Partenariats avec la société civile

Des parlementaires en première ligne pour la défense des enfants

Image de l'UNICEF
© WHO/2008/Pirozzi
Le Dr Gertrude Mongella, présidente du Parlement panafricain, s’adresse, dans une déclaration introductive sur la santé maternelle et la survie de l’enfant, à un groupe mixte de représentants de l’UNICEF et de membres de l’UIP.

« Nous sommes 44 098 parlementaires dans le monde. Ne pouvons-nous pas faire quelque chose individuellement et collectivement qui permette de changer la vie des mères et des enfants ? Nous avons le pouvoir. Nous pouvons nous faire entendre. Avons-nous le courage?”  -- Dr Gertrude Mongella, présidente du Parlement panafricain

Les parlementaires ont le pouvoir de réaliser un changement réel et durable en faveur des enfants. Ils peuvent se servir de ce pouvoir pour élaborer et faire appliquer une législation qui protège les enfants, affecter des ressources budgétaires appropriées au niveau des pays et diriger la stratégie voulue de main ferme.

Représentant des gens ordinaires, leur voix a une résonnance exceptionnelle. En posant les questions embarrassantes et en exigeant des réponses, les parlementaires peuvent responsabiliser les gouvernements, les secteurs économiques et la société civile, et faire passer le message que le bien-être des enfants n’est pas de la seule responsabilité de ceux qui s’occupent des enfants, mais de toute la société.

Des progrès grâce au partenariat

Le partenariat de l’UNICEF avec l’Union interparlementaire (UIP) a un rôle crucial à jouer dans la mobilisation des parlementaires en faveur des enfants. L’UIP a été créée en 1889 et son siège se trouve à Genève. Actuellement, ses membres viennent de 146 parlements et de sept assemblées régionales.

Le partenariat entre l’UIP et l’UNICEF a de nombreuses années d’existence, puisque l’UIP a favorisé la ratification de la Convention relative aux droits de l’enfant et, plus récemment, organisé des ateliers régionaux sur la protection de l’enfant, ainsi que des groupes mixtes UNICEF-UIP lors des assemblées annuelles de l’UIP.

L’UNICEF a également collaboré avec l’UIP sur un certain nombre de publications conjointes traitant de la protection de l’enfance, de la traite des enfants et de la violence contre les enfants.

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Au cours de la 118ème assemblée annuelle de l’Union interparlementaire – UIP--, des parlementaires visitent des projets soutenus par l’UNICEF au Cap, en Afrique du Sud.

« Repousser les frontières de la pauvreté »

La 118ème assemblée annuelle de l’UIP, qui s’est tenue du 13 au 18 avril 2008 au Cap, en Afrique du Sud, avait pour thème « Repousser les frontières de la pauvreté ». Elle a réuni cinquante-deux présidents de parlement et 1 700 parlementaires et membres du personnel parlementaire, venus de 135 pays. C’est le Président sud-africain, Thabo Mbeki, qui a ouvert les débats.

Tout au long des débats, les orateurs ont souligné les liens existant entre la satisfaction des besoins des enfants et la lutte contre la pauvreté.

« La réduction de la pauvreté commence par les enfants » a déclaré le chef de la délégation de l’UNICEF, Philip O’Brien, lors des discussions en assemblée générale. Il a souligné que la petite enfance était le moment le mieux choisi pour rompre le cycle de la pauvreté, et que les investissements en faveur des enfants constituaient la meilleure assurance de réaliser un développement humain équitable et durable.

Groupe mixte UNICEF-UIP et visites sur le terrain

L’UNICEF a joué un rôle clé lors de l’assemblée de 2008 en organisant un groupe mixte UNICEF-UIP et des visites sur le terrain – et en mettant en contact des parlementaires et des experts dans le domaine de la santé afin qu’ils discutent des progrès réalisés vers les Objectifs 4 et 5 du Millénaire pour le développement, concernant la santé maternelle et la survie de l’enfant. 

Plus de 200 parlementaires ont participé au groupe mixte UNICEF-UIP qui a eu pour thème de réflexion la place que les parlementaires peuvent tenir dans l’amélioration de la survie de la mère, du nouveau-né et de l’enfant.

