Evaluation database

Evaluation report

2010 Djibouti: Evaluation of Pre-school programme



Author: Ahmed CHABCHOUB. Institution: la Banque Mondiale

Executive summary

 

“With the aim to continuously improve transparency and use of evaluation, UNICEF Evaluation Office manages the "Global Evaluation Reports Oversight System". Within this system, an external independent company reviews and rates all evaluation reports. Please ensure that you check the quality of this evaluation report, whether it is “Outstanding”, “Good”, “Almost Satisfactory” or “Unsatisfactory” before using it. You will find the link to the quality rating below, labelled as ‘Part 2’ of the report.”

Background:

Selon une enquête réalisée en 2006, le taux de couverture du Préscolaire à Djibouti a été estimé à 13.5%. Il est deux fois plus élevé en milieu urbain (13.8%) qu’en milieu rural (7.3%) ; il est légèrement plus élevé dans la capitale où il atteint prés de 15%.
Par ailleurs, une étude commanditée par le MENESUP en 2007 sur « l’état du préscolaire» montre que Djibouti héberge 35 écoles maternelles dont 83% relevant du secteur privé ; 77% d’entre elles se trouvent concentrées à Djibouti-ville. La totalité de ces écoles privées utilisent un curriculum différent de celui proposé par le Ministère de l’Education ; dans quelques cas, il s’agit du programme Français et dans la plupart des cas, d’un autre programme, conçu par l’équipe pédagogique ou inspiré des programmes d’autres pays. Par ailleurs deux établissements sur trois utilisent le français (suite à une demande pressante des familles) et le reste a recours à la langue arabe ; la langue maternelle des enfants (Afar et Somali) ne semble pas être utilisée de manière systématique dans ces établissements d’éducation préscolaire.
Fort de ces constats, le Ministère de l’Education Nationale a décidé de reprendre ce secteur en main, en lançant en octobre 2008 une expérience pilote visant à développer l’accès à l’éducation préscolaire aux enfants appartenant aux groupes défavorisés et/ou vivant en milieu rural et ce, par la mise en place de 15 classes maternelles expérimentales au sein d’écoles primaires rurales notamment. Pour cela, un programme de formation (curriculum) a été élaboré par le CRIPEN, grâce à une Commission de pilotage constituée pour l’occasion et conseillée par un consultant international. Par ailleurs, cette Commission a conçu un programme de formation pédagogique pour les éducateurs du public et du privé ainsi qu’un ensemble d’outils didactiques (guides pédagogiques pour les instituteurs et livrets d’activités pédagogiques pour les enfants, tableaux muraux) mis à dispositions des classes préscolaires.
Le MENESUP souhaite que cette phase expérimentale soit accompagnée d’une évaluation externe ne se limitant pas au seul examen de l’outillage pédagogique utilisé mais s’intéressant aussi aux autres composantes du dispositif expérimental (Objectifs, Programmes, Formation pédagogique des enseignants, Evaluation des acquis des élèves, Cohérence avec le Primaire, Réaction de la Communauté, Fonctionnement de la Commission de pilotage…) afin d’introduire les ajustements nécessaires d’autre part, et préparer la généralisation de l’expérience du préscolaire, d’autre part.
Aidé par l’Unicef, la Commission de pilotage du programme expérimental élabore des TDR pour la mission d’évaluation externe et en Juin 2010, le MENESUP et l’Unicef font appel aux services d’un Expert international en Evaluation des systèmes d’éducation et de formation, pour effectuer deux missions d’expertise (Juillet 2010 et Novembre 2010) afin d’évaluer l’expérience d’implantation du préscolaire à Djibouti.

Purpose/Objective:

L’objectif général de cette mission d’audit est de mesurer l’efficience et l’efficacité du dispositif expérimental de l’éducation préscolaire mis en place à Djibouti depuis octobre 2008. Cette évaluation externe est censée analyser la performance du Projet en de termes de pertinence et d’impact sur les futurs apprentissages scolaires.
L’évaluation doit aussi fournir aux décideurs les points forts/faibles du dispositif expérimental ainsi que des recommandations servant à consolider le projet dans les sites existants, et améliorer leur fonctionnement. Le Rapport d’évaluation devrait déboucher sur des recommandations opérationnelles devant aider les autorités à prendre des décisions quant à un éventuel élargissement du préscolaire à Djibouti.

