Conseil d'administration

Les directeurs régionaux présentent les plans de pays à l'occasion de la deuxième session ordinaire du Conseil d'administration

NEW YORK, États-Unis d'Amérique, 12 septembre 2012 – Les directeurs régionaux de l'UNICEF se sont trouvés au centre des débats lors de la seconde session ordinaire du Conseil d'administration de l'UNICEF avec la présentation des programmes de neuf pays dont Haïti, la Libye et le Soudan.

Dans son introduction générale, le Directeur des Programmes de l'UNICEF, Nicholas Alipui, a affirmé que les programmes de pays seraient mis en oeuvre durant une période de transition importante pour l'UNICEF, les Nations Unies et le paysage mondial et humanitaire.

VIDÉO (en anglais) : 12 septembre 2012 : Nicholas Alipui, Directeur des Programmes de l'UNICEF, présente les programmes de pays pour la Libye et le Soudan lors la deuxième session ordinaire du Conseil d'administration de l'UNICEF.

 

« Ces programmes de pays débuteront, avec pour toile de fond, une situation économique fragile et les effets d'une lente reprise après les précédentes années de crise financière. Certains de ces pays sont exposés aux catastrophes naturelles tandis que d'autres sont en train de se relever de bouleversements sociaux », a-t-il dit.

Les programmes de pays de l'UNICEF sont approuvés lors d'un processus en deux étapes. Le Conseil approuve les allocations de ressources pour les programmes lors de cette session et les programmes de pays complets sont approuvés selon une procédure d'approbation tacite lors de la session suivante.

Réussites et enjeux pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord
Nicholas Alipui a fait connaître les programmes de pays pour la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord. Il a présenté le programme de pays pour la Libye, un pays en transition depuis le renversement de son gouvernement en 2011.

VIDÉO (en anglais) : 12 septembre 2012 : Manuel Fontaine, Directeur régional pour l'Afrique de l'Ouest et centrale, présente les programmes de pays pour le Cameroun, la République démocratique du Congo et la Guinée équatoriale lors de la deuxième session ordinaire du Conseil d'administration de l'UNICEF.

 

Il a donné un aperçu de quelques-unes des réalisations de l'UNICEF au cours de la période de bouleversements qu'a connue le pays comme l'apport d'eau potable à 1 200 000 enfants ainsi que l'organisation de vastes campagnes de vaccination et la sensibilisation aux risques posés par les mines.

Le programme de coopération de l'UNICEF a pour but d'aider le Gouvernement libyen à intégrer les droits de l'enfant dans ses politiques au fur et à mesure qu'il s'achemine vers la stabilité. Il accorde une attention particulière aux politiques qui permettront au gouvernement de réaliser les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) et de construire une société qui offre des chances égales à tous les enfants libyens.

En présentant le programme de pays pour le Soudan, Nicholas Alipui a évoqué quelques-unes des réussites du pays. Il est exempt de polio depuis 2009 et son taux de mortalité chez les enfants de moins de cinq ans a reculé de plus de 30 pour cent au cours des vingt dernières années.

Le programme de pays de l'UNICEF vise les importantes difficultés auxquelles est confronté le Soudan comme le taux élevé d'enfants non scolarisés, des éléments sociaux comme la mutilation génitale féminine et le mariage précoce ainsi que le faible taux d'enfants atteints de malnutrition sévère aiguë recevant un traitement.

VIDÉO (en anglais) : 12 septembre 2012 : Bernt Aasen, Directeur régional pour l'Amérique latine et les Caraïbes présente le programme de pays pour Haïti lors de la deuxième session ordinaire du Conseil d'administration de l'UNICEF.

 

Résilience en période de crise en Afrique de l'Ouest et du centre

Le Directeur régional pour l'Afrique de l'Ouest et du centre, Manuel Fontaine, dans sa présentation des programmes de pays pour le Cameroun, la République démocratique du Congo et la Guinée équatoriale, a affirmé que les défis auxquels était confrontée la région étaient immenses.
 
« Le BRAOC continue d'être confronté à des crises d'ordre politique, sécuritaire et humanitaire dans un contexte de niveaux systématiquement élevés de pauvreté chronique et d'inégalités persistantes », a-t-il dit. « Environ 18 millions de personnes dans la région du Sahel doivent faire face à une grave crise alimentaire et nutritionnelle due à des sécheresses successives, aux prix élevés des céréales, à la dégradation de l'environnement et à des déplacements de populations liés au conflit ». Environ 1,1 million d'enfants devront cette année faire face à la malnutrition sévère aiguë.  
 
