Partenariats avec la société civile

Une militante contre le travail des enfants participe au relais de la flamme olympique

Image de l'UNICEF
© UNICEF Brazil/2004
La militante des droits de l’enfant Núbia Olivera Silva a été choisie par l’UNICEF pour participer au relais de la flamme olympique.

Rio de Janeiro, le 13 juin 2004 – Voici l’histoire de Núbia, l’une des trois personnes choisies par l’UNICEF pour porter le flambeau lors du relais mondial 2004 de la flamme olympique. Núbia faisait partie des 121 porteurs brésiliens qui ont parcouru chacun 400 mètres.

Ce groupe trié sur le volet comprenait le légendaire footballeur Ronaldo et l’ambassadeur itinérant de l’UNICEF Renato Aragao. Un million de spectateurs se pressaient le long des rues de Rio de Janeiro pour assister au relais, le 13 juin.

Peu après le coup de pistolet marquant le départ, l’attention de la foule s’est portée sur Núbia, 19 ans, qui a fait date dans l’histoire en devenant la première porteuse de flamme olympique de l’UNICEF.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Brazil/2004
Núbia, 19 ans, reçoit la flamme olympique
L’histoire de Núbia

Núbia, militante des droits de l’enfant, est née à Conceição de Coité, dans l’Etat de Bahia. Son huitième anniversaire fut mémorable : elle a commencé l’école cette année-là mais elle a aussi fait ses débuts dans la culture du sisal. Son éducation ne venait d’ailleurs qu’en second. Bien qu’inscrite à l’école, elle avait rarement le temps de s’y rendre. Et quand elle y arrivait, elle avait du mal à se concentrer : la culture du sisal était épuisante et l’école se trouvait à une heure de marche de sa maison.

En grandissant, Núbia se vit confier de plus en plus de responsabilités. Sa paie d’ouvrière agricole représentait un complément indispensable aux revenus familiaux. En tant qu’aînée, elle confiait son maigre salaire à ses parents pour leur permettre d’élever et de nourrir leurs cinq enfants.

Il y a 246 millions de jeunes qui sont exploités et soumis au travail des enfants, preuve vivante de l’échec systémique du monde à protéger ses enfants. Voilà qui explique pourquoi le travail de l’UNICEF a pour objectif majeur de bâtir un environnement protecteur pour mettre les enfants à l’abri de l’exploitation et de la maltraitance.

A 13 ans, Núbia a été acceptée dans le Programme d’éradication du travail des enfants (connu sur place sous son acronyme portugais de PETI). Ce programme fédéral soutenu par l’UNICEF a permis la naissance d’une coalition de jeunes militants qu’il met à l’abri de l’exploitation par le travail. Le PETI aide financièrement les ménages afin que leurs enfants puissent être scolarisés.

Depuis qu’elle a été acceptée dans le programme PETI, Núbia a vu sa vie et celle de sa famille s’améliorer de façon spectaculaire. A travers un projet intitulé le Programme Agents familiaux, coordonné par l’ONG Movimento de Organição Comunitária (MOC) et appuyé par l’UNICEF, Núbia s’efforce de promouvoir des activités qui renforcent la famille et elle organise des formations au sein des communautés.

Núbia est reconnaissante d’avoir l’occasion d’expliquer aux familles les dangers que pose le travail des enfants. Elle ne veut pas que d’autres jeunes éprouvent les mêmes difficultés qu’elle à leur âge. Le programme Agents familiaux rassemble des familles qui parlent de droits civiques et de l’importance d’user du droit de vote. Ainsi de nombreux ménages apprennent à se mobiliser pour défendre leurs droits et à exiger une politique gouvernementale répondant à leurs besoins, y compris dans le domaine de la santé, de l’éducation et des services de vulgarisation agricole.

En dehors de son travail avec le syndicat des travailleurs agricoles, elle aime étudier et espère devenir enseignante. Lors de ses rencontres avec les jeunes, elle encourage ceux-ci à devenir des participants actifs à la fois en créant leurs propres organisations et en exigeant des programmes gouvernementaux axés sur la jeunesse. Núbia fait tout cela de façon bénévole et ne reçoit qu’une maigre bourse qu’elle utilise pour acheter le matériel dont elle a besoin pour l’école.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Brazil/2004
Núbia s’est rendue à Rio pour la première fois de sa vie pour participer à la course relais.

Cette jeune femme exceptionnelle a été l’une des heureuses élues qui ont pu porter la flamme olympique à Rio. Toute la journée, elle a ressenti un mélange d’excitation, de fierté et de nervosité. Elle n’avait jamais voyagé si loin.

Núbia veut tirer un maximum de bénéfices de cet événement pour attirer l’attention du public sur les dangers que pose le travail des enfants. Sa propre enfance a été « inexistante », explique-t-elle. Non pas parce que sa famille en avait décidé ainsi mais à cause d’une situation financière qui ne leur laissait aucun choix. « Les enfants devraient aller à l’école et jouer », plaide-t-elle.

Núbia a une âme d’athlète. Mais elle est de ceux qui veulent s’assurer que tout le monde monte avec eux sur le podium. Elle devra peut-être encore beaucoup courir, mais elle est satisfaite de ses résultats jusqu’à présent. Elle a beau n’avoir jamais remporté de médaille, c’est une vraie championne.


 

 

Recherche