Conseil d'administration

Le Conseil d’administration de l’UNICEF a ouvert aujourd’hui sa première session régulière pour 2013 en célébrant son partenariat avec la Banque mondiale

NEW YORK, États-Unis, 5 février 2013— Le Conseil d’administration de l’UNICEF a ouvert sa première session ordinaire pour 2013 en axant à nouveau ses travaux sur l’équité et l’obtention de résultats pour les enfants les plus défavorisés.

L’année présente est une période importante pour l’UNICEF alors que le Conseil d’administration débattra du prochain plan stratégique à moyen terme (PSMT) pour les quatre années à venir pour l’adopter ensuite. Le plan définira la direction que prendra l’UNICEF pour faire progresser les droits de l’enfant au-delà de la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement en 2015.

© UNICEF VIDEO
Avec ses programmes dans plus de 100 pays, le partenariat Banque mondiale-UNICEF vise à assurer l’équité chez les plus vulnérables - ensemble (vidéo en anglais).  Regarder dans RealPlayer

 

Amélioration de la résilience, renforcement des partenariats

Dans son discours d’introduction, le Président du Conseil d’Administration,  le Représentant permanent de la Finlande auprès des Nations Unies, S.E. Jarmo Viinanen, a déclaré que le nouveau PSMT devrait faire état des résultats des activités humanitaires de l’UNICEF et, en particulier, des efforts destinés à améliorer la résilience au sein des communautés.

« Nous sommes encouragés par ce que nous avons entendu de l’UNICEF à propos des nouveaux efforts contre l’inégalité, pour cibler les activités qui bénéficieront aux plus vulnérables et pour mieux intégrer les questions de droits de l’homme, d’égalité des sexes et d’environnement à tous les problèmes, » a dit S.E. Jarmo Viinanen.   

Regardez S.E. Jarmo Viinanen parler de sa nouvelle fonction de Président du Conseil d’administration de l’UNICEF. [vidéo en anglais]

Collaboration avec la Banque mondiale

C’est la première fois que le Président de la Banque mondiale, Jim Yong Kim s’exprimait devant le Conseil d’administration lors d’une session de réflexion spéciale sur la collaboration entre la Banque mondiale et l’UNICEF.

M. Jim Yong Kim dit qu’il importait de collaborer pour assurer l’équité chez les enfants et pour éradiquer l’extrême pauvreté.

« Nous savons que la lutte contre la pauvreté mondiale est loin d’être achevée et que l’avenir de millions d’enfants est toujours incertain. C’est pourquoi, à la Banque mondiale, j’ai fait en sorte que notre mission soit claire : mettre un terme à la pauvreté extrême et établir une prospérité partagée,» a-t-il dit.

© UNICEF VIDEO
Dans son discours d’introduction devant le Conseil d’administration de l’UNICEF, le Directeur général de l’UNICEF, Anthony Lake, affirme qu’il aborde 2013 avec un sentiment d’urgence encore plus fort (vidéo en anglais).  Regarder dans RealPlayer

 

Les membres du Conseil d’administration ont entendu que le partenariat entre les deux organisations  s’était régulièrement renforcé au cours des cinq dernières années. L’UNICEF collabore avec la Banque mondiale dans 103 pays, appuyant des programmes qui offrent aux communautés une amélioration de l’éducation scolaire, de la nutrition, de la santé et de l’accès à l’eau salubre. Grâce à ce partenariat, les deux organisations ont développé un outil permettant de repérer les goulots d’étranglement en aidant les communautés à  identifier et faire face aux problèmes rapidement.

Le partenariat UNICEF-Banque mondiale a apporté des ressources significatives, dont 944 millions de dollars É.-U. pour les services d’achat assurés par l’UNICEF. Les membres du Conseil d’administration ont pris connaissance d’autres initiatives fructueuses comme le mouvement  Améliorer la nutrition (SUN) et Assainissement et eau pour tous. (sites en anglais)

Le Conseil d’administration a pris connaissance des quatre domaines essentiels de collaboration entre l’UNICEF et la Banque mondiale : en Éthiopie (développement de la résilience contre la sécheresse), en Haïti (amélioration de la santé de la mère et de l’enfant), en Indonésie (lutte contre le retard de croissance) et en Ouganda (veiller à ce que les prestations offertes par le gouvernement atteignent les plus vulnérables grâce aux textos et aux médias sociaux).

En remerciant le M. Jim Yong Kim pour sa participation, le Directeur général de l’UNICEF, Anthony Lake, a dit que les deux organisations avaient un but commun : « A fond vers l’accélération du développement, la réduction de la pauvreté et l’’obtention de l’équité et de meilleurs résultats pour les plus défavorisés. »

En soulignant que « les innovations sont essentielles pour atteindre les plus défavorisés, »  qu’il s’agisse de santé, d’éducation, de protection de l’enfance, de VIH/SIDA ou de coopération sud-sud ou triangulaire, Anthony Lake a fait valoir que la Banque mondiale et l’UNICEF avaient un rôle important à jouer en faisant progresser ces efforts à l’intérieur de ces domaines du développement international en pleine progression.

© UNICEF VIDEO
Le Président de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, s’exprime pour la première fois devant le Conseil d’administration de l’UNICEF. Une session de réflexion spéciale sur la collaboration entre l’UNICEF et la Banque mondiale a permis de débattre du partenariat (vidéo en anglais).  Regarder dans RealPlayer

 

Célébrer les réussites, se concentrer sur les résultats

Dans son discours d’introduction devant le Conseil d’Administration, Anthony Lake a dit qu’il aborder 2013 avec un sentiment d’urgence encore plus fort.

Il a souligné le succès et l’élan d’initiatives comme Une promesse renouvelée (site en anglais), qui a été lancée en juin 2012 et dans laquelle déjà 171 gouvernements et plus de 400 organisations de la société civile et religieuses se sont engagés à mettre un terme aux décès d’enfants évitables. 

« Mais l’échéance 2015 des Objectifs du Millénaire pour le développement approchant rapidement, le besoin d’un cadre stratégique était urgent, » a-t-il dit. Le PSMT pour 2014-2017 entre dans le cadre de ce processus au côté d’un examen quadriennal complet des activités opérationnelles de l’ONU pour le développement (QCPR), récemment adopté par l’Assemblée générale des Nations Unies. « Nous accueillons favorablement la résolution concernant les QCPR et particulièrement son insistance sur l’apport et l’attestation de résultats, » a dit Anthony Lake.     

Il s’agit de la seconde session PaperSmart du Conseil d’administration de l’UNICEF, à la suite de la session sans précédent de l’an dernière qui a contribué à une économie importante des dépenses et à la protection de l’environnement. Cela est devenu un modèle aux autres organisations des Nations Unies pour le déroulement des sessions de leur propre Conseil d’administration.


 

 

Recherche