Evaluation database

Evaluation report

2014 Senegal: Evaluation of the Joint Programme Child Nutrition and Food Security



Author: MDG Achievement Fund

Executive summary

"With the aim to continuously improve transparency and use of evaluation, UNICEF Evaluation Office manages the "Global Evaluation Reports Oversight System". Within this system, an external independent company reviews and rates all evaluation reports. Please ensure that you check the quality of this evaluation report, whether it is “Outstanding, Best Practice”, “Highly Satisfactory”, “Mostly Satisfactory” or “Unsatisfactory” before using it. You will find the link to the quality rating below, labelled as ‘Part 2’ of the report."

Background:

La situation nutritionnelle au Sénégal est caractérisée par des carences en micronutriments qui peuvent être à l’origine de certaines maladies et qui ont des conséquences moins visibles telles que l’affaiblissement du système immunitaire. Une telle situation requiert des efforts considérables, nécessaires pour atteindre l’objectif de 10% correspondant au taux de l’insuffisance pondérale d’ici 2015. D’autres facteurs comme les mauvaises pratiques d’allaitement maternel exclusif, d’alimentation de l’enfant, et le faible niveau d’alphabétisation des mères expliquent aussi cette mauvaise situation nutritionnelle. L’alimentation inadéquate des enfants et de leurs mères contribue aussi à la charge de morbidité y compris à la malnutrition et ses conséquences.

Suite à la situation nutritionnelle et alimentaire défavorable liée à une flambée des prix et à une succession de déficit pluviométrique en 2007-2008, les agences des NU, à savoir UNICEF, PAM, OMS, FAO et l’UNESCO, se sont engagées à apporter une réponse stratégique et cohérente à l’adresse de la malnutrition et de l’insécurité alimentaire. Pour ce faire, elles se sont basées sur leurs avantages comparatifs capitalisés dans ces domaines. En effet, il s’avère que la résolution de la malnutrition et de l’insécurité alimentaire doit être multidimensionnelle tout en prenant en compte les besoins des groupes les plus vulnérables.

C’est ainsi que le programme conjoint Nutrition, Enfant et Sécurité Alimentaire (NESA) a été développé. Les interventions planifiées de NESA visent à permettre aux Agences des NU impliquées de disposer de
ressources adéquates et de jouer un rôle clé dans leurs domaines de compétences respectifs en aidant leSénégal à accélérer les efforts déployés pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD).

Purpose/Objective:

l’évaluation finale vise à :
(i) Évaluer dans quelle mesure le programme conjoint a pleinement mis en oeuvre les activités prévues et obtenu les produits (outputs) et réalisations (outcomes) attendus, et mesurer en particulier les résultats de développement.
(ii) Générer un volume conséquent de connaissances basées sur les faits, concernant un ou plusieurs volets du F-OMD (MDG Achievement Fund), en identifiant les meilleures pratiques et les enseignements tirés qui pourraient servir à d'autres interventions de développement au niveau national (montée en échelle) et international (reproductibilité).

Methodology:

La méthodologie est basée sur trois principes

(i) une approche participative tout au long du processus, (ii) la prise en compte systématique d’une part des réalités de l’environnement socio-économique et institutionnel du programme et du pays, et d’autre part des enseignements à tirer de l’expérience accumulée dans le secteur dans le pays; (iii) une analyse qui permet de mettre en évidence les forces, faiblesses, opportunités et risques propres au programme conjoint, en termes de pertinence, d’efficience, d’efficacité, d’impact et de durabilité.

La collecte des données nécessaires a été effectuée  essentiellement à partir de deux sources principales qui sont d’une part la revue documentaire, et d’autre part les entretiens avec les divers intervenants et partenaires du programme conjoint.

a). La revue documentaire
Le Consultant s’est imprégné de la documentation appropriée existante mise à sa disposition. De cette façon, l’étude s’est penchée sur la validation des données fournies par d’autres évaluations antérieures et complémentaires, pour éventuellement combler le déficit d’information, surtout en considération du délai très court imparti pour la réalisation de la mission d’évaluation finale indépendante.

b). Les entretiens et les visites des partenaires et divers intervenants
L’Evaluateur s’est assuré de privilégier une démarche participative avec notamment les groupes cibles bénéficiaires, les diverses structures d’exécution, d’appui, d’encadrement et de coordination, ainsi que les décideurs et les partenaires au développement impliqués dans le programme conjoint.

Pour les entretiens, l’Evaluateur s’est référé autant que possible aux questionnaires semi-structurés contenus dans les TDR. Il a utilisé en outre des discussions de groupes et des échanges non structurés avec des personnes ressources bien informées. Enfin il s’est référé à des observations directes de sites, de pratiques et de conditions de vie.