Methodology:

Pour évaluer le dispositif expérimental d’implantation du Préscolaire à Djibouti, l’expert a fait recours à trois démarches complémentaires:

3.1. Des entretiens avec les agents intervenant dans le Préscolaire, associés à une collecte de documents. Cette démarche devrait permettre d’effectuer une évaluation participative, comme c’est recommandé par les TOR. Ci-dessous la liste des personnalités rencontrées par l’expert en juillet puis en novembre 2010 )
- Mme le Ministre de la Promotion de la femme
- Le Secrétaire Général du MENESUP par intérim
- Le délégué adjoint de l’UNICEF à Djibouti
- Le chargé du programme du Préscolaire à l’UNICEF et ses collaborateurs, notamment Mme Nadia Awadh, responsable de l’achat du matériel et du mobilier pour les écoles maternelles
- Le chargé du programme de la petite enfance à l’UNICEF
- Le Chef de service de l’enseignement de base au MENESUP
- Le Directeur du CRIPEN par intérim
- Le Comité de pilotage du dispositif expérimental du Préscolaire (avec à sa tête Mme Madina Mohamed Robleh, Inspectrice)
- La directrice des affaires sociales au MPF et le chef de service de l’enfance et ses collaborateurs, notamment le Chef de service du suivi et de l’évaluation.
Nos interlocuteurs ont répondu spontanément à nos questions sur le dispositif expérimental du préscolaire, soulevé les problèmes majeurs qui ont accompagné cette expérience et mis à notre disposition toute la documentation relative à cette expérience originale de mise en place du préscolaire dans les zones défavorisées.

3.2 Recueil des documents pédagogiques et administratifs relatifs au Préscolaire, puis analyse critique de ces documents (et comparaison avec les normes internationales en la matière).

3.3. Une analyse systémique du dispositif expérimental du Préscolaire telle que définie par Le Thon Khoi en 2000. Il s’agit d’analyser le système du Préscolaire en ses (3) composantes principales : les Inputs (Qu’est-ce qu’on a mis dans le système pour le faire fonctionner ?); les Processus (Ce qui se passe sur le terrain) et les Output, c'est-à-dire les résultats obtenus. Le tableau ci-dessous résume le modèle de l’analyse systémique utilisé dans cette évaluation:

Findings and Conclusions:

Après deux ans de fonctionnement en formule expérimentale, le Préscolaire présente beaucoup de points forts, à côté de quelques faiblesses, que nous signalerons plus loin ;
Parmi les points forts :
- La cohésion, le sérieux et le volontarisme du Comité de pilotage : cela se voit par exemple à la qualité des documents pédagogiques produits, à la volonté, manifestée pendant les réunions, de s’informer sur le préscolaire et de se perfectionner, à la demande de formation méthodologique exprimée à l’Expert lors des 2 missions. J’ai eu l’occasion de travailler avec eux en novembre, pour produire des documents pédagogiques et cela a confirmé l’idée très positive que je me faisais d’eux.
- Le soutien du Ministère de l’Education, notamment celle du SG adjoint du MEN et du Chef de service de l’enseignement de base (réquisition de maîtres et de C.P, cessation de salles de cours, soutien moral aux membres du comité de pilotage…).
- Le soutien de l’Unicef, notamment sur le plan du conseil et du financement. Toute l’équipe de l’Assistant à l’Education est mobilisée pour faire réussir cette expérience et aider à son extension dans les meilleures conditions possibles.
- Le soutien de la population et de la communauté civile.
Parmi les points faibles :
- L’absence de textes législatifs régissant le Préscolaire et réglementant les rapports : « Public/ Privé »
- Le fait que la formation et l’information n’ait pas touché les Directeurs d’école, les CP et les Inspecteurs ne faisant pas partie du Comité de pilotage.
- La formation efficace des éducateurs : il y a bien des séances régulières de formation, mais l’observation du terrain nous autorise à dire qu’elles ne semblent pas bien porter leur fruit. Surtout pour ce qui est des éducatrices des garderies communautaires (MPF) . Je pense qu’il faut revoir toute l’ingénierie de la formation et axer la formation des éducateurs sur des travaux pratiques, le visionnement critique de séquences filmant de bonnes pratiques, la production d’outils pédagogiques, tout en faisant prendre conscience aux éducateurs des objectifs spécifiques du Préscolaire. Une session de formation des formateurs sera organisée en Avril 2011.
- Le système expérimental subit également des contraintes, notamment au niveau du financement, dans la perspective d’un élargissement progressif. Les visites sur le terrain nous ont permis de mettre en évidence d’autres contraintes et difficultés relatives à l’application du système Préscolaire sur le terrain (Locaux, matériel, implication des directeurs, formation des éducateurs…).

