Conseil d'administration

Début de la session du Conseil d’administration de l’UNICEF, principales questions à l’ordre du jour : équité et inclusion

Visionnez des extraits des déclarations liminaires de S.E. Jarmo Viinanen, Président du conseil d’administration de l’UNICEF et Représentant permanent de la Finlande auprès des Nations Unies, et d’Anthony Lake, Directeur général de l’UNICEF, lors de l’ouverture de la deuxième session ordinaire du Conseil d’administration de l’UNICEF de l’année 2013, qui a actuellement lieu au Siège des Nations Unies à New York.

 

Le Conseil d’administration de l’UNICEF a entamé mardi sa deuxième session ordinaire de l’année 2013 au Siège des Nations Unies à New York. Les interventions liminaires du Président du Conseil d’administration et du Directeur général de l’UNICEF ont porté sur la situation précaire des enfants les plus vulnérables à travers le monde, et sur la position de plus en plus périlleuse des enfants syriens.

NEW YORK, États-Unis, 3 septembre 2013 – La deuxième session ordinaire du Conseil d’administration de l’UNICEF s’est ouverte mardi au Siège de l’UNICEF à New York. Une des principales questions à l’ordre du jour de cette session finale de l’année 2013 est l’approbation du plan stratégique de l’UNICEF et de son budget pour les quatre prochaines années.

Un plan stratégique inclusif

Sur la base de l’examen de fin de cycle du bilan du plan stratégique à moyen terme de l’UNICEF (2006 – 2013), le plan stratégique 2014 – 2017 de l’UNICEF servira de cadre au travail futur de l’organisation en mettant l’accent sur un objectif d’équité au profit des enfants les plus vulnérables. La question des handicaps sera pour la première fois intégrée dans tous les domaines d’intervention de l’UNICEF – survie et développement de l’enfant, éducation de base et égalité des sexes, VIH/SIDA, protection de l’enfance, activités de plaidoyer et partenariats.

Au cours de ses remarques liminaires, S.E. Jarmo Viinanen, Président du Conseil d’administration de l’UNICEF et Représentant permanent de la Finlande auprès des Nations Unies, s’est référé à l’édition 2013 de La Situation des enfants dans le monde qui se concentre sur la situation des enfants handicapés et qui appelle à un changement d’attitude dans les communautés et chez les spécialistes, les médias et les responsables gouvernementaux afin que les enfants handicapés soient considérés comme des agents de changement à part entière et des individus dotés de leur propre voix.

S.E. Jarmo Viinanen a noté le manque de possibilités en matière d’éducation pour les enfants handicapés et les nombreuses injustices auxquelles ils font face. « Les enfants ont droit à l’éducation, quels que soient leur appartenance ethnique, leur sexe, leur langue, leur religion, leur condition économique, leur handicap ou tout autre facteur, a déclaré M. Viinanen. Malgré cela, les garçons et les filles handicapés ont beaucoup moins de chances d’être scolarisés, et la même tendance se manifeste en ce qui concerne le nombre de ces enfants qui complètent leurs études primaires. Outre les préjugés qu’elles affrontent en raison de leur handicap, de nombreuses filles handicapées subissent aussi les entraves des rôles traditionnels assignés à leur sexe. »

Image de l'UNICEF
© © UNICEF/NYHQ2013-0524/Markisz
S.E. Jarmo Viinanen prend la parole lors de la deuxième session ordinaire du Conseil d’administration de l’UNICEF de l’année 2013 ; à ses côtés, M. Anthony Lake.

Venir en aide aux enfants syriens

S.E. Jarmo Viinanen et M. Anthony Lake, Directeur général de l’UNICEF, ont tous les deux souligné le besoin de plus en plus urgent de venir en aide aux enfants syriens. Le nombre d’enfants victime du conflit est énorme – il y a un million d’enfants parmi les réfugiés présents dans les pays voisins, et plus de deux millions d’enfants en République arabe syrienne qui souffrent des effets d’un conflit qui s’aggrave et auxquels ils sont particulièrement vulnérables.

En prélude à son intervention, M. Anthony Lake a rendu hommage aux efforts accomplis par le personnel de l’UNICEF qui travaille en en République arabe syrienne et dans les pays voisins dans une situation dangereuse et d’une grande instabilité.

« Comme vous le savez, si deux mots peuvent décrire la mission de l’UNICEF dans les situations de crise et les urgences, ce sont les mots « rester » et « servir », a déclaré M. Lake. Notre personnel en Syrie et dans les pays voisins continue à faire tout ce qu’il peut. Grâce à leur engagement, de « rester et servir », en Syrie comme dans la région – et grâce à la générosité de donateurs du monde entier – des millions de personnes reçoivent maintenant de l’eau potable, les enfants ont été vaccinés, ont accès à l’éducation et à un soutien psycho-social et disposent d’endroit sécurisés où jouer. »

L’équité, un principe fondamental

Au cours de son intervention liminaire, M. Lake a cité la Déclaration du Millénaire des Nations Unies qui engage à faire respecter au niveau mondial les principes de la dignité humaine, de l’égalité et de l’équité, plus spécialement au bénéfice des plus vulnérables et en particulier des enfants. L’UNICEF doit s’organiser pour préparer le programme de développement de l’après-2015, a-t-il ajouté. « Cela veut dire préparer les enfants à affronter les défis les plus cruciaux qui se poseront au niveau mondial dans l’après-2015 – changements climatiques, urbanisation, migrations, épuisement des ressources – des évolutions qui risquent d’éprouver durement tous les enfants, et les enfants les plus vulnérables encore plus que les autres. »

L’équité doit constituer un principe fondamental du programme de l’après-2015, a déclaré M. Lake, qui a ajouté que l’équité était la pierre angulaire d’une société stable et prospère. Il a cité le rapport Réduire les écarts pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement qui démontre que des résultats plus efficaces peuvent être obtenus d’une façon plus économique quand les grandes orientations et les programmes sont conçus de manière à venir en aide aux plus défavorisés et aux plus marginalisés.

« Notre concentration sur l’équité, sur les droits de l’enfant, déclare M. Lake, représente notre meilleure chance d’aider les enfants à déployer leurs dons et à développer intégralement leur potentiel et leur permettre de changer leur monde, d’illuminer notre monde et d’inspirer les générations futures dans la construction de leur propre monde. »

La première journée de la deuxième session ordinaire du Conseil d’administration de l’UNICEF de l’année 2013 va se poursuivre en se penchant plus particulièrement sur le travail de l’UNICEF en faveur des enfants handicapés.

Des retransmissions vidéo de cette réunion peuvent être visionnées sur UN Web TV, et les documents et les déclarations qui s’y rapportent sont accessibles par le portail PaperSmart, plate-forme intégrée d'écopublication des Nations Unies.


 

 

Photographie : Conseil d’administration de l’UNICEF

Recherche