Réduire l’extrême pauvreté et la faim (OMD 1)

Recul de la pauvreté, recul de la faim

© UNICEF/HQ05-1219/LeMoyne
L’élimination de l’extrême pauvreté et de la faim, le premier Objectif du Millénaire pour le développement, traduit une aspiration ancestrale à améliorer la condition humaine dans son aspect le plus fondamental. Ce sera le catalyseur de la réalisation de tous les autres Objectifs.

La pauvreté a été au centre des débats des dirigeants du sommet du G8 à Gleneagles, en Écosse, en juillet 2005. Pour que les enfants puissent participer au dialogue mondial, l’UNICEF a organisé un sommet parallèle, le Forum C8 des enfants, à quelques kilomètres de là, à Dunblane. Des jeunes venus du monde entier ont lancé un appel aux dirigeants du G8 pour qu’ils accordent de toute urgence la priorité aux enfants dans leurs décisions.

La faim est à la fois une conséquence et une cause de la pauvreté chez l’enfant. La deuxième cible de l’Objectif, à savoir réduire de moitié la proportion de la population qui souffre de la faim, prend comme indicateur de progrès la proportion d’enfants présentant une insuffisance pondérale. Trois pays, le Bangladesh, l’Inde et le Pakistan, abritent la moitié des enfants du monde en développement qui souffrent d’insuffisance pondérale. Si le problème de la dénutrition des enfants n’est pas réglé dans ces pays et partout ailleurs, il sera difficile d’atteindre les autres Objectifs du Millénaire pour le développement.

La lutte contre la carence en micronutriments

La lutte contre la carence en micronutriments, qui est l’une des composantes de l’insuffisance pondérale, a largement contribué à la réalisation des cibles des OMD. Les carences en vitamines et en sels minéraux sont considérées comme un problème de santé universel qui touche 2 milliards de personnes. Les femmes enceintes et qui allaitent, ainsi que les jeunes enfants, sont les premières victimes des carences car leurs besoins en vitamines et en sels minéraux sont plus importants, et parce qu’ils souffrent davantage des conséquences préjudiciables de ces carences.

Citons quelques implications positives directes pour les Objectifs du Millénaire pour le développement : des quantités appropriée d’iode peuvent avoir un impact sur la pauvreté (Objectif 1) et sur les résultats de l’éducation (Objectif 2); la distribution de doses supplémentaires de vitamine A a un impact direct sur la santé infantile (Objectif 4); la fourniture de micronutriments multiples est extrêmement importante pour les femmes en âge d’avoir des enfants et elle a un impact sur leur santé pendant la grossesse,sur la survie à l’accouchement (Objectif 5), sur le poids du bébé à la naissance et sur la santé pendant l’allaitement maternel (Objectif 4).

En réponse au tsunami de l’océan Indien, l’UNICEF, l’Organisation mondiale de la Santé et le Programme alimentaire mondial ont publié une déclaration commune au début de 2005 soulignant la nécessité de fournir des vitamines et des sels minéraux aux groupes de population éprouvés par des situations d’urgence.