Protéger les enfants (Déclaration du Millénaire)

Veiller à la sécurité des enfants

© UNICEF/HQ05-1928/LeMoyne
La protection des enfants contre la violence et les mauvais traitements est au centre de la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement et elle relève de la Déclaration du Millénaire.

L’UNICEF a pour rôle de mobiliser des partenaires en faveur de la réalisation des droits de l’enfant et de renforcer la détermination et les capacités des gouvernements de garantir leur protection. L’UNICEF joue le rôle de pivot ou de participant principal dans des partenariats de niveau mondial, notamment le Groupe de coordination interinstitutions sur la justice appliquée aux mineurs; le Groupe de travail interinstitutions sur les enfants non accompagnés et séparés de leurs parents; le Groupe de travail des donateurs sur les mutilations génitales féminines/excision; le Réseau Better Care; l’Étude des Nations Unies sur la violence à l’égard des enfants; l’Équipe spéciale de l’IASC sur la protection contre l’exploitation et les sévices sexuels dans le contexte des crises humanitaires et l’Équipe spéciale interinstitutions sur le soutien psychologique et à la santé mentale dans un contexte d’urgence.

En décembre 2005, la publication phare de l’UNICEF, La Situation des enfants dans le monde 2006, a souligné qu’il importait de ne pas oublier les enfants qui risquent de ne pas profiter des progrès réalisés vers les Objectifs du Millénaire pour le développement : ceux qui sont exclus des biens et services essentiels et ceux qui ne sont pas protégés contre l’exploitation et les mauvais traitements.

Evaluer la situation et fixer des normes

Au niveau régional, l’UNICEF a mené des activités de sensibilisation dans des forums tels que la Conférence parlementaire africaine sur « Les violences contre les femmes, abandon des mutilations sexuelles féminines : le rôle des parlements » qui s’est déroulée à Dakar (Sénégal) en décembre 2005. Par ailleurs, en partie grâce aux efforts déployés par l’UNICEF, le Protocole de Maputo à la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples, qui interdit les MGF et l’excision, est entré en vigueur au mois de novembre. Dans le cadre de la préparation de la grande Étude réalisée par les Nations Unies sur la violence à l’égard des enfants, qui devrait être achevée à la fi n de l’année 2006, l’UNICEF, avec le soutien du Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme et de l’Organisation mondiale de la Santé, a facilité une série de neuf consultations régionales.

En juillet 2005, le Conseil de sécurité des Nations Unies a voté à l’unanimité une résolution capitale pour la protection des enfants associés à des forces armées, qu’ils soient utilisés comme soldats, esclaves, cuisiniers ou espions. La résolution prévoit l’identification et la condamnation des forces armées qui, partout dans le monde, enlèvent des enfants et les exploitent de quelque manière que ce soit. Le Conseil a également appuyé la création d’un mécanisme de suivi et d’établissement de rapports proposé par le Secrétaire général des Nations Unies.