Evaluation database

Evaluation report

2008 Morocco: Evaluation du Guide d’Education Nutritionnelle



Author: Najat Mokhtar, Salah Benyamna -Consultants

Executive summary

Background:
Conçu et élaboré par l’Association des Services de Base Intégrés, avec le soutien de l’UNICEF et la participation d’un expert du Ministère de la Santé, le guide d’éducation nutritionnelle a été utilisé par des éducatrices du préscolaire, des membres des associations locales, ainsi que par des animateurs des services provinciaux des Ministères de l’Education Nationale, de la Santé, de l’Agriculture et du Développement Rural et de l’Entraide Nationale. Cette utilisation, entamée depuis l’année 2005, avait pour but de sensibiliser les femmes aux problèmes de l’alimentation et à leurs conséquences sur la santé de leurs enfants.

Après plus de trois années de son exploitation sur le terrain, l’UNICEF a décidé de procéder à l’évaluation des modalités d’opérationnalisation de ce guide d’éducation nutritionnelle, afin de savoir comment il a été mis en pratique, ce qu’en pensent les différentes organismes/ secteurs socioprofessionnels ayant déjà adopté cet outil socioéducatif et quelles sont les possibilités de sa généralisation éventuelle.

Purpose/Objective:
Cette étude commanditée par l’UNICEF repose sur une large consultation de l’ensemble des acteurs impliqués dans la conception, l’élaboration et la mise en œuvre de ce guide d’éducation nutritionnelle. La finalité première de ce travail de consultation consiste à évaluer les incidences de la démarche éducative initiée par l’UNICEF et ASBI, à travers la mallette nutritionnelle, sur les différents bénéficiaires du projet et d’en apprécier la pertinence et la faisabilité pour une éventuelle généralisation.

Cette finalité peut être déclinée en trois objectifs:
Objectif 1- évaluer l’incidence du guide nutritionnel de l’UNICEF sur les connaissances, les pratiques et les attitudes alimentaires des acteurs clés et bénéficiaires dans les zones concernées par le projet;
Objectif 2- définir le dispositif opportun pour la généralisation de ce guide dans ces mêmes provinces ainsi que dans les autres régions et provinces du Maroc;
Objectif 3- préciser les conditions de l’institutionnalisation du guide et de l’éducation nutritionnelle qu’il préconise.

Methodology:
La lecture des termes de référence a permis de dégager les questions principales d’investigation suivantes:
Question 1- Jusqu’à quel point le guide de l’éducation nutritionnelle a eu des incidences positives sur les acteurs principaux, plus particulièrement les femmes, visées par le projet?
Question 2- Quel(s) dispositif(s) est (sont) nécessaire(s) pour la généralisation de l’éducation prônée par le guide d’éducation nutritionnelle?
Question 3- Dans quelles conditions l’institutionnalisation d’une telle éducation et du guide qui la supporte est possible?

Pour répondre à ces questions et atteindre les objectifs fixés, la méthodologie qui a été adoptée est la suivante:
a- L’analyse du guide sur les plans du savoir scientifique, des choix pédagogiques et didactiques (la mallette des documents ayant servi à la formation des acteurs concernés par le projet tels que le module de formation, les fiches techniques de séances de présentation du guide);
b- L’identification des catégories de personnes auprès desquelles seront collectée les données (délégués et responsables centraux et provinciaux de la Santé, de l’Education Nationale et de l’Entraide nationale; le tissu associatif; les concepteurs du guide ; les animatrices des sessions de sensibilisation et les femmes bénéficiaires);
c- L’élaboration des outils d’investigation (i) questionnaire destiné aux responsables des trois départements concernés, des élaborateurs du guide et du milieu associatif, (ii) questionnaire destiné aux animatrices des sessions de formation et (iii) questionnaire destiné aux femmes bénéficiaires;
d- Le déplacement sur le terrain (Chefchaouen, Tanger et Larache) pour la collecte des données;
e- L’analyse et l’interprétation des données;
f- La rédaction et la validation du rapport de l’étude.

Findings and Conclusions:
Les résultats de l’investigation reflètent l’intérêt accordé par les femmes interviewées au projet d’éducation nutritionnelle aussi bien pour l’accès à une meilleure connaissance des notions nutritionnelles qu’au transfert des savoirs acquis dans les pratiques alimentaires et culinaires. Elles sont disposées à consacrer deux heures par semaine au projet tout en exigeant d’être concertées dans la planification, le choix des sujets à traiter et la programmation des séances de sensibilisation. Par ailleurs, les femmes concernées recommandent d’une part, d’intensifier les séances de sensibilisation et son élargissement afin de mieux répondre aux besoins diversifiés de la population cible et d’autre part, elles souhaitent de mieux conduire la sensibilisation dans l’avenir. A ce sujet, la communication des connaissances et savoir-faire passe inéluctablement par le recours à une animation étayée par des supports multiples, variés et adaptés aux caractéristiques des bénéficiaires et aux spécificités socioculturelles du milieu. Des illustrations iconiques, des moyens audiovisuels, des apprentissages en situations concrètes et réelles, sont évoqués pour simplifier davantage l’appropriation des connaissances et savoirs nutritionnels ainsi que leur mise en œuvre dans les pratiques alimentaires.

