Créer un partenariat mondial pour le développement
(OMD 8)

Forger un partenariat mondial pour le développement

© UNICEF/HQ05-1124/Markisz
La réaffirmation, par les dirigeants de la planète, de leur attachement aux Objectifs du Millénaire pour le développement est l’un des plus grands succès en faveur des enfants enregistré en 2005.

Au mois de septembre, ils se sont réunis au Siège des Nations Unies dans le cadre d’un sommet de haut niveau; le renouvellement des engagements pris au titre des Objectifs – de la part des pays qui les ont élaborés – témoigne de l’issue heureuse de cette réunion. L’Objectif 8, à savoir mettre en place un partenariat mondial pour le développement, trouve sa plus haute expression dans l’accord conclu par ces dirigeants qui poursuivent des plans ambitieux visant à sortir leurs peuples de la pauvreté et à les mener vers un avenir meilleur.

Des progrès partout dans le monde

De nombreuses réunions partout dans le monde ont prouvé que cet objectif avait trouvé un écho favorable auprès des dirigeants de la planète : du sommet du G8, qui s’est déroulé au mois de juillet en Écosse, au cours duquel le groupe a effacé la dette des 18 nations les plus pauvres de la planète et s’est accordé pour augmenter l’aide aux pays en développement d’environ 50 milliards de dollars par an d’ici à 2010, à l’engagement pris par les donateurs de l’Union européenne de réellement affecter les 0, 7 % de leur produit national brut agréés à l’aide publique au développement d’ici à 2015.

Au niveau régional, la coopération s’est manifestée lors de réunions telles que la Première conférence ministérielle islamique sur l’enfant, organisée en juin à Rabat (Maroc) par l’Organisation de la conférence islamique, l’Organisation islamique pour l’éducation, les sciences et la culture et l’UNICEF afin de débattre de questions importantes relatives au bien-être des enfants dans les pays islamique et dans les pays abritant de larges populations musulmanes.

Au niveau national, l’Équateur nous offre un bon exemple de collaboration : l’UNICEF y coopère étroitement avec la société civile et le gouvernement afin de rendre le processus d’allocation budgétaire plus transparent, mieux adapté aux besoins des enfants et plus sensible aux droits qu’aux privilèges. C’est ainsi qu’en 2005, 180 millions de dollars supplémentaires du budget équatorien ont pu être investis dans l’éducation et la santé.

Un réseau de partenaires

Un réseau solide de partenaires est dans l’esprit de l’Objectif 8 et est incontournable pour réaliser tous les autres Objectifs.

L’UNICEF contribue à la collecte de ressources pour les enfants en établissant des partenariats avec un large éventail d’entreprises privées. Ces partenaires ne se contentent plus de fournir un soutien purement financier, mais ils mettent aussi leur expertise au service de la mission de l’UNICEF. La société civile participe aussi à tous les niveaux; pour renforcer cet engagement, l’UNICEF révise actuellement les politiques et pratiques qu’il applique dans ses relations avec la société civile.