À propos de l’UNICEF : Qui sommes-nous ?

Biographie de James P. Grant

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ94-0481/Press
Le Directeur général de l'UNICEF, James Grant (1980 – 1995 ), tient dans ses bras un bébé qui a été séparé de ses parents dans un centre assisté par l'UNICEF pour enfants non accompagnés au Rwanda (1994).

James P. Grant (1922-1995), une personnalité débordante d'énergie, devint le troisième directeur général de l'UNICEF en janvier 1980. Fils d'un innovateur en matière de santé publique internationale en Asie, Grant travailla pour l'Administration des Nations unies pour le secours et la reconstruction en Chine après la deuxième Guerre mondiale puis avec l'Administration internationale de coopération américaine, dont il fut nommé directeur adjoint en 1958. Après un bref passage au Département d'Etat sous le président Kennedy, il travailla pour l'Agence internationale de développement pendant les années 60. En 1969, il devint le premier directeur du Overseas Development Council, une association privée de Washington, D.C., où il resta jusqu'en 1980, quand il devint directeur général de l'UNICEF.

En 1982, Grant lança une campagne de grande envergure pour combattre ce qu'il appelait « une crise mondiale silencieuse », à savoir la mort de millions d'enfants chaque année à cause de maladies aisément évitables. Cette « révolution pour la survie et le développement de l'enfant » incita des associations, tant internationales que locales, à se mobiliser pour offrir aux enfants des pays en développement des techniques peu coûteuses mais efficaces, comme la vaccination, les thérapies de réhydratation orale pour empêcher la mort des enfants par déshydratation due à des maladies diarrhéiques, et l'allaitement maternel. A la fin des années 80, on estimait à 12 millions le nombre de jeunes vies sauvées grâce à cette révolution en faveur des enfants.

A la fin des années 80, une autre initiative touchait à son but. Un traité historique en faveur des enfants du monde, la Convention relative aux droits de l'enfant était adoptée par l'Assemblée générale des Nations Unies en 1989 et entrait en vigueur moins d'un an plus tard, devenant partie intégrante du corpus législatif international.

La révolution pour la survie et le développement de l'enfant allait culminer avec le Sommet mondial pour les enfants en 1990, qui réunissait un nombre sans précédent de chefs d'Etat et de gouvernement. En tout, les représentants de 159 Etats s'engagèrent à respecter une Déclaration commune et un Plan d'action en faveur des enfants du monde. Pour la première fois, la communauté internationale se fixait des objectifs communs au niveau politique le plus élevé pour réduire le taux de mortalité et de morbidité, de malnutrition et d'analphabétisme et pour atteindre des buts précis avant l'an 2000.


 

 

Recherche