, au lieu de travailler en usine.
 J. Thomas, 14 ans, Djibouti

Je sais que partout dans le monde, des enfants subissent des violences sexuelles et physiques. C’est injuste et il faut faire quelque chose pour y mettre fin. Les enfants sont jeunes et leur esprit est encore en train de se former. S’ils sont témoins d’actes de violence, ils deviendront des délinquants juvéniles, ou pire, maltraiteront leurs propres enfants. Certaines personnes ne comprennent pas que chaque enfant est spécial, et que tous ont été créés par Dieu. Je respecte les parents qui savent discipliner leurs enfants sans les maltraiter. C’est ce que je ferai quand je serai plus âgée. Rappelez-vous que les mauvais traitements sont injustes, et que personne ne les a jamais autorisés. Merci.
Susan, 15 ans, USA

Je suis originaire de Yambio au Soudan, et il y a tellement de choses qui me préoccupent à propos de mon pays, le Soudan. L’éducation des filles est un gros problème que nos dirigeants régleront, j’espère. Je vois tant de filles abandonner l’école pour des tas de raisons. Que peut-on faire pour arrêter ça ?
Christine, 17 ans, Soudan

Je crois que les pères devraient parler de sexualité à leurs filles et s’intéresser activement à leur bien-être. Je veux dire par là qu’ils devraient parler à leurs filles des autres hommes et les encourager à avoir confiance en elles. Je crois que c’est un élément essentiel de la prévention du VIH, qui aboutit au SIDA, chez les filles. Pour finir, je dirai que nous devrions pouvoir demander exactement ce que nous voulons savoir sur le SIDA et la sexualité, même si ça paraît ridicule ou inhabituel à un adulte ou à une personne conservatrice.
C. Wright, 15 ans, Trinidad & Tobago

Venant d’Inde, j’ai vu beaucoup de pauvreté autour de moi, et surtout beaucoup d’enfants des rues. En plus de cela, il y a aussi beaucoup de problèmes liées au manque de confiance en soi des jeunes adolescents. Je crois que ceux qui ont des facilités dans un domaine ou un autre devraient se réunir et démarrer des forums et des clubs dans leur propre pays, et se connecter au niveau international pour aider leurs amis et les jeunes de leur âge ailleurs dans le monde qui souffrent et n’ont même pas accès à l’éducation. Les jeunes adolescents peuvent aussi aider leurs camarades à avoir une meilleure estime de soi, et leur donner de l’assurance, car je crois que tout individu né sur cette planète a le droit de réussir, qu’il soit un garçon ou une fille, riche ou pauvre. .
Nandini, 16 ans, Inde


 

 

Recherche