Findings and Conclusions:

Le programme NESA est à son terme, après s’être exécuté en 3 ans et demi. On peut confirmer que le programme est totalement en phase avec les priorités nationales. Il est aussi très pertinent par rapport
aux besoins des groupes cibles et aux zones d’intervention.
La concertation entretenue entre les agences du SNU a contribué à une certaine efficience dans la mise en œuvre du programme. Cependant, la traduction systématique de cet esprit en actions conjointes traine encore. On s’attend à ce que les agences du SNU tirent davantage de leur expérience de collaboration au sein de l’UNDAF.
Pour les services techniques, il s’agit essentiellement de resserrer les liens de collaboration au niveau régional et local.
En dépit des progrès importants réalisés dans le sens d’agir conjointement, les résultats du programme semblent encore souffrir d’un certain nombre de faiblesses, et l’on peut citer par exemple :
•les questions de disponibilité d’eau et de réalisation de clôture
•la disponibilité et l’accessibilité des semences
•des difficultés liées à la mise en place d’un cadre unifié d’interventions au niveau local
•les dates de lancement des interventions sont très diversifiées
La stratégie du programme permet d’assurer l’appropriation par la partie nationale mais aussi de resserrer les liens de collaboration. Il n’en demeure pas moins qu’au niveau décentralisé, la synergie des points focaux des agences parties prenantes du Programme n’est pas encore tout à fait de mise.
En matière de suivi, au niveau régional/local, le dispositif de suivi est intégré et a été bâti sur l’existant ce qui contribue à son efficacité.
Du point de vue des résultats, le programme a réalisé de nombreuses activités avec un fort impact dans le sens de la contribution à l’atteinte de ses objectifs initiaux.
La stratégie de NESA qui fonde sa mise en œuvre sur une synergie de collaboration et de partenariat a été un facteur déterminant dans les performances du programme.

Recommendations:

Les acquis du programme sont indéniables, mais des défis demeurent. Il  est recommander  aux divers intervenants de prendre les dispositions qui conviennent afin d’assurer la pérennité des actions du programme et de poursuivre la concertation pour des interventions similaires. De façon spécifique, il est proposé de prendre en compte les suggestions suivantes :

A la partie nationale : Assumer la pérennité du programme
Par rapport à la sécurité alimentaire, il est notamment recommander de continuer à encadrer l’exploitation des périmètres maraichers communautaires et d’élargir leurs activités à l’horticulture aux activités d’élevage et de pêche, ce qui apporte un complément en protéines ;
Par rapport à la malnutrition, il est principalement recommandé de recenser de façon systématique les déterminants des problématiques de la malnutrition tels que le pouvoir d’achat, les défis liés à la période de soudure, l’émigration et l’orpaillage traditionnel, et prendre des dispositions nécessaires afin de contribuer à réduire la vulnérabilité des populations ;
Le programme  NESA devrait être poursuivi pour une durée de 3 ans à 5 ans.

Aux agences des NU :
Il est notamment recommandé aux agences impliquées, de concevoir à l’avenir dès la formulation de programmes similaires, un mécanisme de canalisation unique des fonds qui seront gérés par une seule agence

Aux bénéficiaires cibles :
Il est suggéré aux bénéficiaires de viser l’autosuffisance et l’autogestion notamment en adoptant systématiquement des plans d’épargne, en se mutualisant pour (i) rechercher des accords avec des structures de microfinance, (ii) former et utiliser des techniciens pour la maintenance, etc.;

Aux partenaires clés :
Des ressources humaines avec des qualités professionnelles exceptionnelles ayant contribué à la bonne marche de NESA doivent être préserver afin qu’elles puissent continuer d’apporter leur expertise de façon pertinente.

Lessons Learned:

Presque tous les acteurs font remarquer combien l’aspect multisectoriel du programme est très pertinent et a montré les preuves de son importance. Ce qu’il faut donc retenir c’est qu’il n’y a pas de solution sectorielle isolée, chaque secteur apportant ses avantages. La question de la nutrition et la malnutrition ne peut pas être bien résolue sans la participation d’autres interventions bien intégrées ensemble telles que la production agricole, la sante, l’éducation, la communication, etc.
La responsabilisation de la population et surtout de la mère s’est avérée capitale et déterminante pour le succès des interventions. Viser l’ensemble de la communauté et l’impliquer est une stratégie porteuse de succès.
Le renforcement des capacités donne des résultats bien palpables.
Les approches techniques et de formation utilisées ainsi que la qualité des semences ont contribué à augmenter les rendements agricoles qui ont atteint des records.
Le développement des microprojets a prouvé son importance stratégique à contribuer, aux cotés des initiatives plus larges, à un développement notoire et significatif des activités agricoles et de leur impact très positif sur les exploitants en termes de revenus et de consommation.
La conception des outils de gestion et de suivi s’avère très utile pour une gestion efficiente et harmonisée.
Il a été prouvé la nécessité de pratiquer un plaidoyer constant à tous les niveaux de couches et catégories sociales. Les intervenants ont réalisé l’impact et l’importance de la sensibilisation sur la modification des habitudes et l’amélioration sur le plan alimentaire ainsi qu’en matière d’hygiène et de santé.
L’approche communautaire inclusive où le travail fait en amont par le développement communautaire, comme par exemple l’étude du milieu, permet d’identifier les zones et les cibles (femmes enceinte, allaitantes, et enfants de 0 à 5 ans) par rapport aux interventions du programme.



Full report in PDF

PDF files require Acrobat Reader.


 

 

Report information

Year:
2014

Country:
Senegal

Region:
WCARO

Theme:
Nutrition

Partners:
PAM, OMS, UNESCO, UNICEF et FAO

Type:
Evaluation

Language:
French

New enhanced search