Même si le projet rencontre une grande audience auprès des responsables, ceux-ci pensent que sa généralisation ne doit pas être automatique. Après cette expérimentation, une phase d’extension est nécessaire afin de mieux affiner les outils, roder la démarche et convaincre plus par la qualité des résultats et leurs impacts sur les femmes et les enfants. Cette extension se fera sur le plan horizontal en augmentant le nombre des bénéficiaires dans les zones expérimentales et sur le plan verticale en intégrant d’autres régions qui n’ont jamais utilisé le guide. Le choix de ces nouvelles régions se fera en concertation avec les trois départements concernés auxquels s’ajouteront d’autres départements comme, par exemple, celui de l’agriculture et des affaires sociales. La démarche à préconiser doit nécessairement réserver une place importante au plaidoyer; à la mobilisation; à la planification; à la formation; à la statistique et à la participation; au monde associatif; à la communication autour du projet pour susciter l’adhésion de l’ensemble.
Ces dimensions doivent être étudiées de manière concertée et faire l’objet de plans d’action provinciaux et régionaux différenciés.


Recommendations:
Le guide d’éducation nutritionnelle, conçu et élaboré par l’Association des Services de Base Intégrés, avec le soutien de l’UNICEF et la participation d’un expert nutritionniste du Ministère de la Santé, a été utilisé à Chefchaouen, puis dans d’autres provinces du Royaume pour sensibiliser les populations aux dangers de la malnutrition et de la sous-nutrition tout en les aidant à améliorer leurs habitudes et comportements alimentaires.

Après sa mise en œuvre, l’UNICEF a décidé de procéder à l’évaluation de ce guide, afin de savoir comment il a été mis en pratique, ce qu’en pensent les différents organismes et secteurs sociaux l’ayant déjà adopté et quelles seront les possibilités de sa généralisation. D’où les trois objectifs principaux retenus pour cette évaluation:
• évaluer l’incidence du guide nutritionnel sur les connaissances, les pratiques et les attitudes alimentaires des acteurs clés et des bénéficiaires;
• définir le dispositif à adopter pour sa généralisation dans ces mêmes provinces ainsi que dans d’autres régions et provinces du Maroc;
• préciser les conditions de l’institutionnalisation du guide et de l’éducation nutritionnelle qu’il préconise.

Pour l’atteinte de ces objectifs et conformément aux termes de références et à la méthodologie retenue, les consultants ont procédé à une investigation sur la base de différents outils de collecte et d’analyse des données, afin de répondre aux questions principales suivantes:
• jusqu’à quel point le guide de l’éducation nutritionnelle a eu des incidences positives sur les acteurs principaux, plus particulièrement les femmes, visées par le projet?
• quel dispositif est nécessaire pour la généralisation de l’éducation prônée par le guide d’éducation nutritionnelle?
• dans quelles conditions l’institutionnalisation d’un tel projet est possible?

Pour ce faire la méthodologie adoptée a permis:
• d’analyser le guide sur les plans scientifique, pédagogique et didactique;
• d’identifier des catégories de personnes auprès desquelles les données sont collectées;
• d’élaborer des outils d’investigation à l’adresse des responsables des départements concernés, des élaborateurs du guide, des représentants de la société civile, des animatrices et des femmes bénéficiaires;
• de se déplacer sur le terrain (Chefchaouen, Tanger et Larache) pour la collecte des données;
• d’analyser et interpréter les données collectées;
• de rédiger le rapport de l’étude.

Synthèse des résultats de l’étude

L’analyse et l’interprétation des données et informations collectées, permettent de conclure aux résultats les plus saillants présentés ci-dessous:

Au niveau du guide d’éducation nutritionnelle

Le guide, aussi bien dans sa structure que dans son contenu répond aux objectifs pour lesquels il a été conçu et s’intègre parfaitement dans les activités de promotion de la santé et de développement humain comme les programmes de l’alphabétisation, du préscolaire et de la scolarisation en milieu rural.

