Evaluation database

Evaluation report

2009 Togo: RAPPORT DE L’EVALUATION DES PROJETS DE PREVENTION DU VIH EN MILIEU SCOLAIRE DANS LES REGIONS MARITIME ET DE LA KARA



Executive summary

 

“With the aim to continuously improve transparency and use of evaluation, UNICEF Evaluation Office manages the "Global Evaluation Reports Oversight System". Within this system, an external independent company reviews and rates all evaluation reports. Please ensure that you check the quality of this evaluation report, whether it is “Outstanding”, “Good”, “Almost Satisfactory” or “Unsatisfactory” before using it. You will find the link to the quality rating below, labelled as ‘Part 2’ of the report.”

Background

Dans le but de soutenir l’Etat togolais dans ses actions de prévention en matière du VIH/SIDA dans les établissements scolaires, UNICEF s’est engagé à appuyer l’ONG Adventist Développement and Relief Agency (ADRA) et la Direction Régionale de l’Education -Kara (DRE/Kara) dans les projets de "Réduction de la vulnérabilité des élèves au VIH/SIDA dans les Régions maritime et de la Kara"

Ces interventions ont pour but principal de relever le niveau de connaissances des élèves en matière de VIH/SIDA en axant les sensibilisations sur plusieurs notions comme les voies de transmission et les moyens de prévention, les pratiques traditionnelles qui peuvent transmettre le VIH/SIDA.

A la fin de l’exécution de ces projets, UNICEF tient à évaluer les activités menées, les résultats attendus et les effets qu’ils ont induits sur les populations primaires et secondaires qui sont respectivement les élèves et leurs parents.

Purpose/Objectives

L’évaluation qui a pour objectif d’apprécier la performance des deux projets mis en oeuvre dans le cadre du programme EDBEG en matière de lutte contre le VIH/SIDA en milieu scolaire, est réalisée par AGBOVI Komlan Kwassi, Sociologue-Consultant, avec l’appui d’une équipe d’Assitants pour la collecte des données.

Pour atteindre cet objectif général, il s’agit spécifiquement de :
 - déterminer le niveau de connaissance des cibles primaires et secondaires sur le VIH/SIDA
 - décrire le fonctionnement des pairs éducateurs et les activités des clubs anti SIDA
 - décrire le rôle des leaders traditionnels, des membres des CVD et des CPE
 - apprécier la pertinence des outils ou supports de communication élaborés et utilisés

Le Rapport de la mission est subdivisé en trois chapitres :
 - d’abord, le chapitre I présente le contexte et la justification, les objectifs, les résultats et la méthodologie adoptée par l’évaluation ;
 - ensuite, le chapitre II est consacré aux résultats des deux interventions et la synergie d’actions entre les programmes EDBEG et VIH/SIDA,
 - enfin, le chapitre III propose des orientations de prévention en milieu scolaire en axant les actions à amener sur les notions du VIH/SIDA, les acteurs, les stratégies et les supports de communication.

Methodology

Pour une évaluation performante des projets, nous avons privilégié les approches quantitative et qualitative associées à la démarche participative qui compte s’intéresser à toutes les opinions des partenaires et des personnes ressources en matière d’éducation et de VIH/SIDA.

En dehors des Coordonnateurs, des Directeurs régionaux, des inspecteurs, des directeurs d’établissements et les responsables d’ADRA que nous avons rencontrés, au total 328 personnes ont participé à l’administration du questionnaire, aux entretiens individuels et aux groupes de discussion dans chaque village, dont : 198 élèves, 32 enseignants, 27 leaders traditionnels, 16 membres des CVD, 28 membres des CPE, 27 parents d’élèves.

Results

Le niveau de réalisation des activités planifiées (100%) qui a permis d’atteindre les résultats escomptés et les objectifs définis démontre l’efficacité des interventions menées dans les deux régions

En considérant les indicateurs de mesure des effets induits par les projets (au moins 70% des bénéficiaires connaissent parfaitement les voies de transmission et les moyens de prévention du VIH/SIDA), et à travers les témoignages des personnes ressources, il est tout à fait juste de conclure que le projet a eu des effets positifs aussi bien sur les élèves que sur les populations : les bénéficiaires ont pris conscience de la maladie, connaissent les voies de transmission et les moyens de prévention, identifient quelques pratiques traditionnelles qui transmettent le VIH/SIDA, les actes courants de la vie qui ne transmettent pas le VIH…

Les deux projets se sont révélés pertinents non seulement parce qu’ils ont répondu aux attentes des populations cibles mais aussi parce que la presque totalité des personnes interrogées et interviewées a manifesté sa satisfaction à l’endroit des messages véhiculés et des supports utilisés au cours des séances de sensibilisation.

Enfin, la mission juge les deux interventions efficientes car presque 100% des ressources humaines, matérielles et financières prévues pour la réalisation des activités ont été toutes utilisées et ont permis d’atteindre les objectifs fixés aux deux projets.

Toutefois la mission a remarqué des insuffisances dans la conception et dans la mise en exécution des projets.

Dans la conception des deux projets, les acteurs de terrain et les autorités locales ont été complètement ignorés. Au cours de l’exécution, certains ont été partiellement impliqués alors d’autres n’ont même pas été invités à suivre les activités.

Les ressources humaines ne sont pas bien formées et en plus de cela elles se révèlent insuffisantes dans la région maritime. Les ressources matérielles n’ont pas été proportionnelles aux besoins du terrain. Aussi bien dans la région maritime que celle de la Kara, ces matériels sont jugés très insuffisants compte tenu de l’effectif à toucher.

La durée des deux interventions a été trop courte pour une exécution maximale des activités. Le temps de formation des pairs éducateurs n’est pas adéquat par rapport aux exigences des informations sur le VIH/SIDA. De même, le temps accordé aux élèves dans la région de la Kara pour la répétition des scénettes ne pouvait pas favoriser une bonne assimilation.

Conclusion

L’expérience positive acquise à l’issue des deux interventions de réduction de vulnérabilité des élèves au VIH/SIDA dans les Régions Maritime et de la Kara démontre que la prévention du VIH/SIDA en milieu scolaire revêt aujourd’hui d’une importance capitale pour réussir dans sa globalité l’ «Education Pour la Santé ». Les jeunes constituent plus que quiconque la catégorie vulnérable au VIH/SIDA et par conséquent ne doivent pas être laissées dans leur ignorance et leur naïveté en matière de santé en général et du VIH/SIDA en particulier.

Les résultats de l’évaluation révèlent que la réalisation du projet de prévention du VIH/SIDA en milieu scolaire nécessite plusieurs actions telles que la définition des acteurs, des notions, des stratégies et des supports de communication.

 



Full report in PDF

PDF files require Acrobat Reader.


 

 

Report information

New enhanced search