Conseil d'administration

Le Conseil d'administration conclut une session particulièrement fructueuse avec l'approbation de mesures novatrices

Les décisions appuient les efforts destinés à atteindre les Objectifs de développement avec équité

Par Tim Ledwith

NEW YORK, Etats-Unis, 13 septembre 2010 – Le Conseil d'administration de l'UNICEF a conclu la semaine dernière sa deuxième session ordinaire pour l'année 2010 en approuvant un large éventail de décisions qui guideront les priorités en matière d'organisation, les opérations et les partenariats pour les années à venir d’importance cruciale qui aboutiront à la date d'échéance de 2015 pour la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement.  

VIDÉO (en anglais) : 9 septembre 2010 – Son Excellence le Dr Abulkalam Abdul Momen, Président du Conseil d'administration de l'UNICEF, livre les réflexions finales lors de la deuxième session ordinaire du Conseil pour 2010.

 

Dans ses remarques finales, Son Excellence le Dr Abulkalam Abdul Momen, Représentant permanent du Bangladesh aux Nations Unies et Président du Conseil d'administration de l'UNICEF pour l'année 2010, a dit avoir apprécié « le sincère esprit de collaboration et de compromis » qu'on montré les délégués durant ces trois journées de réunion au siège de l'ONU à New York.

  « Grâce à cet esprit, » a-t-il dit, « nous avons pu négocier et adopter 11 décisions, un des chiffres les plus élevés concernant une session récente. »

« Plan d'action en vue de résultats »

M. Momen a observé qu'une grande partie de cette dernière session s'est intéressé à « l'activité de base » de l'UNICEF – dont des rapports de surveillance et d'évaluation, de planification stratégique, de projections financières et d'objectifs de levée de fonds dans le secteur privé. Les débats du Conseil lors de la dernière journée de la session ont également été consacrés à la gestion des ressources humaines afin de pouvoir attirer et garder un personnel de haute qualité ainsi qu'à la mise en place des Normes comptables internationales du secteur public.  

Image de l'UNICEF
© NYHQ2010-1718/Markisz
Sur l'estrade lors de la séance finale de la session du Conseil d'administration de l'UNICEF (à partir de la gauche) : le Responsable de la section VIH/SIDA Jimmy Kolker, la Directrice générale adjointe Hilde F. Johnson, le Directeur général Anthony Lake, le Vice-président du Conseil d'administration Chitsaka Chipaziwa, le Secrétaire du Conseil d'administration Nicolas Pron, le Directeur général adjoint Saad Houry et la Secrétaire adjointe du Conseil d'administration Christine Muhigana.

« L'UNICEF est en train de dresser un programme financier prudent dans le contexte de ralentissement économique mondial, » a dit M. Momen. « L'UNICEF s'efforce d'améliorer le rendement et l'efficacité de ses opérations et de ses procédures – ainsi que le plan d'action en vue de résultats. »

Le Conseil d'administration a aussi examiné six nouveaux programmes de pays et approuvé 13 documents relatifs à des programmes de pays et de secteurs définissant des priorités stratégiques pour l'action sur le terrain de l'UNICEF dans chaque pays respectif pour les cinq&bsp;prochaines années.

Lors de ces débats – et lors de l'examen à moyen terme de 30 autres programmes de pays présentés pendant la session – les délégués « ont observé comment l'UNICEF travaille avec les gouvernements et les partenaires de la société civile pour toucher et améliorer la vies de davantage d'enfants, » a dit M. Momen.

Rôle fondamental des partenariats

En fait, le partenariat a été le thème d'ensemble de la session de la semaine dernière. Une décision fondamentale dans ce domaine a été l'extension par le Conseil d'administration de la coopération de l'UNICEF avec le Rotary International en vue de l'éradication mondiale de la polio.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2010-1721/Markisz
La Directrice des ressources humaines de l'UNICEF Christine Lloyd s'exprime lors de la seconde session ordinaire du Conseil d'administration de l'UNICEF pour l'année 2010.

Le partenariat de longue date avec le Rotary « a favorisé la quasi-éradication d'une maladie qui rendait autrefois infirmes des millions d'enfants et d'adulte, » a dit le Dr Momen.

Le Responsable de la section VIH/SIDA de l'UNICEF, Jimmy Kolker, a fait un point devant les délégués sur un autre secteur de coopération, le partenariat ONUSIDA dans lequel l'UNICEF est conjointement à pied d'œuvre avec neuf autres agences de l'ONU pour mettre fin à la propagation du VIH dans le monde et l'inverser.

Les partenariats avec d'autres agences de l'ONU – et l'objectif associé de cohésion au niveau du système de l'ONU – étaient aussi le sujet d'un rapport commun du Programme de développement des Nations Unies, du Fonds des Nations Unies pour la population et de l'UNICEF sur un plan d'action vers un budget intégré. Le rapport, dont les recommandations ont été approuvées par le Conseil d'administration, a fait état de progrès en direction, d'ici 2014, d'une harmonie budgétaire pour les trois agences destinée à accroître les efficacités et améliorer les résultats.  

Une approche axée sur l'égalité

Dans l'ensemble, le Conseil d'administration a mis en relief le besoin d'une approche mieux coordonnée pour s'attaquer aux défis auxquels sont confrontés les enfants et les femmes, y compris ceux vivant dans des situations d'urgence comme la catastrophe actuelle provoquée par les inondations au Pakistan, la crise alimentaire au Niger et le tremblement de terre en Haïti. 

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2010-1717/Markisz
Le Directeur général de l'UNICEF Anthony Lake prend la parole lors de la séance finale de la deuxième session ordinaire du Conseil d'administration de l'UNICEF pour l'année 2010.

En fait, dans des déclarations et des exposés durant toute la session du Conseil d'administration, M. Momen, le Directeur général Anthony Lake et les autres ont insisté à plusieurs reprises sur l'importance décisive qu'il y a à toucher chaque enfant – non pas seulement lors des situations d'urgence mais dans le cadre plus vaste du développement. 

Coïncidant avec la publication du rapport phare de l'UNICEF « Progrès pour les enfants, » la session dans son ensemble a pris connaissance avec enthousiasme de cette conclusion qui caractérise le rapport : qu'une approche axée sur l'équité, visant les enfants et les familles les plus pauvres et les plus vulnérables du monde, offre le meilleur espoir et la voie la plus économique pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement d'ici 2015.  

M. Momen a exhorté les délégués à garder la notion d'équité à l'esprit lorsque que la Session plénière de haut niveau de l'ONU sur les OMD se déroulera la semaine prochaine à New York. « Nous devons nous rappeler que tous ces objectifs se rapportent aux enfants, » a-t-il dit. « Nous-mêmes, en tant que dirigeants de la communauté internationale avons une responsabilité particulière pour garantir que les objectifs soient atteints afin que chaque enfant, sans exception, puisse grandir en bonne santé, aller à l’école et être protégé. »


 

 

Recherche