Conseil d'administration

Lors d’une réunion commune, les Conseils d’administration d’organismes des Nations Unies insistent sur l’équité et le développement

Réduire les écarts pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement

NEW YORK, États-Unis, 4 février 2011 – Lors d’une réunion commune des Conseils d'administration de l’UNICEF et de quatre autres institutions de l’ONU, ce matin à New York, le Directeur général de l’UNICEF Anthony Lake a demandé que la communauté internationale s’engage à atteindre les communautés les plus pauvres et les plus déshéritées de la planète pour réduire les disparités et atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) dans des conditions d’équité.

VIDÉO (en anglais) : 4 février 2011 – Le Directeur général de l’UNICEF Anthony Lake intervient lors de la réunion commune des Conseils d'administration de l’ONU au cours d’une session sur l’équité et les Objectifs du Millénaire pour le développement.  Regarder dans RealPlayer

 

« Ces objectifs sont la voie vers une vie meilleure pour des milliards de personnes, les enjeux sont donc énormes », a déclaré Anthony Lake. Il a ajouté que la survie et le développement des enfants représentent « l'impératif sous-jacent de la Déclaration du Millénaire » - le document présenté par les dirigeants mondiaux en 2000 et qui constitue le socle des Objectifs.

Des progrès d'ensemble ont été réalisés pour atteindre les OMD d'ici à 2015, la date butoir, a fait valoir Anthony Lake. Mais les progrès vers ces objectifs sont jugés par le biais de moyennes nationales qui ne mesurent pas les inégalités au sein des sociétés. « Ces moyennes masquent en fait des échecs moraux », a-t-il dit.

VIDÉO (en anglais) : 4 février 2011 – L’Administratrice du Programme des Nations Unies pour le développement Helen Clark parle du développement dans des conditions d’équité lors d’une réunion commune de Conseils d'administration d’organismes de l’ONU.  Regarder dans RealPlayer

 

L’Administratrice du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), Mme Helen Clark, a fait écho aux préoccupations de Anthony Lake. Mme Helen Clark a souligné « la déconnexion entre la croissance économique et le développement humain » dans de nombreuses sociétés qui font des progrès d'ensemble, mais laissent dans leur sillage les plus pauvres des pauvres. « La croissance du PIB ne garantit pas l'équité », a-t-elle dit. « Il est impératif maintenant de se focaliser sur les inégalités ».

« La chose juste à faire »

La séance d'aujourd'hui sur l'équité et le développement s'est tenue au Siège de l'ONU à New York. C’était la première fois que les dirigeants de cinq institutions participaient à une réunion commune de leurs Conseils d'administration. Outre Anthony Lake et Mme Helen Clark, les chefs du Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) et d’ONU-Femmes et le Directeur général adjoint du Programme alimentaire mondial (PAM), étaient venus répondre aux questions des représentants des États membres.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2011-0175/Markisz
Le Directeur exécutif du Fonds des Nations Unies pour la population Babatunde Osotimehin (à droite) prend la parole lors de la réunion commune des Conseils d'administration de l’ONU, sous les yeux du Directeur général de l’UNICEF Anthony Lake, le Président du Conseil d'administration de l’UNICEF, l’Ambassadeur Abulkalam Abdul Momen et le Secrétaire du Conseil d'administration de l’UNICEF Nicolas Pron (de g. à d.)

« Donner la priorité à l’équité, cela exige que l’UNICEF, et nous tous, soutenions la réforme de l’ONU, a déclaré Anthony Lake. Il a ajouté que cette session commune était « symbolique » de la nécessité de mener des efforts de collaboration. « Cette approche nécessite des interventions intégrées », a-t-il affirmé.

Anthony Lake a expliqué que l'UNICEF avait décidé de mettre l'accent sur l'équité à la suite d'une analyse minutieuse des disparités à travers le monde - notamment, les disparités des taux de mortalité chez les enfants de moins de cinq ans. L'UNICEF a déterminé que le ciblage des ressources vers les communautés les plus vulnérables, comblant ainsi les écarts en matière de développement, serait le moyen le plus économique d'atteindre les OMD.

Mais au-delà des avantages pratiques et stratégiques d'une approche fondée sur l'équité, a déclaré Anthony Lake, « c’est la chose juste à faire ».

Le rôle de la protection sociale

Pour sa part, Mme Helen Clark, l’Administratrice du  PNUD a évoqué les progrès « lents et irréguliers » accomplis vers de nombreux Objectifs de développement, faisant valoir que les avancées n’atteignaient pas toujours les femmes et les filles, les pauvres et les chômeurs, les handicapés et les autres populations marginalisées. Elle a demandé des « investissements dans l'éducation et la santé pour renforcer le capital humain » et souligné le rôle capital des programmes de protection sociale.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2011-0173/Markisz
La Directrice générale d’ONU-Femmes, Michelle Bachelet, intervient lors de la réunion commune des Conseils d'administration de l’ONU consacrée à l’équité et aux Objectifs du Millénaire pour le développement.

Mme Helen Clark a noté que de tels programmes promouvaient l'équité en établissant un « seuil-plancher » pour empêcher les familles vulnérables de sombrer dans l'extrême pauvreté et répondre à leurs besoins essentiels en matière de santé, de nutrition et d’éducation.

« Les considérations d'équité doivent être au centre de ce processus », a-t-elle dit.

Des disparités sexistes

Les patrons des autres institutions présents à  la réunion commune ont tous appuyé la décision d’axer sur l’équité les efforts menés pour atteindre les OMD.

La Directrice exécutive d’ONU-Femmes Michelle Bachelet a souligné le problème des disparités entre les sexes dans l'éducation. Bien que l'écart de scolarisation entre filles et garçons ait diminué dans la plupart des nations, a-t-elle dit, les inégalités persistent entre les communautés marginalisées - même dans les régions qui ont fait de grands progrès, comme l'Amérique latine et les Caraïbes.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2011-0177/Markisz
Un délégué du Niger intervient lors de la session commune des Conseils d'administration de l’ONU à New York.

« Les femmes ont un rôle essentiel à jouer dans la réalisation des OMD », a déclaré Mme Michelle Bachelet, rappelant aux délégués que l'éducation des filles est l'un des moyens les plus efficaces de faire progresser le développement et réduire la pauvreté.

« Le rôle essentiel de l’équité »

Le Directeur général duFNUAP, Babatunde Osotimehin, a également souligné l'importance d'éliminer les inégalités entre les sexes pour favoriser le développement, car les femmes et les filles sont particulièrement vulnérables à la pauvreté et l'exclusion. « L'équité revêt une importance capitale dans tout ce que nous faisons », a-t-il dit.

Le Directeur adjoint du PAM, Amir Abdulla, a qualifié l’équité de clé des progrès du développement. « La faim et la sécurité alimentaire sont clairement une question d'équité, a-t-il dit, et les plus pauvres du monde, épuisent leurs ressources, amoindrissent leurs richesses, rien que pour pouvoir se nourrir ».


 

 

Recherche