Evaluation database

Evaluation report

2010 Burkina Faso: l’Evaluation de l’appui de l’UNICEF aux OEV et familles vulnérables à travers 7 ONGs, 2006-2010



Author: Maxime Dahoun.Institution: Alpha Consult Afrique

Executive summary

 

“With the aim to continuously improve transparency and use of evaluation, UNICEF Evaluation Office manages the "Global Evaluation Reports Oversight System". Within this system, an external independent company reviews and rates all evaluation reports. Please ensure that you check the quality of this evaluation report, whether it is “Outstanding”, “Good”, “Almost Satisfactory” or “Unsatisfactory” before using it. You will find the link to the quality rating below, labelled as ‘Part 2’ of the report.”

Background:

Le rapport 2008 de l’ONUSIDA estime le taux de prévalence de l’infection au VIH au Burkina Faso à 1.6% dans la population générale âgée de 15 à 49 ans. Bien que ce taux ait une tendance à la stabilisation dans la population générale, on note des disparités selon certaines zones géographiques ou certains groupes spécifiques. Par exemple dans les zones urbaines, la prévalence peut atteindre 4%. De même, les groupes spécifiques comme les jeunes et les adolescents, les femmes et les routiers demeurent les cibles vulnérables à l’infection à VIH. Ainsi, malgré le taux de prévalence du VIH relativement faible dans la population générale, cette infection constitue une préoccupation majeure compte tenu de son impact négatif sur les femmes, les enfants et les adolescents. Selon le rapport 2006 sur l’épidémie mondiale du SIDA, au Burkina Faso, le nombre d’enfants orphelins victimes du VIH entre 0 et 17 ans est de 120 000. Au sein de cette couche et principalement celle des OEV, l’on connait le degré de vulnérabilité auquel sont intimement liées les difficultés d’accès aux services sociaux de base, aux services scolaires, sanitaires et à la protection juridique. A cela s’ajoute toutes sortes de traumatisme psychologique, de discrimination et de stigmatisation qui contribuent encore plus à la marginalisation de ces enfants et de leurs familles. Cette situation, qui est le vécu quotidien de plusieurs familles, se développe le plus souvent dans un environnement de pauvreté. L’impact de cette pauvreté se fait surtout sentir au niveau des enfants qui sont souvent appelés à apporter leur contribution pour la survie de la famille. Beaucoup d’entre eux arrêtent alors l’école et se retrouvent dans la rue pour vendre divers objets, mendier ou s’adonner à la prostitution, ce qui les expose à des risques divers dont celui de l’infection au VIH.

Ne pouvant rester indifférent à cette situation qui touche à son mandat, l’UNICEF, dans son programme de coopération avec le gouvernement du Burkina Faso, a mis en place un projet
d’appui aux OEV qui est cogéré par les sections VIH et protection.

Ce projet cible principalement :
· les enfants de moins de 18 ans vivant avec le VIH et ceux qui ont des parents qui sont infectés où bien décédés à cause du VIH ;
· les enfants et jeunes inscrits sur une file active ;
· les familles vulnérables à la pauvreté ;
· les enfants de 0-18 ans vivant dans des familles vulnérables.

L’objectif de ce projet est de contribuer au développent du potentiel physique, intellectuel, et spirituel des enfants affectés ou rendus vulnérables par le VIH grâce à un accompagnement, à une prise en charge de leur besoins essentiels et à un appui à la réinsertion socio-économique de leurs familles.

Cet objectif général a été décliné en objectifs spécifiques qui consistent à :
1. Renforcer les capacités des enfants affectés par le VIH et autres enfants vulnérables et des membres de leurs familles à se protéger de l’infection au VIH/SIDA et à lutter contre la
stigmatisation à travers des séances d’éducation en compétences de vie courante ;
2. Garantir l’accès des enfants affectés par le VIH et autres enfants vulnérables aux services essentiels, notamment à l’alimentation, la santé, et à l’éducation de base (formelle et non
formelle) et autres assistantes psychologiques ;
3. Offrir des opportunités économiques et de l’assistance juridique ; 4. Renforcer les capacités socio-économiques des familles, afin qu’elles puissent protéger et
élever leurs enfants ;
5. Renforcer les capacités opérationnelles des OBC partenaires et de la structure de coordination à organiser des activités de soutien aux enfants et à leurs familles.

Purpose/Objective:

L’UNICEF est en fin de cycle du programme 2006-2010 et une nouvelle programmation est en cours de préparation. Intervenant dans ce contexte, la présente évaluation a pour but d'aider à mieux positionner la réponse au VIH apportées par les différentes composantes du programme UNICEF, en particulier en matière de prise en charge des OEV.

L'objectif de cette évaluation est d'examiner la performance du projet à partir de cinq principaux critères qui sont la pertinence, l’efficacité, l’efficience, l’impact et la viabilité du projet et des formuler des recommendations pour améliorer la mise en oeuvre et le suivi de ce projet

Methodology:

L'évaluation s'est déroulée selon quatre grandes étapes :
1. Le briefing et la revue documentaire ;
2. Les visites de terrain et le recueil des données ;
3. L'analyse des données et la rédaction du rapport ;
4. Le débriefing.