« Les soins prodigués aux mères, aux nouveau-nés et aux enfants sont au coeur du progrès humain et du bien-être d’un pays », a dit le Dr Gertrude Mongella, la présidente du Parlement panafricain, qui a prononcé le discours liminaire. On a constaté, ces dernières années, la réalisation de certains progrès au niveau de la santé de l’enfant et de la mère, en particulier dans le domaine de la prévention de la maladie. Le Dr Mongella a cité un exemple pris dans son propre pays, la Tanzanie, où les taux de couverture vaccinale ont fortement augmenté, passant en deux ans de 40 à 80 pour cent.

Ils ont été vingt-deux parlementaires, venus de différents pays, à visiter trois projets consacrés aux mères et aux enfants vulnérables et bénéficiant de l’appui de l’UNICEF. Ils ont rendu compte de leurs expériences lors de l’assemblée élargie de l’UIP, à la cérémonie de clôture.

« Les parlementaires peuvent faire beaucoup dans toute l’Afrique et dans le monde entier », a dit la parlementaire zambienne Chitika Molobeka, à la suite de sa visite à « De mères à mères » (Mothers 2 Mothers), un programme appuyé par l’UNICEF qui aide les jeunes mères séropositives. « C’est pourquoi nous sommes venus, ainsi nous serons en mesure de partager nos expériences. »

Cette histoire a été rédigée  par Allison Lirish Dean, Genine Babakian et Stephen Hanmer au bureau des Partenariats avec la société civile.L’UNICEF a joué un rôle clé lors de l’assemblée de 2008 en organisant un groupe mixte UNICEF-UIP et des visites sur le terrain – et en mettant en contact des parlementaires et des experts dans le domaine de la santé afin qu’ils discutent des progrès réalisés vers les Objectifs 4 et 5 du Millénaire pour le développement, concernant la santé maternelle et la survie de l’enfant. 

Plus de 200 parlementaires ont participé au groupe mixte UNICEF-UIP qui a eu pour thème de réflexion la place que les parlementaires peuvent tenir dans l’amélioration de la survie de la mère, du nouveau-né et de l’enfant.

« Les soins prodigués aux mères, aux nouveau-nés et aux enfants sont au coeur du progrès humain et du bien-être d’un pays », a dit le Dr Gertrude Mongella, la présidente du Parlement panafricain, qui a prononcé le discours liminaire. On a constaté, ces dernières années, la réalisation de certains progrès au niveau de la santé de l’enfant et de la mère, en particulier dans le domaine de la prévention de la maladie. Le Dr Mongella a cité un exemple pris dans son propre pays, la Tanzanie, où les taux de couverture vaccinale ont fortement augmenté, passant en deux ans de 40 à 80 pour cent.

Ils ont été vingt-deux parlementaires, venus de différents pays, à visiter trois projets consacrés aux mères et aux enfants vulnérables et bénéficiant de l’appui de l’UNICEF. Ils ont rendu compte de leurs expériences lors de l’assemblée élargie de l’UIP, à la cérémonie de clôture.

« Les parlementaires peuvent faire beaucoup dans toute l’Afrique et dans le monde entier », a dit la parlementaire zambienne Chitika Molobeka, à la suite de sa visite à « De mères à mères » (Mothers 2 Mothers), un programme appuyé par l’UNICEF qui aide les jeunes mères séropositives. « C’est pourquoi nous sommes venus, ainsi nous serons en mesure de partager nos expériences. »

Cette histoire a été rédigée  par Genine Babakian et Stephen Hanmer au bureau des Partenariats avec la société civile.


 

 

Vidéo (en anglais)

Des parlementaires agissent en faveur des enfants lors de la 118ème assemblée annuelle de l’UIP, au Cap, en Afrique du Sud.
 VIDEO  haut | bas

Des parlementaires évoquent leurs expériences au cours de l’assemblée de l’UIP en Afrique du Sud.
 VIDEO  haut | bas

Publications communes UNICEF-IPU

Cliquez sur lies liens suivants pour plus d'informations et pour télécharger les PDF:

en anglais :

Eliminating Violence Against Children (2007)

Handbook for Parliamentarians: Combating Child Trafficking (2005)

Handbook for Parliamentarians: Child Protection (2004)

Recherche