Haïti

Des jeunes haïtiens utilisent le hip-hop pour inspirer le rétablissement après le tremblement de terre

Séisme en Haïti : rapport un an après

Les enfants d'Haïti vacillent encore sous l'impact durable du séisme du 12 janvier 2010. Un an après, voici une histoire parmi tant d'autres sur le long parcours qui mène des secours à la reconstruction.

Par Thomas Nybo

PORT-AU-PRINCE, Haïti, 13 janvier 2011 – Un groupe entreprenant de 10 garçons qui ont été séparés de leurs parents pendant le tremblement de terre de janvier 2010, utilise le hip-hop pour encourager les Haïtiens à reconstruire le pays.

VIDÉO (en anglais) : le reportage du correspondant de l'UNICEF, Thomas Nybo, sur un groupe de jeunes gens se servent du hip-hop pour dynamiser le processus de reconstruction en Haïti, un an après le tremblement de terre.  Regarder dans RealPlayer

 

Ils font partie d'un groupe de 390 garçons qui vivent au Centre d'accueil de Carrefour, un centre résidentiel de Port-au-Prince, où ils bénéficient d'un logement, reçoivent de la nourriture chaude, une éducation et une formation professionnelle tandis que le personnel du centre s'efforce de retrouver leurs familles chaque fois que possible.

Les garçons ont formé un groupe de hip-hop appelé « Coeur à Cœur ». Leur chanson la plus populaire, « Nous sommes décidés », est un appel à l'action - non seulement pour faire le bien, mais aussi pour étouffer l'élan criminel dans la société haïtienne avec la force pure de leur détermination à se relever du désastre.

Des messages positifs

Youri Belcomb, 13 ans, a passé six ans au centre résidentiel dont il est l'un des meilleurs élèves. Il est très fier de sa capacité à orchestrer dans ses chansons des  messages en faveur d’un changement social positif - particulièrement dans «  Nous sommes décidés ».

VIDÉO (en anglais) : Le groupe de hip-hop Coeur à Cœur, composé de jeunes haïtiens, chante « Nous sommes décidés » un appel à l'action pour reconstruire leur nation dévastée.  Regarder dans RealPlayer

 

« Cette chanson raconte comment les gens peuvent réhabiliter Haïti », explique-t-il. « Comment se débarrasser du mal et le remplacer par le bien, comment bâtir un Haïti meilleur ».

Ce que Youri apprend en classe l'aidera à faire sa part pour reconstruire le pays. « Je me servirai des mathématiques pour m'aider dans les travaux », explique-t-il. « Imaginez que je construise une route ou une maison - j'aurai besoin de connaitre le calcul, les nombres, la multiplication et tout ».

Un environment sûr

Le Centre d’accueil de Carrefour travaille étroitement avec l'UNICEF pour réunir les familles et s'assurer que les enfants sans parents aient un environnement sûr et sain qui les prépare à un avenir productif et fructueux.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Haiti/2010/Nybo
Youri Belcomb, 13 ans, est membre d'un groupe de hip-hop composé de garçons d'Haïti qui chantent la reconstruction de leur pays. Il vit dans un centre d'accueil résidentiel de Port-au-Prince appuyé par l'UNICEF.

« Notre volonté n'est pas d'institutionnaliser les enfants, parce que nous savons que le meilleur endroit pour eux n'est pas dans un centre, mais dans une famille », affirme Jeff Desruisseaux, qui travaille au centre d'accueil.

Après le séisme, l'UNICEF a fourni au centre du matériel éducatif et récréatif qui comprenait des tentes et des vêtements, et intensifie depuis l'importance de son soutien.

« Un bel Haïti »

« La gestion du centre nous a fait comprendre que celui-ci ne saurait remplacer une famille », explique la Spécialiste de la Protection de l'enfance de l'UNICEF, Denise Ulwor.  « Ainsi après l'octroi de quelques fournitures, il est temps pour nous d’agir et d’enquêter pour tenter de redonner une famille à ces enfants - et après la réunification, si possible, apporter une aide économique aux familles ».

Avec cette aide, ajoute Denise Ulwor « les parents  peuvent garder leurs enfants, les remettre à l'école et leur assurer des soins médicaux ».

Quant à Youri, il est enthousiasmé par la vie, non seulement parce qu'il reçoit une éducation solide, mais aussi parce qu'il découvre combien il aime avoir un auditoire pour écouter ses idées.

« Le changement que je souhaite pour le pays, un an après le tremblement de terre, c'est de voir l'unité se faire, que tous les Haïtiens ne fassent qu'un pour mettre le pays au travail - pour nettoyer le pays, le protéger et construire des routes afin que nous puissions avoir un bel Haïti ».


 

 

Séisme en Haïti


Reportage photo : un espoir fragile pour les enfants d'Haïti 
(en anglais)

"Enfants d'Haïti : un an après  des secours à la reconstruction : un long parcours" [PDF]

En Haïti, un centre de santé appuyé par l'UNICEF offre prise en charge et traitement aux femmes séropositives au VIH
 avec vidéo

Des stars du basketball se rendent dans un centre de malnutrition appuyé par l'UNICEF en Haïti

Haïti est la première destination humanitaire du nouvel Ambassadeur UNICEF d'Irlande, Rory McIlroy

Communiqué de presse :
Un an après le séisme, il est impératif de mettre en place des services de base pour les enfants d'Haïti

L'UNICEF soutient la reconstruction d'écoles en Haïti

Pour les enfants d'Haïti, des opérations de secours au redressement : un chemin difficile
avec vidéo

L'histoire de Jean : en Haïti, la foi d'une adolescente dans l'éducation est source d'espoir
 avec vidéo

À la frontière haïtienne, du personnel de l'UNICEF participe à la lutte contre la traite des enfants
 avec vidéo

Carnet de route : la lutte contre la traite des enfants à la frontière d'Haïti

Un centre d'accueil résidentiel fournit un refuge aux enfants des rues de Cap-Haitien
avec vidéo

À la frontière haïtienne, l'UNICEF et ses partenaires s'efforcent de protéger les enfants vulnérables
avec vidéo

En Haïti, l'histoire de Christian : un garçon qui récupère tout ce qui peut l'être et reste optimiste, suite au séisme
 avec vidéo

Les spécialistes de la logistique de l'UNICEF font parvenir des compléments alimentaires aux enfants haïtiens
avec vidéo

Toutes les histoires sur le séisme en Haïti

Recherche