Evaluation database

Evaluation report

2013 Burkina Faso: Evaluation conjointe. Programme conjoint UNFPA-UNICEF sur les mutilations génitales féminines/excision: accélérer le changement 2008-2012



Author: Silvia Grandi, Christiane Toé, Alimata Konaté, Carolyn Rumsey

Executive summary

With the aim to continuously improve transparency and use of evaluation, UNICEF Evaluation Office manages the "Global Evaluation Reports Oversight System". Within this system, an external independent company reviews and rates all evaluation reports. Please ensure that you check the quality of this evaluation report, whether it is “Outstanding, Best Practice”, “Highly Satisfactory”, “Mostly Satisfactory” or “Unsatisfactory” before using it. You will find the link to the quality rating below, labelled as ‘Part 3’ of the report.

Background:

En 2007, l’UNFPA et l’UNICEF ont lancé un programme conjoint intitulé «Mutilations génitales féminines/excision (MGF/E): Accélérer le changement» ayant pour objectif de contribuer à une réduction de 40 pour cent de ces pratiques chez les filles de 0 à 15 ans, avec au moins un pays déclaré libre de MGF/E en 2012. En 2008, huit pays ont participé au programme conjoint, puis 12 pays en 2009. En 2011, trois pays supplémentaires s’y sont joints, portant le total à 15 pays, sur les 17 initialement prévus dans la proposition de financement (2007). Le budget initial pour le programme conjoint sur les MGF/E, selon la proposition de financement de 2007, était de 44 millions de dollars, mais le financement reçu n'a pas atteint les estimations initiales. Le budget initial pour le programme conjoint sur les MGF/E, selon la proposition de financement (2007), était de 44 millions de dollars, mais le financement reçu n'a pas atteint les estimations initiales. Le budget présentement estimé pour la période de six ans est de 33.9 millions de dollars auxquels s’ajoutent 6,1 millions de dollars promis pour 20131.

En 2012-2013, une évaluation du programme conjoint UNFPA-UNICEF sur les MGF/E, alors dans sa cinquième année de mise en oeuvre, a été entreprise. Le but de cette étude est d'évaluer la mesure dans laquelle et dans quelles circonstances (par exemple, selon les contextes nationaux spécifiques) le programme conjoint UNFPA-UNICEF a accéléré l'abandon des MGF/E dans les pays du programme au cours des cinq dernières années (2008-2012). En plus de servir comme outil de redevabilité pour les donateurs et autres parties prenantes, l'évaluation constitue une occasion d'apprentissage sur les modalités de programmation et d’exécution conjointes. Elle combine des composantes sommatives et formatives, et a notamment pour but d’informer les initiatives futures de l’UNFPA et de l’UNICEF (conjointement ou séparément) sur les MGF/E.

Purpose/Objective:

Les objectifs principaux de l'évaluation, tels que décrits dans les termes de référence (TdR), sont les suivants:

  • Évaluer la pertinence, l'efficacité, l'efficience et la durabilité de l'approche holistique adoptée par le programme UNFPA-UNICEF pour accélérer l'abandon des MGF/E ;
  • Évaluer l’adéquation et la qualité des mécanismes de coordination inter-agences établis aux niveaux mondial et national, afin de maximiser l'efficacité des initiatives ;
  • Formuler des recommandations, identifier les leçons apprises, capturer les bonnes pratiques ; générer des connaissances qui peuvent être ensuite utilisées pour peaufiner le modèle et l’approche du programme conjoint aux niveaux mondial, régional et national et guider la programmation future sur les MGF/E.

Methodology:

L'étude de cas repose sur des méthodes mixtes, mettant l'accent sur les approches
participatives à la fois lors de la collecte de données et lors de l'analyse.
L’équipe d’évaluation a utilisé une gamme variée de méthodes de collecte de données, y compris la revue documentaire, les entretiens au niveau national et décentralisé, les discussions de groupe et les observations au niveau communautairen (nombre total des répondants: 332).

Les données ainsi recueillies ont été analysées en utilisant l’analyse descriptive, de contenu, et l’analyse de contribution. L'étude de cas a été menée en trois étapes: i) préparation et planification, y compris les préparatifs logistiques pour la visite dans le pays et l’étude de documents; ii) collecte de données au Burkina Faso du 4 au 15 février 2013, et iii) analyse des données et rédaction du rapport de l’étude de cas de pays.

Findings and Conclusions:

1. En s’insérant positivement dans un contexte national de plus en plus propice à l’abandon des MGF/E, le programme conjoint a contribué de façon durable au renforcement de conditions politiques, institutionnelles et organisationnelles favorables à l’abandon des MGF/E. Le programme conjoint a atteint des résultats mitigés en termes de production et d’utilisation de données et de renforcement de la dimension transfrontalière de la lutte contre les MGF/E.

2. Le programme a apporté une contribution pertinente et claire au renforcement de l’engagement local et à l’accélération de la dynamique d’abandon des MGF/E dans les deux zones de convergence. Néanmoins, son temps effectif de mise en oeuvre a été trop court pour pouvoir lui attribuer des changements de comportements.

3. Le programme conjoint a fait des choix stratégiques et porteurs, étant donné ses ressources limitées, en particulier celui de concentrer ses interventions au niveau communautaire dans deux zones de convergence seulement. Des défis restent par rapport à la reproduction de cette expérience dans d’autres régions du pays.

4. La conception et la mise en oeuvre du programme conjoint reflètent et valident, dans une large mesure, les orientations théoriques et les principes de programmation du programme conjoint au niveau mondial. Mais des difficultés ont été observées en termes de priorisation des domaines d’intervention ainsi que d’appropriation et d’adaptation de certaines approches dans le contexte local.

5. La coordination entre l’UNFPA et l’UNICEF dans le cadre du programme conjoint au Burkina Faso a, de façon générale, été efficace et efficiente, à l’exception de la composante suivi et évaluation. Certaines limites demeurent toutefois, qui réduisent la valeur ajoutée potentielle du partenariat entre les deux agences. De plus, certains mécanismes de planification et de mise en oeuvre, ainsi que des retards dans l’allocation de fonds, affectent négativement le programme conjoint.

Recommendation:

1. L’UNFPA et l’UNICEF devraient continuer leur travail conjoint en faveur de l’abandon des MGF/E au Burkina Faso, en approfondissant leur réflexion stratégique commune, spécifique au contexte burkinabé, ainsi que l’intégration de ce travail dans leurs programmes pays.

2. En poursuivant leur approche holistique, l’UNFPA et l’UNICEF devraient prioriser leurs axes d’intervention sur la base de leurs mandats respectifs et avantages comparatifs, ainsi que sur ceux des autres partenaires techniques et financiers.

3. Tout en continuant à concentrer leurs efforts dans les deux zones de convergence, l’UNICEF et l’UNFPA devraient se focaliser sur la pérennisation des acquis et sur l’identification d’opportunités et de stratégies pour la multiplication des expériences positives et l’élargissement progressif de la couverture géographique.

4. L’UNFPA devrait explorer comment mitiger les effets négatifs de ses procédures sur l’efficacité et l’efficience des initiatives pour l’abandon des MGF/E de ses partenaires dans le contexte de mise en oeuvre burkinabé.



Full report in PDF

PDF files require Acrobat Reader.


 

 

Report information

Year:
2013

Country:
Burkina Faso

Region:
WCARO

Theme:
Child Protection

Partners:
Secrétariat Permanent du Conseil National de Lutte contre la Pratique de l’Excision (SP/CNLPE)

Type:
Evaluation

Language:
French

New enhanced search