Conseil d'administration

Les membres de l'UNICEF allouent des contributions régulières pour financer les initiatives

Par Rebecca Zerzan

NEW YORK, États-Unis, 9 février 2012 – La crise économique mondiale continuait de se faire sentir à la a réunion annuelle d'annonces de contributions du Conseil d'administration de l'UNICEF, et qui se tenait au Siège des Nations Unies à New York.

VIDÉO (en anglais) : le Directeur général de l'UNICEF, Anthony Lake, souligne l'importance du financement des programmes de l'UNICEF pendant la réunion annuelle des annonces de contributions de l'organisation.  Regarder dans RealPlayer

 

« Des ressources de base inadéquates constituent un défi sérieux pour l'UNICEF », a déclaré le Directeur général de l'UNICEF, Anthony Lake.

Il a souligné les besoins d'un financement prévisible pour atteindre les enfants vivant dans les zones les plus reculées et soumis aux situations les plus difficiles - particulièrement comme la date butoir de 2015 pour atteindre les Objectifs du Millinénaire pour le développement (OMD) approche.

« Les ressources générales sont au coeur de notre capacité à atteindre les OMD et apporter aux enfants une meilleure santé, de l'eau potable, une bonne alimentation et une éducation », dit-il. « Elles aident à protéger les enfants contre la violence, l'exploitation et les abus. Elles sont au coeur de notre capacité à intervenir rapidement et avec efficacité dans les urgences ».

Les États membres ont annoncé leurs contributions annuelles volontaires à l'organisation et réaffirmé leur soutien à l'action de l'UNICEF.

« Nous sommes reconnaissants aux gouvernements qui ont annoncé leur contribution au soutien de l'UNICEF aujourd'hui, tout spécialement face aux difficultés économiques mondiales que nous subissons tous », a déclaré Anthony Lake en conclusion de la réunion. « Nous promettons, comme toujours, de faire tout ce que nous pouvons, chaque jour, pour continuer à utiliser les ressources qui nous sont confiées de la façon la plus rentable et la plus efficace possible - avec une attention singulière pour les résultats ».

Se concentrer sur la recherche

Le Conseil d’administration s'est aussi concentré sur le développement et la mise en oeuvre de programmes fondés sur la recherche pour parvenir à de meilleurs résultats dans le domaine.

En tant que principal fournisseur d'assistance technique aux organisations partenaires et aux gouvernements, la collecte de données de l'UNICEF, le suivi et les analyses jouent un rôle crucial dans le développement dans le monde entier des politiques et des bonnes pratiques.

Gordon Alexander, Directeur du Bureau de recherche de l'UNICEF, s'est adressé au Conseil d'administration sur l'amélioration de la façon dont l'UNICEF développe, gère et partage l'information.

L'UNICEF a identifié trois priorités à cet effet : élagir la base de preuves sur les questions de l'enfance ; générer et appliquer la connaissance au niveau des pays ; et renforcer les connections entre les aires de programmes. L'UNICEF explore également l'utilisation des technologies de la communication et de l'information (TIC), comme le système Rapid SMS pour partager les résultats des laboratoires, faciliter le flot d'information entre les partenaires et les pays.

VIDÉO (en anglais) : le Directeur des évaluations de l'UNICEF, Colin Kirk, présente les opérations d'éducation dans les urgences de l'UNICEF lors de la première session régulière de son Conseil d'administration pour l'année 2012.  Regarder dans RealPlayer

 

Les opérations à base de preuves

Une discussion sur les programmes de l'UNICEF en matière d'éducation

Une discussion sur l'Éducation dans les programmes d’urgence de l’UNICEF a montré comment l'organisation stimule son efficacité en mettant l’accent sur les résultats.

La Directrice adjointe de l'éducation, Susan Durston, et le Directeur de l'évaluation, Colin Kirk, ont discuté des récentes evaluations du soutien de l'UNICEF à l'éducation dans les urgences et situations d'après-conflit. Les études, menées par des consultants indépendants et gérées par le bureau d'évaluation de l'UNICEF, a identifié à la fois des progrès et des lacunes.

« Les réalisations globales ont permis  à 6 millions d'enfants d'accéder à une éducation de qualité chaque année, avec un bénéfice indirect profitant à 14 autres millions d'enfants », a annoncé Colin Kirk. Mais « le suivi et l'établisement de rapports n'a pas été aussi solide qu'il aurait dû ... et les progrès obtenus pour soutenir le développement de politiques à base de preuves ont été limités ».

Les recommandations résultantes ont produit, non seulement des améliorations, mais aussi des innovations. L'amélioration des rapports a produit des approches et des technologies nouvelles encourageantes qui sont mises à l'essai partout dans le monde.

« Au Sri lanka, nous avons pu suivre l'apprentissage des enfants affectés par le conflit », a expliqué Susan Durston. Des programmes similaires sont maintenant mis en oeuvre dans d'autres pays sujets aux catastrophes. « Au Bangladesh, nous avons maintenant des plans de préparation à la mise en oeuvre de programmes d'éducation dans les urgences, qui s'avèrent utiles en raison des inondations et autres catastrophes qui se produisent dans le pays quasi annuellement. Et nous avons mis à l'essai un programme de formation des enseignants et d'innovations TIC ».

Ces développements favoriseront les améliorations au sein de l'organisation.

« Les expériences et les leçons tirées de ce programme vont bien au delà de ce programme », explique le Directeur général adjoint, Yoka Brandt. « Nous avons retenu les leçons et nous nous en servirons pour les appliquer aux futurs programmes ».


 

 

Recherche