Conseil d'administration

La protection de l’enfance placée au cœur de la séance d’ouverture du Conseil d’administration de l’UNICEF

© UNICEF
Dans le cadre de sa première session ordinaire de l’année, le Conseil d’administration de l’UNICEF a insisté sur l’importance de la protection de l’enfance dans les priorités de développement pour l’après-2015.

 

Par Kristin Taylor

NEW YORK, États-Unis, le 4 février 2014 – Aujourd’hui, le Conseil d’administration de l’UNICEF a ouvert sa première session ordinaire de 2014 en insistant sur l’importance de la protection de l’enfance, une base pour le respect de tous les droits de l’enfant définis dans la Convention relative aux droits de l’enfant.

Lors de sa déclaration liminaire au Conseil, le Directeur général de l’UNICEF Anthony Lake a affirmé que la protection de l’enfance était véritablement au cœur du respect des droits des enfants.

« Et pourtant, les questions relatives à la protection de l’enfance n’ont pas été intégrées aux Objectifs du Millénaire pour le développement – une grave omission, » a affirmé Anthony Lake. « Trop de pays qui sont parvenus à réduire la mortalité de l’enfant et du nouveau-né… à se battre contre la malnutrition et l’illettrisme… luttent encore pour protéger les enfants de la violence, des abus et de l’exploitation ».

À l’approche de la date butoir des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), les responsables soulignent l’importance de la protection de l’enfance alors que le monde cherche à définir le programme de développement pour l’après-2015.

« Les violences à l’encontre des enfants constituent un problème partagé par des sociétés entières – et les solutions doivent être partagées, elles aussi, » a affirmé Anthony Mr. Lake, qui a également insisté sur le rôle des partenariats et des mouvements sociaux dans la mobilisation en faveur des efforts de protection de l’enfance.

« Les mouvements sociaux comme la campagne #ENDviolence peuvent aider à attirer davantage d’attention et un appui plus large à la cause vitale de la protection de l’enfance, » a-t-il affirmé. « En sensibilisant le public à leur cause, cette campagne génère un soutien accru à la protection des enfants vulnérables – en mettant en lumière ce problème trop souvent caché… et en rendant visible l’invisible. »

Image de l'UNICEF
© © UNICEF/2014/Susan Markisz
S.E. M. Macharia Kamau, président du Conseil d’administration de l’UNICEF et Représentant permanent du Kenya auprès des Nations Unies, porte sur sa main le hashtag #ENDviolence, en appui à l’initiative « End Violence Against Children », dans le cadre de la première session ordinaire du Conseil d’administration de l’UNICEF en 2014.

Il a appelé les membres du Conseil à appuyer la campagne #ENDviolence menée sur les réseaux sociaux par l’UNICEF.

L’organe directeur de l’UNICEF

La première session ordinaire du Conseil d’administration, qui se déroule jusqu’au 7 février, est la première de trois réunions du Conseil organisées chaque année civile; la session annuelle à mi-année est suivie par une seconde session ordinaire en septembre.

Les questions à l’ordre du jour et les thèmes mis en avant varient d’une session à l’autre, mais chaque réunion est l’occasion pour les représentants de s’entretenir d’un large éventail de questions relatives aux droits de l’enfant, à leur survie et à leur bien-être.

Établi parallèlement à la fondation de l’UNICEF en 1946, le Conseil d’administration est l’organe directeur de l’organisation, et joue un rôle crucial dans l’orientation du travail de l’UNICEF en tant que défenseur des droits des enfants. De la même manière que l’action de l’UNICEF s’est élargie par rapport à son mandat initial – répondre aux besoins des enfants en matière de santé dans les pays dévastés par la seconde guerre mondiale –, les responsabilités fondamentales du Conseil ont également pris de l’ampleur.

© © UNICEF/2014/Susan Markisz

Le Conseil compte 36 États Membres des Nations Unies, élus pour une période de trois ans, représentant les cinq groupes régionaux des Nations Unies : Afrique; Asie; Europe de l'Est; Amérique latine et Caraïbes; et Europe occidentale et autres États. Les membres du Conseil  apportent un regard unique au plaidoyer en faveur d’un changement pertinent et à portée mondiale dans la programmation de l’UNICEF : ils soutiennent également le travail de l’UNICEF au sein de la communauté internationale.

Le Bureau : coordonner le travail du Conseil

Le travail du Conseil est coordonné par cinq responsables – un Président et quatre vice-présidents, qui forment le Bureau. Élus sur une base annuelle, ces responsables représentent les cinq groupes régionaux des Nations Unies, et la présidence tourne entre ces groupes.

Cette année, le Bureau, élu le 8 janvier, est composé du Président du Conseil Macharia Kamau, Représentant permanent du Kenya auprès des Nations Unies, de S.E. M. Ib Petersen, Représentant permanent du Danemark auprès des Nations Unies; de S.E. M. Denis Régis,
Représentant permanent d’Haïti auprès des Nations Unies; de S.E. M. Stephan Tafrov, Représentant permanent de la Bulgarie auprès des Nations Unies; et de S.E. M. Masood Khan Représentant permanent du Pakistan auprès des Nations Unies.

« Il s’agit d’une étape cruciale dans notre travail pour les enfants : la dernière ligne droite pour réaliser les OMD et la préparation du programme de l’après-2015, » a affirmé le President Macharia Kamau. « Nous devons travailler ensemble – et mettre à profit notre influence considérable [en tant que] décideurs et porte-paroles – afin de créer un monde où chaque enfant puisse bénéficier des avantages que la société peut lui offrir. »

Ces efforts continueront dans les jours à venir alors que les membres du Conseil débattent des  programmes, des objectifs, de la mobilisation de fonds et des partenariats qui porteront l’UNICEF vers 2015 – et au-delà.


 

 

Photographie : Le Conseil d’administration

Recherche