Les adolescentes

Image de l'UNICEF
© UNICEF/ 2001/Norton

La situation des adolescentes est particulièrement complexe. Des traditions profondément enracinées de patriarcat et la soumission des femmes et des filles font que les  adolescentes se heurtent à de grosses difficultés pour exercer leurs droits dans de nombreuses régions du monde.

Conscientes de cette réalité, les institutions des Nations Unies ont mis sur pied une initiative commune s'adressant aux adolescentes. Un ensemble de programmes expérimentaux, Assurer les droits au développement et à la participation des adolescentes (document word en anglais), financé par la Fondation pour les Nations Unies et appuyé par le Fonds des Nations Unies pour les partenariats internationaux (FNUPI), a été lancé en 1999. Il s'agissait d'un programme expérimental novateur rassemblant un éventail de partenaires dans le but d'aider les adolescents et les adolescentes à exercer leurs droits. Cette initiative avait pour partenaires de réalisation le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) et l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Le Population Council, le Commonwealth Youth Programme, le Centre international de recherche sur les femmes (ICRW) et Family Care International s'ajoutaient au projet en faisant partager leur savoir-faire et en aidant les adolescentes.
Pour en savoir plus, merci de lire Adolescents: Profiles in Empowerment (UNICEF, FNUAP, OMS 2003),  la publication qui fait la démonstration des impacts du programme « Assurer les droits au développement et à la participation des adolescentes » dans 12 pays et territoires : Bangladesh, Bénin, Burkina-Faso, Fédération de Russie, Jordanie, Malawi, Mali, Mauritanie, Mongolie, Sao Tome et Principe, Sénégal et le Territoire palestinien occupé
[PDF en anglais].

La plupart de ces programmes sont arrivés à leur terme en 2006 et un atelier de travail pour leur évaluation s'est déroulé en Tanzanie afin de réunir les expériences tirées de ces projets. L'atelier de travail avait mis en évidence l'échec du programme pour atteindre les adolescentes marginalisées, qui sont isolées au sein de leur communauté, ne peuvent s'exprimer et sont « invisibles », n'ayant pas ou peu accès ni à l'enseignement, ni aux soins de santé, ni à l'emploi ni au développement de leurs connaissances. Les participants de l'atelier de travail de Tanzanie avaient émis un appel en faveur du développement d'un programme-cadre interinstitutions clairement défini spécialement destiné à travailler avec les adolescentes les plus marginalisées et les plus défavorisées.
Rapport final de l'Atelier de consultation technique sur la mise en place de programmes pour les adolescentes marginalisées et défavorisées, à Dar es Salaam, en Tanzanie en mai 2006.  [Texte intégral en anglais]

En novembre 2007, une Équipe spéciale interinstitutions en faveur des adolescentes (UN IATF) a été  mise en place  par l'UNICEF, le FNUPI, l'OMS et le FNUAP en réponse aux recommandations du programme de Tanzanie pour l'évaluation d'initiatives communes menées dans 15 pays sur une période de sept années (1999-2006). L'UN IATF avait établi la nécessité d'un programme-cadre interinstitutions clairement défini concernant les adolescentes les plus marginalisées et les plus défavorisées, s'ajoutant aux structures et aux programmes pour le développement et la participation des adolescents. L'objectif du Programme-cadre interinstitutions est d'aider le système de l'ONU à s'assurer que les programmes de coopération avec les gouvernements et la société civile fassent connaître la situation des adolescentes et propose des actions pratiques en vue de la réalisation complète de leurs droits. 

En tant que co-présidents de l'Équipe interinstitutions des Nations Unies en faveur des adolescentes, l'UNICEF et le FNUPI ont donné la réception « Girl Power and Potential » (Puissance et  potentiel des filles) organisée en partenariat avec la Fondation pour les Nations Unies, l'OIT, l'UNESCO, UNIFEM et l'OMS le 3 mars 2009 durant la cinquante-troisième session de la Commission de la condition de la femme

En savoir plus sur la réception « Girl power and Potential » (http://www.unicef.org/emerg/index_48500.html).
L'IATF reste un réseau informel et comprend des représentants de six agences (l'UNICEF, le FNUAP, l'OMS, l'UNESCO, l'OIT et UNIFEM), couvrant presque tous les aspects sociaux et économiques concernant l'exercice des droits de toutes les adolescentes.

51ème session de la Commission de la condition de la femme (CCF) consacrée à l'élimination de toutes les formes de violences et de discrimination contre les filles.
Il s'agit de la première session de la CCF consacrée aux filles. L'UNICEF et ses partenaires ont facilité l’organisation d’une  consultation mondiale avec les jeunes sur la violence et la discrimination contres les filles.

Autres organismes se consacrant aux adolescentes


 


 

 

Español Français

Projets spécifiques

Pourquoi nous le faisons

La recherche de la Banque mondiale montre que les investissements dans le développement des adolescentes conduisent vers des changements significatifs bénéfiques à long terme pour des sociétés entières .
  • Éliminer le retard entre hommes et femmes dans l'éducation augmente de 0.5 pour cent  le Produit national brut par habitant d'un pays.
  • Une année supplémentaire d'études pour les filles réduit la fertilité de 5 à 10 pour cent.
  • Chaque année d'études augmente le revenu d'une femme de 10 à 20 pour cent.
  • Les revenus gagnés et gérés par les mères ont 20 fois plus d'effet plus sur la santé de leurs enfants comparés aux mêmes revenus contrôlé par les pères.
  • Préparer les adolescentes au travail productif augmente le revenu du ménage et améliore leur croissance personnelle.