Au Lesotho, les trousses de couleur pour la mère et l'enfant sauvent des vies

Image de l'UNICEF
© UNICEF Lesotho/2012
Une délégation de deux pays, le Cameroun et la Zambie, menée par Craig McClure (devant à droite), le chef du département VIH et SIDA de l'UNICEF, s'est récemment rendue au Lesotho afin d'en savoir plus sur l'expérience du pays en matière de trousses pour la mère et l'enfant, des trousses avec des codes couleur fournissant des médicaments et produits essentiels aux femmes enceintes.

Le 22 juillet, des experts se réuniront dans la ville de Washington pour la conférence biennale de la Société internationale du SIDA visant à faire reculer l'épidémie de VIH et de SIDA. L'UNICEF organisera un forum des dirigeants soulignant la nécessité de l'innovation dans le cadre de l'élimination des nouvelles infections au VIH chez les enfants. Cette histoire fait partie d'une série illustrant les efforts de l'UNICEF au nom des enfants et des femmes atteints par le VIH.

Par Malume Mohale

MASERU, Lesotho, 13 juillet 2012 - Une délégation de deux pays, le Cameroun et la Zambie, menée par Craig McClure, le chef du département VIH et SIDA à l'UNICEF, s'est récemment rendue au Lesotho afin d'en savoir plus sur l'expérience du pays en matière de trousses pour la mère et l'enfant, des trousses avec des codes couleur fournissant des médicaments et produits essentiels aux femmes enceintes.

La trousse pour la mère et l'enfant permet aux femmes enceintes ne pouvant retourner dans une clinique d'avoir accès aux services de base nécessaires pour rester en bonne santé, explique le Dr Mpolai Moteetee, Directeur général des services de santé au Lesotho. Dans les cas où les mères apprennent qu'elles sont séropositives lors d'un examen anténatal, la trousse pour la mère et l'enfant les aide à donner naissance à des enfants séronégatifs.

Les femmes séropositives comme séronégatives reçoivent la trousse pour la mère et l'enfant. Elle contient des vitamines et minéraux essentiels pour une grossesse saine. Seules les trousses destinées aux femmes séropositives contiennent un traitement antirétroviral prophylactique pour la prévention de la transmission de la mère à l'enfant.

Garantir la naissance de bébés en bonne santé

Mampaleng Setente, 24 ans, attend son premier enfant. Elle a déjà trouvé son prénom : Bohlokoa, qui signifie « le plus important ». En attendant le résultat de son test VIH, une étape habituelle des soins anténatals, Mampaleng parle de la confiance qu'elle porte au programme.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Lesotho/2012
Des mères arrivent pour effectuer des examens anténatals dans une clinique du Lesotho.

« La pire crainte est d'avoir peur du VIH. Je n'ai pas peur parce que je sais déjà ce que je dois faire pour que mon enfant ne contracte pas le VIH », explique-t-elle fièrement.

Elle est impatiente de recevoir sa trousse pour la mère et l'enfant, ou « Mofao », qui signifie « provisions », le nom employé au Lesotho. « Je sais que cette trousse contient des médicaments qui garantiront à mon bébé une bonne santé, sans VIH », affirme-t-elle. 

Les facteurs du VIH pédiatrique au Lesotho

L'enquête démographique et sanitaire (EDS) de 2009 au Lesotho cite la transmission du VIH de la mère à l'enfant comme le deuxième mode de transmission du VIH le plus courant après les rapports sexuels hétérosexuels dans le pays. L'étude sentinelle de 2009 au Lesotho révèle également que 27,7 pour cent de femmes enceintes se rendant dans des cliniques de soins anténatals seraient déjà infectées par le VIH.

D'après le Plan stratégique de 2011-2016 pour l'élimination de la transmission du VIH de la mère à l'enfant et pour les soins et la prise en charge pédiatriques du VIH, des défis comme les terrains difficiles associés au manque d'accès aux transports empêchent de nombreuses femmes enceintes de bénéficier pleinement des services de prévention du VIH.

Les accouchements à domicile représentent également un défi majeur de santé publique dans le pays. D'après Soeur Mampeshe Selebalo, une infirmière de santé publique du district de Botha-Bothe, ces nourrissons risquent d'être exposés aux infections au VIH et à d'autres complications qui contribuent aux taux élevés de décès néonatals chez les enfants nés à domicile par rapport à ceux nés dans des établissements cliniques.

Atteindre toutes les femmes enceintes

L'EDS au Lesotho a également révélé qu'au lieu des quatre visites recommandées lors de la grossesse, la première visite anténatale des femmes était souvent aussi leur dernière. Pour remédier à cela, un traitement antirétroviral prophylactique à emporter à la maison pour la prévention de la transmission du VIH de la mère à l'enfant a été présenté par le pays en 2007, note Maneo Mohai, responsable de la Division de la santé de la famille du Ministère de la santé. Elle ajoute : « au début, ce kit minimum de prévention de la transmission de la mère à l'enfant, mis en pratique en 2010, ne ciblait que les femmes séropositives ».

Image de l'UNICEF
© UNICEF Lesotho/2012
Une délégation du Cameroun et de Zambie écoute une infirmière dans une clinique du Lesotho. Elle explique comment ils aident les mères atteintes du VIH à éviter de transmettre le virus à leurs enfants.

Mais en janvier 2011, avec l'appui de l'UNICEF et de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), le pays a lancé la trousse pour la mère et l'enfant pour toutes les femmes enceintes, indépendamment de leur statut VIH. 

Il existe désormais une trousse pour les femmes séronégatives, avec des micronutriments pour une grossesse saine, MBP1. La seconde catégorie concerne les femmes séropositives ne nécessitant pas encore de traitement, elle contient un traitement prophylactique pour stopper la transmission du VIH au bébé - MBP2. La troisième, MBP3, concerne les femmes séropositives déjà sous traitement.

« Nous voyons davantage de femmes venir aux visites suivantes. [et] moins de stigmates puisque chaque femme quitte la clinique avec sa propre trousse », explique Soeur Matau, infirmière en soins anténatals  à l'hôpital de Mafeteng.

Elle suppose également qu'il y a eu une baisse de la charge de travail parce qu'initialement, les kits étaient réalisés au niveau du centre de soins, tandis que la nouvelle trousse est réalisée par la National Drug Service Organization (NDSO).

L'engagement pour zéro infections à VIH chez les nourrissons

 Dans son bilan de la visite de la mission, Craig McClure a loué le Gouvernement du Lesotho pour son engagement dans l'élimination des nouvelles infections au VIH et dans le maintien en vie, et dans de bonnes conditions, des femmes porteuses du VIH. Cela, a-t-il dit, se manifeste dans le fait que le gouvernement finance 70 pour cent des antirétroviraux directement depuis son propre budget.

Dans l'ensemble, la mission a été impressionnée par les améliorations en matière de services de prévention de la transmission de la mère à l'enfant ainsi que par les efforts continus du Lesotho pour optimiser et simplifier le traitement en utilisant la prévention de la transmission de la mère à l'enfant comme point d'entrée.


 

 

Español Français

Liens utiles

Campagne contre le SIDA

  Ce site est uniquement disponible en anglais.