1. Briefing et revue documentaire
Au début de la mission, il a été organisé un briefing qui a regroupé le consultant, les cadres de l’Unicef concernés par la mission, les ONG impliquées dans le projet et quelques bénéficiaires. L’objectif principal de cette réunion était de s’assurer d’une compréhension commune des TDR par toutes les parties prenantes et de bâtir un consensus sur la démarche d’investigation du consultant. Au cours de cette séance, chaque ONG a présenté un bilan sommaire de ses activités ; les points importants des TDR ont été revus ; la méthodologie proposée par le consultant a été validée ainsi que le calendrier de visite de terrain et l’échantillonnage. Par rapport à l’échantillonnage, il a été décidé de visiter toutes les 7 ONG. Au moins 3 OBC devaient être visitées par ONG (les ONG étaient chargées d’identifier une OBC performante, une plus ou moins performantes et une qui a connu des difficultés). Des bénéficiaires devaient être visités dans leurs localités respectives et interrogés sous forme de focus group. Les autorités locales, les chefs coutumiers ainsi que les services déconcentrés devaient aussi faire l’objet de visites dans le cadre de la mission.

Suite à ce briefing, le consultant s’est attelé à la revue des premiers documents mis à sa disposition. Il s'agit essentiellement des accords de coopération signés entre l'Unicef et les ONG et de quelques rapports d'exécution. La revue documentaire ainsi entamée s’est poursuivie concomitamment aux étapes de visites de terrain et de recueils de données. Au total 7 types de documents ont été consultés : (1) les documents normatifs (TDR, Guide et norme d'évaluation de l'Unicef); (2) les documents stratégiques (CCA, UNDAF, CSLP, CPAP, SCADD); (3) es accords de coopération signés avec les ONG; (4) les plans de travail; (5) les plans d'action des ONG; (6) les rapports d'activités (Rapports trimestriels, rapport annuel, rapports de colonies de vacances, rapport de visite des bénéficiaires, rapport de suivi des activités, etc.); (6) les rapports financiers ; (7) les outils de gestion (Canevas de rapports, formulaires CAG, Formulaire FACE).
Les informations recueillies à partir de ces documents ont été analysées suivant une grille conçue avec les critères de pertinence, d’efficacité, de durabilité et d'efficience.

2.Visites de terrain et recueil des données
Toutes les 7 ONG ont été visitées. Les visites ont été principalement effectuées à Ouagadougou, Zorgo, Ouargaye, Zabré, Saria et Bobo-Dioulasso. Ces visites ont permis de consulter les documents, d’organiser des entretiens, des interviews et focus group sur la base de guides d’entretien. Au cours de ces visites, les responsables d’ONG, les animateurs, les membres d’OBC, les bénéficiaires, les représentant de la chefferie traditionnel, les maires, les Haut commissaires, les médecins chefs, les responsables des services déconcentrés se sont prêtés aux entretiens préalablement planifiés. Deux grilles, l'une conçue avec les critères de pertinence, d’efficacité, de durabilité et d'efficience et l'autre en termes de forces et faiblesses, ont permis d'analyser les informations recueillies. Durant les entretiens collectifs (focus group), nous avons parfois utilisés la méthode d'auto évaluation par les cartes pour garantir la libre expression des minorités, des femmes, des jeunes filles et des enfants.*

3. Analyse des données et rédaction du rapport
Les données recueillies ont été exploitées et appréciées suivant les critères retenus pour la rédaction du rapport. Il s’agit des critères d’efficacité, de pertinence, d’efficience, de durabilité et d’impact. L'étape de l'analyse des données a conduit à effectuer les triangulations nécessaires. Les données recueillis au cours de la revue documentaire ont été croisées avec les données recueillies sur le terrain. Cette précaution à contribué à la vérification de l’exactitude des informations collectées. Une ébauche de plan de rapport a été proposée dans les TDR de l'évaluation. Ce plan, complété et adopté a servi de base pour la rédaction du rapport.

4. Débriefing
Un débriefing avec les représentants des ONGs, des bénéficiaires, les responsables des sections VIH et Protection et le représentant résident adjoint, a permis de restituer les résultats provisoire et de recueillir les avis et commentaires. Les observations et suggestions retenues ont permis d’améliorer le rapport.

5. Limites de l'évaluation
Malgré les résultats appréciables obtenus, l’évaluation s’est heurtée à :
- l'absence de données de référence pouvant permettre de mesurer les efforts faits et le niveau des indicateurs ;
- l'inexistence d'un document de projet assorti d’un cadre logique et du cadre des résultats.
L'évaluation a été faite selon les normes requises dans les TDR. La confidentialité des personnes interrogées a été assurée et des précautions ont été prises pour éviter d'éventuels conflits d’intérêts.

