Partenariats avec la société civile

Le football change la vie des enfants

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ02-0508/Vitale
Des enfants jouent avec un ballon de fortune au Malawi.

Le football. Les enfants du monde entier y jouent, et ils adorent. Filles et garçons tapent dans un ballon dès qu’ils en ont l’occasion, dans les rues grouillantes des villes ou sur la place des petits villages, dans des champs ou au milieu d’un camp de réfugiés et même quand la guerre fait rage autour d’eux. Là où il y a des enfants, il y a de fortes chances qu’on découvre un ballon de foot pas loin.

Le 20 mai 2004, l’UNICEF a salué les efforts déployés par la FIFA, l’organisme responsable du football au niveau international, pour améliorer la vie des enfants du monde entier en se servant du sport. La FIFA, un des partenaires de l’UNICEF, continue d’aider les enfants et a épaulé l’UNICEF au cours de la Célébration du centenaire à Paris. Lors du match des femmes, toutes les joueuses des deux équipes, l’équipe championne du monde et l’équipe des vedettes du reste du monde, ont porté les écussons de la FIFA et de l’UNICEF sur les manches de leur maillot.

L’Ambassadeur itinérant de l’UNICEF George Weah, grande vedette du football, a assisté aux matchs. Weah a commencé à jouer au football ans les rues de Monrovia (Libéria) quand il était petit. Aujourd’hui, il est un athlète connu dans le monde entier et il est persuadé que le sport  peut jouer un rôle capital pour les enfants traumatisés par les conflits armés, et les enfants soldats en particulier.

« Le sport permet d’unir les gens. Pour favoriser cette unité, nous devons nous rassembler et faire du sport », a déclaré George Weah l’an dernier en décembre lors d’une interview avec l’UNICEF.

« Parce que quand on fait du sport, on a des adversaires sur le terrain mais il faut trouver le moyen de les battre, et on s’amuse en même temps. Le sport est très important, il crée un sentiment de camaraderie qui encourage la paix, » a-t-il ajouté.

Une alliance puissante pour aider les filles et les garçons

Le partenariat entre l’UNICEF et la FIFA met en lumière l’importance du droit au jeu, un droit qu’a tout enfant, comme le stipule la Convention relative aux droits de l’enfant. Ce partenariat a commencé en 1999 et a été rendu officiel en 2001. En 2002, la FIFA a dédié la Coupe du monde à la campagne de l’UNICEF « Dire oui pour les enfants ». C’était la première fois qu’une Coupe du monde était dédiée à une cause humanitaire.

La Coupe du monde de football féminin, organisée en 2003 aux Etats-Unis, a été dédiée à la campagne « Allez les filles ! L’éducation pour chaque enfant »,  l’initiative que mène l’UNICEF pour scolariser plus de filles partout dans le monde. La FIFA a en outre fait don de 150 000 dollars à l’UNICEF pour l’achat et la livraison de 600 « mallettes de sports », dans 12 pays qui font partie de la campagne « 25 d’ici à 2005 » pour l’éducation des filles. Cette campagne a pour but de scolariser autant de filles que de garçons dans 25 pays avant 2005.

L’UNICEF a constaté que le football permet d’aider les enfants de diverses manières :

  • Education : l’UNICEF fait équipe avec la FIFA pour aider tous les enfants, filles comprises, à aller à l’école et à y rester, en se servant de la visibilité et de la popularité du foot.
  • VIH/SIDA : l’UNICEF appuie toute une gamme de programmes de football en faveur de l’éducation concernant le VIH/SIDA.
  • Protection de l’enfant : l’UNICEF s’est aperçu que le football peut aider les enfants à surmonter les traumatismes dont ils ont été victimes en encourageant leur développement physique et émotionnel.
  • Education des filles : les filles qui participent aux sports sont généralement en meilleure santé – sur les plans émotionnel et physique. L’UNICEF se sert de ces « mallettes de sports »  et du football pour améliorer la scolarisation des gilles, renforcer l’autonomie des filles et changer les attitudes envers les filles et les femmes, partout dans le monde.

Dans les pays où les possibilités qu’ont les enfants d’échapper à la pauvreté, à la violence et à la maladie sont rares, le football, comme les autres formes de jeu, est une véritable bouffée d’oxygène.


 

 

Voir le vidéo reportage (en anglais)

Tous les enfants ont le droit de jouer.

Bas débit
Voir clip vidéo (format Real Player)

Haut débit
Voir clip vidéo (format Real Player)

Recherche