Conseil d'administration

Le Conseil d’administration de l’UNICEF trouve des opportunités à un moment de transition mondiale

Par Rebecca Zerzan

NEW YORK, États-Unis, 7 juin 2012 – Le Conseil d’administration de l’UNICEF revoit les performances de ses politiques et de ses programmes au regard des changements rapides qui s’opèrent dans l’environnement mondial.

Des gains énormes ont été obtenus pour la survie et le bien-être de l’enfant depuis 1990, mais de récents défis mondiaux et l'environnement financier incertain menacent de saper ces progrès. Cependant, avec les bonnes pratiques et les bons partenariats, ces défis peuvent devenir des opportunités pour renforcer les capacités des gouvernements locaux et des communautés à protéger les enfants et à défendre leurs droits, a déclaré Robert Jenkins, Directeur associé de la Division des politiques et de la stratégie à l’UNICEF.

VIDÉO (en anglais) : le Directeur associé de la Division des politiques et de la stratégie à l’UNICEF, Robert Jenkins, explique l’ importance de la collecte et de l’analyse des données, alors que l’UNICEF se recentre sur le développement équitable pour les enfants.

 

« Nous connaissons actuellement un climat économique mondial difficile … avec des crises alimentaires et financières, ainsi qu’un changement climatique, une urbanisation rapide, des changements démographiques et d’autres défis », a-t-il expliqué. « Mais cette tendance inquiétante peut présenter des opportunités au niveau mondial ».

Des partenariats et des politiques pour les enfants

Une attention renforcée pour la recherche, accompagnée de partenariats stratégiques avec les organisations gouvernementales et les institutions financières internationales, placent l’UNICEF dans une position unique pour influencer les politiques et faire avancer les droits de l’enfant, même face aux préoccupations mondiales émergentes.

« L’UNICEF joue un rôle de premier plan dans la collecte des données… Plus récemment, l’accent supplémentaire a été mis sur la diffusion d'une masse d’information sur les enfants, particulièrement sur son usage », a dit M. Robert Jenkins. « Le fait de s’engager dans un processus de planification a permis de toute évidence d’améliorer l’efficacité et l’accroissement des ressources publiques » devant servir à satisfaire les besoins des enfants vulnérables ».

La réforme des politiques aux niveaux national et subnational permet aux communautés d’apporter des améliorations rentables et durables à la santé, la nutrition, l’éducation et la protection des enfants.

L’UNICEF est actuellement engagé dans une réforme légale et institutionnelle des politiques dans 124 pays, dans des initiatives de financement public dans 102 pays, et dans des politiques de protection sociale dans 93 pays. L’organisation dirige aussi des analyses de la pauvreté dans 55 pays.

VIDÉO (en anglais) : Le Directeur des programmes de l’UNICEF, Nicholas Alipui explique l’ importance de l’équité dans les programmes de l’UNICEF dans le monde.

 

« Il est très utile de remarquer que la plupart des personnes pauvres vivent dans les pays à revenu intermédiaire, ce qui rend encore plus indispensable pour l’UNICEF d’intervenir avec les pays au niveau des politiques », a ajouté M. Robert Jenkins, soulignant les vulnérabilités persistantes, y compris dans les économies émergentes.

Le Directeur général de l’UNICEF, M. Anthony Lake, a souligné qu'il importait de s'attacher à poursuivre les partenariats aux niveaux local et communautaire afin de toucher les enfants vulnérables là où ils vivent. « C’est un sujet  extrêmement important… Tous les partenaires  – les gouvernements, les ONG internationales  –  jouent un très grand rôle. Mais, bien plus importante, s’avère la manière dont nous travaillons, et  aidons, les ONG nationales et locales, sans lesquelles nous ne serions pas capable d’agir », a-t-il affirmé.

Une période de transition rapide

« Le Conseil d’administration a également révisé les programmes de pays permanents et nouveaux, qui opèrent dans une période de transition de la sphère du développement mondial », a déclaré Nicholas Alipui, directeur des programmes à l’UNICEF.

En ce moment, du fait d’une crise nutritionnelle qui afflige huit pays du Sahel en Afrique, plus d’un million d’enfants de moins de cinq ans sont en danger de malnutrition sévère aigüe potentiellement mortelle, alors que, par exemple, le ralentissement de l'économie mondiale continue d’affecter les ressources destinées au développement et aux enfants. Toutefois, les progrès de l’information et de des technologies de communication, tout comme d’autres innovations naissantes, apportent l’espoir de faire évoluer favorablement le paysage du développement.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2012-0389/Markisz
La Directrice du bureau régional de l’UNICEF pour l’Europe centrale et orientale et la Communauté d’États indépendants, Marie-Pierre Poirier, s’adressant à l’assemblée de la session annuelle 2012 du Conseil d’administration de l’UNICEF. À ses côtés le Directeur général de l’UNICEF, Anthony Lake, La Ministre conseillère de la Finlande, Nina Nordström, le secrétaire du Conseil d’administration de l’UNICEF, Nicolas Pron, et la directrice générale adjointe de l’UNICEF, Mme Geeta Rao Gupta.

« Il est clair que les méga-moteurs du changement – la persistance des crises alimentaire, pétrolière et financière, les mouvements démographiques, et l’émergence de la jeunesse en forte augmentation en même temps que les technologies  de l’information et de la communication deviennent universelles  – auront un impact sur l'environnement de programmation de ces programmes de pays mis à exécution », a ajouté Nicholas Alipui. Il est impératif que l’UNICEF demeure fidèle à ses objectifs actuels, tout en prenant en compte ces questions mondiales émergentes, a-t-il insisté.

Les programmes de pays, qui soulignent les priorités essentielles du développement de 2013 à 2017, visent à y parvenir, notamment en démontrant une attention renouvelée au programme d’équité de l’UNICEF – Un point sur lequel l'organisation insiste pour avoir l’assurance que tous les enfants, particulièrement les plus vulnérables et les plus défavorisés, reçoivent les services médicaux, la protection et l'éducation nécessaires à leur épanouissement.

Au total, 15 programmes de pays, ainsi que des programmes impliquant plusieurs pays pour les îles du Pacifique, ont été présentés au Conseil d’administration. Les directeurs régionaux qui présentaient les programmes de pays pour leurs régions respectives ont souligné comment l’attention sur l’équité avait été incorporée aux programmes de l’UNICEF sur le terrain. « Il est clair désormais que notre recentrage sur l’équité est une expression pratique de l’engagement de l’organisation envers l’universalité des droits des enfants » a conclu M. Nicholas Alipui.


 

 

Recherche