Manuel Fontaine a fait savoir que la région a fait preuve d'une résilience meilleure que prévu aux crises alimentaire, énergétique et économique qu'elle a subie. « Plusieurs pays ont enregistré des améliorations importantes dans le domaine de la survie de l'enfant, dans la lutte contre le paludisme et le VIH/SIDA ainsi que dans le secteur de l'éducation », a-t-il ajouté.  

Assurer la pérennité des réussites en Amérique latine et dans les Caraïbes

 Les programmes de pays pour Haïti et le Nicaragua ont été présentés par le Directeur régional pour l'Amérique latine et les Caraïbes, Bernt Aasen.

Le programme pour Haïti permettra de meilleurs soins médicaux pour les enfants, dont une prise en charge néonatale ainsi qu'une protection et un traitement contre le VIH. Il épaulera aussi les communautés locales dans l'apport d'une meilleure nutrition et appuiera la Gouvernement haïtien dans ses efforts pour augmenter la fréquentation scolaire et éliminer les obstacles financiers à l'éducation.

« Nous savons que le maintien scolaire des enfants est l'un des meilleurs moyens de les protéger de la violence et des sévices », a dit Bernt Aasen.

Le programme pour le Nicaragua a conçu ses stratégies de manière à ce que les disparités et les inégalités soient réduites. Les autochtones et les autres populations vulnérables sont concernées par ce  programme qui vise à améliorer leur accès aux prestations de santé et de nutrition, à l'éducation et à la protection.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2012-0968/Markisz
Un délégué de Guinée équatoriale prend la parole lors de la seconde session ordinaire du Conseil d'administration de l'UNICEF au siège de New York des Nations Unies le 12 septembre 2012.

Une aide sera apportée pour le développement des capacités des institutions publiques et des gouvernements régionaux, y compris les gouvernements des territoires autochtones.

L'Afrique du Sud était au centre du rapport du Directeur pour la région d'Afrique de l'Est et australe, Elhadj As Sy. L'une des plus lourdes contraintes à laquelle celle-ci est confrontée est le VIH/SIDA. Plus de cinq millions de personnes sont séropositives, ce qui fait de l'Afrique du Sud un des pays les plus sinistrés en termes de chiffres absolus. Le VIH contribue aussi au taux élevé de mortalité maternelle dans le  pays.

La violence contre les enfants représente également un défi important pour l'Afrique du Sud.
 
« Le but d'ensemble du programme de pays pour l'Afrique du Sud est d'accélérer la concrétisation des droits de l'enfant et la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement, cela avec pour préoccupation essentielle de faire reculer les inégalités profondes et la pauvreté très répandue chez les enfants du pays », a dit Elhadj As Sy.

En présentant le programme de pays pour le Pakistan, la Directrice régionale pour l'Asie du Sud, Karin Hulshof, a affirmé que la plus importante priorité était d'aider le Pakistan à atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement, particulièrement en ce qui concerne la pauvreté et la faim, l'éducation, la santé maternelle et la protection de l’environnement. Le Directeur pour l'Asie de l'Est et le Pacifique, Daniel Toole, a présenté les résultats de l'examen à mi-parcours du programme de pays pour le Timor-Leste.

© UNICEF/NYHQ2012-0968/Markisz

Sortir du piège de l'inégalité et des injustices

En ouvrant la session, Nicholas Alipui a souligné que les facteurs habituels qui menacent les droits de l'enfant tels l'exclusion, la violence et les conséquences de la migration, ne sont pas limités aux pays à faibles revenus. Il a aussi appelé à une très grande vigilance destinée à maintenir les progrès réalisés.

« Les résultats qui ont été obtenus pour les enfants au cours des récentes années, quelle que soit leur modestie, devront être préservés et maintenus et même menés plus loin pour faire en sorte que les enfants les plus pauvres et les plus marginalisés puissent sortir du piège de l'inégalité et des injustices », a-t-il dit.

La deuxième session régulière du Conseil d'administration se déroule au siège des Nations Unies à New York. La réunion de 2012 s'est ouverte hier en s'axant sur les partenariats et s'achève le vendredi 14 septembre.


 

 

Recherche