À propos de l’UNICEF : Qui sommes-nous ?

Anthony Lake, prête serment comme Directeur général, il apporte à son poste une riche expérience internationale

Un agenda pour les enfants

Image de l'UNICEF
© UN Photo/2010/Schneider
Au siège des Nations Unies, le secrétaire général Ban Ki-moon préside la cérémonie de prise de fonction du Directeur général de l'UNICEF alors que celui-ci prête serment une main sur la Charte de L'ONU.

NEW YORK, États-Unis 3 mai  2010 -  Alors que M. Anthony Lake prend ses nouvelles fonctions de Directeur général de l'UNICEF, il peut s'appuyer sur la solide fondation que représentent les soixante années de plaidoyer de l'organisation en faveur des droits de l'enfant et sa propre expérience internationale, particulièrement riche.

Nommé par le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon suite à « une carrière longue et distinguée avec le Gouvernement des États-Unis, » selon la déclaration de M. Ban Ki-moon , M. Lake a travaillé sur une vaste gamme de questions de politique étrangère, de sécurité nationale et d’action humanitaire.

Au cours d'une cérémonie, ce matin, au Siège des Nations Unies à New York, Anthony Lake a officiellement pris ses fonctions devant M. Ban Ki-moon. Il succède à Mme Ann M. Veneman, qui était Directrice générale depuis mai 2005. 

Des décénnies de service

La carrière du nouveau chef de l’UNICEF porte sur cinq décennies. Il a commencé en 1962 en entrant au Département d’État des États-Unis comme agent du service extérieur. En 2008, il était conseiller principal de politique étrangère dans la campagne présidentielle de M. Barack Obama. Entre temps, il occupa des postes de haut niveau dans les administrations Clinton et Carter, fut l’envoyé présidentiel en Haïti, Éthiopie et Érythrée ; et il joua un rôle majeur dans l’élaboration des politiques qui ont instauré la paix en Bosnie-Herzégovine et en Irlande du Nord, entre autres points chauds de la planète.

Son engagement en faveur de la paix inspire la démarche de M. Lake face aux problèmes des enfants du monde entier – en particulier les millions d’entre eux qui vivent, souvent dans la pauvreté et dans la peur, dans des zones de conflit.

« La paix et la sécurité sont le socle d’un monde digne des enfants, a-t-il dit. Non seulement les guerres tuent les enfants, elles engendrent aussi des maladies et anéantissent les perspectives de développement économique. Et en dernière analyse, on ne trouve pas la paix véritable dans un document diplomatique. On la trouve dans la vie sûre et saine des filles et des garçons. »

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2010-0696/Markisz
Anthony Lake est le sixième Directeur général de l'UNICEF

Soutenir les objectifs du développement

Au-delà de sa longue carrière au sein du gouvernement, M. Anthony Lake est familier des complexités du développement mondial. Son engagement dans le secteur non gouvernemental remonte aux années 70, lorsqu'il dirigeait International Voluntary Services, un « Peace Corps privé » à l’œuvre dans les communautés déshéritées. Il a également siégé aux conseils d’administration de Save the Children et de l’Overseas Development Council, il a été un des conseillers du Comité international de la Croix-Rouge et il a également présidé le Marshall Legacy Institute.

On ne saurait donc s’étonner, dans ce contexte, de l’appui vigoureux qu’il apporte aux Objectifs du Millénaire pour le développement – ces accords adoptés par la communauté internationale pour améliorer le développement humain d’ici à 2015. 

Tout en insistant sur l’importance de la paix, M. Anthony Lake est déterminé à contribuer à atteindre les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), et cette détermination fait partie intégrante de sa vision de l’avenir immédiat de l’UNICEF. Il est donc tout à fait approprié que la période entre maintenant et les objectifs des OMD coïncide avec le mandat initial de 5 ans d’un Directeur général. 

 « Par leur essence même, » a-t-il dit, « les Objectifs du Millénaire pour le développement veulent donner aux enfants les plus vulnérables du monde une meilleure chance de réaliser tout leur potentiel. Des tâches nombreuses et urgentes nous attendent sur la voie des cibles des OMD que nous nous sommes fixés  pour 2010, et au-delà. Et je crois que nous pouvons  les atteindre. »

Des liens anciens avec l’UNICEF

M. Lake est nouveau à ce poste de direction de l’UNICEF mais ses liens avec l’organisation remontent à bien longtemps. En 1993, il a travaillé avec le troisième Directeur général de l’UNICEF James P. Grant, lors du lancement à la Maison-Blanche du fleuron des publications de l’UNICEF « La situation des enfants dans le monde ». Il a ensuite siégé au conseil d’administration du Fonds des États-Unis pour l’UNICEF – l’un des 36 comités nationaux qui aident l’organisation par le biais de campagnes de collecte de fonds, plaidoyer et éducation dans les pays industrialisés— avant d’en assurer la présidence. 

En tant que membre du conseil d’administration du Fonds des États-Unis, M. Lake a participé à plusieurs missions pour observer les programmes de l’UNICEF sur le terrain. Un de ces déplacements l’a amené au Swaziland, où l’UNICEF travaillait avec ses partenaires pour atténuer l’impact de taux de prévalence du VIH catastrophiques. La délégation du Fonds des États-Unis a rencontré des enfants et adolescents que le SIDA avait rendu orphelins. Nombre d’entre eux étaient à la tête de ménages composés de frères et sœurs plus jeunes, ou alors ils vivaient seuls, sur les terres familiales. 

Au cours de cette mission, M. Lake avait envoyé au Fonds des États-Unis un montage de diapositives qui illustrait la résilience des jeunes gens qu’il avait rencontrés. 

« Nous étions inspirés par les personnes qui soignaient les malades et inspirés par le travail du personnel de l’UNICEF, avait-il dit en commentant ces images. Mais surtout, nous avons été encore plus encouragés par les enfants. » Visiblement ému, il a ajouté que les orphelins du Swaziland faisaient preuve d’un « courage remarquable et de capacités extraordinaires à gérer ces situations extraordinaires. » 

L’UNICEF accueille son nouveau Directeur général dans le même esprit de courage et d’espoir qu’il a manifesté au Swaziland, en plaçant l’agenda pour les enfants au cœur de nos interventions face aux extraordinaires défis qui nous attendent.


 

 

Vidéo (en anglais)

3 mai 2010 : le sixième Directeur général de l'UNICEF, Anthony Lake, prête serment devant le Secrétaire général des Nation Unies, M. Ban Ki-moon.
 VIDÉO  haut | bas

Obtenez des vidéos de
qualité professionnelle
chez The Newsmarket

Directeurs généraux

Recherche