Evaluation database

Evaluation report

2010 Gabon: Evaluation du fonctionnement du centre de Santé Communautaire d’Owendo



Author: Safia HOUMED HOUSSEIN

Executive summary

“With the aim to continuously improve transparency and use of evaluation, UNICEF Evaluation Office manages the "Global Evaluation Reports Oversight System". Within this system, an external independent company reviews and rates all evaluation reports. Please ensure that you check the quality of this evaluation report, whether it is “Outstanding”, “Good”, “Almost Satisfactory” or “Unsatisfactory” before using it. You will find the link to the quality rating below, labelled as ‘Part 3’ of the report.”

Background:

L’initiative de Bamako depuis 1987 a drainé beaucoup d’espoirs. Dans plusieurs pays, elle a permis de développer un certain nombre d'activités de soins (selon l’approche du « paquet minimum ») visant notamment à l'amélioration des soins de la mère et de l'enfant et le contrôle des endémies. Elle a rejoint l’élan de la conférence d’Alma Ata sur les problématiques de décentralisation de la gestion des systèmes de santé publique et d'amélioration de la transparence.

Le Gabon n’a pas échappé à la vague et s’est également engagé fortement et officiellement depuis l’ordonnance 1- 95 portant orientation de politique de la santé en République gabonaise dans une recherche de recouvrement des coûts (fixation de tarifs des prestations) et une participation communautaire avec création de comités de gestion..

Si dans certains pays, on estime que l'initiative de Bamako a contribué à améliorer l'utilisation globale des services de santé primaires et le recours aux soins notamment de la part des femmes et des enfants, les objectifs n’ont malheureusement pas été atteints au Gabon.

En effet, la santé apparaît comme le secteur où le niveau de revenu du Gabon (PIB de 10 000 USD/hab en 2007) contraste le plus avec ses performances. Des indicateurs de 2007( cf : rapport final d’analyse de situation de l’enfant et de la femme au Gabon, juillet 2009) relèvent ainsi que le taux de mortalité maternelle est de 420 pour 100 000 ou que le taux de mortalité juvénile (1-4 ans) est de 91,4 pour mille.

En matière de santé communautaire s’ajoute également la difficulté même de s’appuyer sur une dynamique communautaire. Une récente étude de l’UNICEF identifie d’ailleurs des obstacles qui constituent des freins au développement communautaire : i) l’absence d’un cadre légal collectif pour les structures à base communautaire ii) le contexte socio-culturel qui ne favorise pas l’appropriation par les communautés du concept de développement communautaire et enfin iii) la culture de don et d’assistanat qui ne favorise pas l’esprit d’indépendance et d’autogestion des communautés…

Dans ce contexte, Libreville, en tant que capitale politique du pays attire beaucoup d’attentions sur les tendances observées.

En effet, L’évolution démographique indique un phénomène de forte urbanisation où Libreville et Owendo représentent en 2003 près de 45% de concentration de la population. Ce constat interpelle fortement les partenaires au développement ainsi que les autorités sur l’intérêt d’accorder de l’importance à cette région sanitaire.



Full report in PDF

PDF files require Acrobat Reader.


 

 

Report information

New enhanced search