Le contenu scientifique dans son ensemble est correct. Néanmoins, l’étude a révélé quelques imperfections que les consultants ont corrigées. L’essentiel des améliorations apportées se résume ainsi:
• Révision de la partie théorique du guide en tenant compte des corrections, d’actualisation des notions scientifiques comme le montre la version corrigée est rédigée en arabe et figurant dans l’annexe I de ce rapport (les principaux changements apportés concernent les chapitres 5, 7 et 8).
• Simplification de certains passages du guide, pour les adapter au niveau scolaire et intellectuel des éducatrices (les améliorations apportées concernent surtout la forme et sont signalées dans l’annexe I).

Les autres améliorations, signalées ci-dessous, sont souhaitables afin de faciliter la communication avec les bénéficiaires et le transfert des connaissances et savoir-faire visés:
• amélioration des situations d’apprentissage pour les rendre plus proches du vécu des bénéficiaires;
• les fiches pédagogiques correctes et bien conçues devraient être étayées par des exercices pratiques de préparation de repas équilibrés ;
• prévision d’outils d’évaluation des séances de sensibilisation;
• renforcement de l’action didactique par l’enrichissement des jeux éducatifs et par l’intégration d’autres supports de démonstration et d’illustration.

Au niveau des ressources humaines

Etant le levier principal de la sensibilisation à l’éducation nutritionnelle, la formation doit bénéficier d’un intérêt particulier dans la mise en œuvre du projet. Il s’avère donc utile de mettre en place une stratégie de formation appropriée pour qualifier les ressources humaines impliquées. Les principaux éléments de cette formation sont:
• le recyclage des formateurs pour approfondir leurs savoirs notionnels en matière de nutrition et d’alimentation;
• le renforcement des équipes provinciales pour l’implication d’autres ressources dont dispose l’Education nationale, la Santé, l’Entraide nationale, l’Agriculture, la Jeunesse et sport et la société civile;
• l’élaboration d’un programme de formation composé de deux modules distincts et complémentaires présentant:
 un module de 18 heures pour la consolidation et l’appropriation des connaissances scientifiques de base liées à la nutrition et à la problématique de l’alimentation;
 un module d’une durée de 30 heures pour l’exploration du guide, d’initiation aux démarches, techniques d’animation des groupes et de communication avec les adultes, confection et utilisation des supports didactiques, travaux pratiques et fiches d’évaluation.

Au niveau des ressources matérielles et financières

Les ressources matérielles constituent un élément déterminant dans la généralisation du projet. C’est pourquoi une attention particulière doit y être apportée. Les recommandations faites à ce niveau sont:
• la mise en place d’un pilotage du projet doit être assisté techniquement et financièrement par des organismes intéressés par les droits à l’éducation et à la santé comme l’UNICEF, l’OMS pour garantir sa coordination et le fonctionnement de ses mécanismes;
• la viabilité du projet passe par son intégration dans les curricula d’enseignement et de formation (dans sa composante régionale et locale et au niveau de la formation des enseignants);
• le projet peut mieux se développer et continuer à exister s’il figure dans les plans de développement provinciaux et régionaux des différents départements concernés;
• l’impression du guide, dans sa version améliorée, et sa diffusion aux acteurs et structures impliqués doit être généralisée;
• nécessité de motiver les animatrices et animateurs chargés de la sensibilisation des bénéficiaires;
• la pérennité du projet sera assurée par son arrimage aux grands projets de développement du pays (Plans de développement communaux, l’INDH, le Maroc vert, MEDA, etc.);
• la mise en œuvre d’un système de suivi et d’évaluation est nécessaire pour collecter toutes les données et suivre les indicateurs de réalisation.

Au niveau de la possibilité de généralisation du projet

Les trois départements consultés ont manifesté leur ferme intention d’adhérer au projet. Ils sont prêts à mettre leurs ressources humaines à la disposition de la généralisation de l’éducation nutritionnelle au sein de leurs structures de tutelle. Mais pour qualifier ces ressources, les représentants de ces départements demandent un appui financier à la mise en œuvre du processus de formation, car ils ne disposent pas de budget susceptible d’être mobilisé pour la mise en œuvre du projet. En revanche, les structures dont ils disposent y seront impliquées. Les associations dynamiques peuvent également jouer un rôle fondamental aussi bien au niveau des ressources humaines que matérielles.

Services extérieurs, société civile et Organismes nationaux et internationaux doivent conjuguer leurs efforts respectifs pour réunir les conditions matérielles, humaines et logistiques requises pour une généralisation progressive et réussie du projet. Les éléments proposés pour cette généralisation et sa mise en œuvre sont présentés en détails dans le chapitre III.



Full report in PDF

PDF files require Acrobat Reader.


 

 

Report information

New enhanced search