Findings and Conclusions:

Aux termes de l’analyse, il apparaît nettement que les objectifs du projet sont conformes à la fois à la stratégie nationale de développement du Burkina-Faso, aux orientations de la réponse nationale au VIH/SIDA et surtout aux besoins des cibles, précisément les OEV et leurs familles confrontés à l’extrême pauvreté.

L’analyse des données recueillies révèle des résultats encourageants perceptibles notamment dans l’effort de structuration, l'amélioration du climat de travail, la flexibilité dans le management du projet et dans les différents appuis apportés aux familles. Ces appuis ont assurément contribué au soulagement des familles infectées et affectées. Le projet a permis, dans ses zones d'intervention, l'augmentation des potentialités nutritionnelles des OEV et de leurs familles, la résolution des problèmes de santé des OEV, des cas de réussite d'AGR, notamment en matière de restauration, de bureautique, de commerce, l’appui à l'obtention d'actes de naissances et de pièces administratives. La connaissance des besoins des familles et de leurs difficultés grâce aux visites à domicile sont autant de résultats produits par le projet. Mais on observe plusieurs contraintes liées aux retards dans la mise à disposition des fonds, aux dysfonctionnements dans le choix des familles bénéficiaires, à la faiblesse du suivi, aux insuffisances de l’approche communautaire et à la mauvaise compréhension de l’approche AGR.

Les effets du projet sont apparents : augmentation de la fréquentation des centres médicaux, amélioration du taux de scolarisation des enfants infectés et affectés, amélioration de l’état de santé des familles ciblées, réduction de la transmission mère-enfant dans les centres de prise en charge appuyés par le projet, etc. Mais, les indices de viabilité/durabilité du projet demeurent faibles du fait notamment de la mauvaise compréhension du volet AGR. Par ailleurs, le genre demeure insuffisamment pris en compte dans la mise en oeuvre du projet.

Au-delà des résultats chiffrés obtenus, la valeur ajoutée du projet est remarquable dans le renforcement des capacités des communautés dans la réponse au VIH/SIDA et la prise en charge des OEV. Les bénéficiaires se disent globalement satisfaits.

Aux termes de cette évaluation, il apparaît que l’UNICEF a mis à profit ses avantages comparatifs pour apporter une valeur ajoutée réelle à la protection des OEV les plus vulnérables. Même si l’approche communautaire est encore approximative, les familles et communautés bénéficiaires ont pu corriger leur perception de l’infection au VIH et expérimenter de nouvelles modalités de réponse au VIH. Pour améliorer la performance d’un tel projet, il aurait fallu mettre en place un système de suivi évaluation participatif permettant de retracer toutes les activités réalisées de la base au sommet et d’interroger à chaque étape la contribution des réalisations spécifiques aux objectifs globaux.

Sur une grille d'appréciation de 5 niveaux qui sont "Nul", "Mauvais", "Bien", "Très Bien" et "Excellent", le présent projet est jugé "Bien".

Recommendations:

A l’UNICEF :
· Améliorer l’approche communautaire pour le prochain cycle
· Renforcer le suivi-évaluation au sein des sections VIH et Protection
· Appuyer les ONG dans la mise place des AGR
· S'assurer de la qualité du personnel des ONG affectés au projet
· Elaborer des projets pluriannuels
· Transmettre les justificatifs aux bénéficiaires

Aux ONG d’appui/partenaires d'appui :
· Mieux formaliser les relations de travail avec les OBC
· Ouvrir des sous-comptes UNICEF dans un souci de transparence
· Recruter du personnel qualifié
· Produire des rapports de qualité
· Renforcer le suivi-évaluation

Aux OBC Bénéficiaires :
· Respecter la planification et les délais
· Remonter toute information pertinente utile à l’amélioration du dispositif du projet.

Lessons Learned (Optional):

· L'implication et la responsabilisation des familles dans la PEC des OEV et des PVVIHen leur confiant la gestion des fonds sont déterminantes pour l'atteinte des résultats.
· L’approche de prise en charge globale des OEV est pertinente : avant l'UNICEF, la prise en charge des OEV se faisait, mais elle n'était pas globale ; elle se focalisait sur un aspect des besoins de l'OEV, laissant ainsi en rade d'autres aspects non moins importants. La prise en charge intégrale visée par l'UNICEF s’est avérée pertinente et utile.
· La faible participation des femmes à la prise de décision ainsi que leur faible accès au contrôle des ressources allouées ont un effet négatif sur la performance du projet.
· Les retards dans les décaissements, quelles qu’en soient les causes, perturbent l’enchainement logique des activités des projets et réduit leur efficacité alors qu’ils sont parfaitement évitables.
· Les associations des patients sont d'une grande utilité dans les stratégies de luttes contre le VIH/SIDA. L’approche communautaire qu’elles développent ainsi que la résistance dont elles font preuve face à la stigmatisation devraient être capitalisées et exhibées comme bonnes pratiques.



Full report in PDF

PDF files require Acrobat Reader.


 

 

Report information

New enhanced search