Recommendations:

La plupart des recommandations de la Mission de juillet 2010 ont été réalisées, exceptée la rédaction des textes juridiques du Préscolaire (reportée sciemment à Avril 2011)
Suite à la Mission de novembre 2010 et aux visites effectuées sur le terrain, je ferais les recommandations suivantes :

A- Pour améliorer le dispositif expérimental :
- Intensifier la formation des éducateurs, tout en repensant la démarche de formation afin de la focaliser sur l’apprentissage de véritables savoirs faire pédagogiques
- Elaborer un Référentiel des compétences pour les éducatrices du MPF qui prennent en charge les enfants de 3-4 ans.
- Accorder une attention particulière pour ces éducatrices (dont le niveau académique ne dépasse pas la 3ème) et les former dans des sessions spécifiques
- Organiser des ateliers de formation pour les enseignants afin de les initier à la confection du matériel pédagogique à partir du rebus
- Elaborer une Base de données commune (entre MEN et MPF) du Préscolaire et de l’éducation de la Petite enfance
- Avoir une vision intégrée de la protection de l’enfance, pour diversifier les sources de financement
- Stages de perfectionnement des membres du Comité de pilotage à l’étranger pour s’informer des expériences menées dans des pays similaires.
- Produire les textes législatifs relatifs au Préscolaire…
B- Pour envisager une généralisation progressive :
La généralisation du Préscolaire est une nécessité, sinon le dispositif expérimental actuel risque de créer des injustices scolaires et ce, dès la 1ère année primaire. Cela est prouvé par la littérature publiée (Rayna, 2001) mais aussi par le témoignage de certains enseignants . Mais cette démarche, même progressive, risque de subir les contraintes du financement, à une période où les bailleurs de fonds se font de plus en plus rares (suite à la crise économique mondiale). Cette généralisation se fera donc essentiellement avec un financement public. Et le MEN aura dans ce cas, à assurer deux fronts en même temps : généraliser la scolarisation des enfants au Primaire (taux actuel : 70%) et généraliser progressivement le Préscolaire.
La généralisation progressive du Préscolaire ne pourra donc réussir qu’à 3 conditions :
1- Une compression des couts, notamment celui du mobilier, du matériel pédagogique et des fournitures scolaires
2- Cibler prioritairement les enfants de 5 ans (MEN) et charger le MPF des « 3-4 ans »
3- Faire contribuer les parents qui en ont les moyens, comme le fait le MPF

Sur le plan stratégique :
- Elaborer (en collaboration avec le MPF) un plan quinquennal de développement du préscolaire avec une extension progressive du système.
- Créer une section Préscolaire à l’Ecole Normale, pour fournir des éducateurs en nombre suffisant
- Repenser le système de formation continue des éducateurs en la focalisant sur l’apprentissage de vrais savoirs faire pédagogiques
- Organiser des ateliers de formation des éducateurs à la confection du matériel pédagogique à partir des matériaux locaux.



Full report in PDF

PDF files require Acrobat Reader.


 

 

Report information

New enhanced search