Evaluation database

Evaluation report

2008 Morocco: Rapport d’évaluation du projet éducation parentale 2002-2005



Author: Azzedine AKESBI, Consultant

Executive summary

Background:
Le projet pilote de l’éducation parentale a été mis en œuvre entre 2002 et 2005 dans un contexte marqué par la priorité accordée à la petite enfance au niveau international. Il a été développé pour améliorer la réalisation des droits du groupe d’âge 0-3. Il a fait partie du programme d’appui aux priorités nationales (APN) et expérimenté dans le cadre du programme soutien aux enfants en milieu rural (SEMR). Il a eu pour objectifs de produire un guide de l’éducation parentale et de mettre en place une sensibilisation des parents dans 6 douars relevant de 5 provinces rurales pauvres.

En fait, cette expérience a retenu comme objectif principal de produire un modèle de sensibilisation en éducation parentale pour son institutionnaliser ensuite. Ainsi, en fonction des résultats obtenus, il devait être répliqué et permettre de passer à une plus large échelle de diffusion car il concerne une population importante.
Il y a lieu de souligner que la part des enfants et de la petite enfance au sein de la population marocaine est importante. 31% de celle-ci est comprise entre 0 et 14 ans. Les groupes d’âges 0-4 et 5-9 représentent chacun 10% de l’ensemble et environ 2,9 millions d’enfants.

Purpose/Objective:
Le projet de l’éducation parentale n’a pas fait l’objet d’une formulation préalable, il a été mis en œuvre de manière pragmatique et progressive. L’absence de cette formulation et d’une discussion précise et explicite avec les décideurs sur les conditions de mise en œuvre a probablement constitué une difficulté supplémentaire à sa généralisation à la fin du projet.

Préalablement à l’élaboration du projet et la mise en œuvre de la sensibilisation des études de cas sur l’attitude et le comportement des parents ont été menés dans six douars dans les sites retenus. Ils ont abouti à une appréciation critique de la situation de l’éducation parentale en milieu rural que résument les observations suivantes reproduites par les études de cas :

1. La faible implication des pères dans l’éducation des jeunes enfants;
2. La plupart des parents ont une méconnaissance des grandes étapes du développement de l’enfant ainsi que les soins de base et attitudes à adopter pour assurer l’équilibre de leur bébé. En milieu rural, les comportements nocifs à la santé du bébé seraient fréquents. Ils se manifestent notamment par le recul de l’allaitement maternel exclusif, le sevrage brutal et un comportement psychoaffectif non approprié;
3. Les relations parents/ enfant sont généralement peu stimulantes.

Par ailleurs, la dernière analyse de la situation des enfants (2007) effectuée au Maroc souligne l’existence de problèmes et déficits importants en rapport avec la petite enfance et la maternité. En effet, la santé maternelle liée au droit à la survie connaît une situation préoccupante. Près de cinq enfants sur 100 meurent avant d’atteindre l’âge de cinq ans. Le taux de mortalité maternelle – même en baisse - hypothèque le développement des enfants. 26 000 nouveaux nés meurent avant 1 an en milieu rural, 1500 femmes meurent à la suite des complications lors de l’accouchement. Par ailleurs, les taux d’accouchement en milieu surveillé et de consultation prénatale, les mortalités maternelles et néonatales n’ont pas évolué de manière significative.

La malnutrition est présente dans la moitié des causes de la mortalité infanto juvénile. Les femmes enceintes constituent un groupe à haut risque d’anémie avec 62 % qui n’ont pris aucun supplément de fer lorsqu’elles étaient enceintes. Cette situation particulièrement préoccupante justifie la nécessité de mettre en œuvre une politiques pour la petite enfance et explique également l’intérêt d’un projet dans le domaine de l’éducation parentale.

Methodology:
Approche de l’évaluation retenue:

La fin du projet en 2005 rendait l’évaluation, en 2008, de certaines dimensions difficile pour des raisons liées à l’écoulement du temps, mais également en raison de la non disponibilité de certains acteurs ayant participé aux activités du projet.

Ces contraintes ont poussé à retenir une approche qualitative de l’évaluation orientée par des questions stratégiques afin d’identifier les leçons à tirer pour les décideurs et l’élaboration des politiques. Ce choix méthodologique pouvant être très utile pour la mise en œuvre du projet de l’éducation parentale en cours, piloté par le ministère de la santé, et pour l’orientation de la politique publique dans ce domaine.

L’évaluation s‘est appuyée sur une enquête documentaire et une autre sur le terrain en utilisant différentes sources d’information (rapports, études, données statistiques, PV...) ainsi qu’une variété d’outils de collecte des données (fiches, grilles d’entretiens individuels, focus groupes, questionnaires, observation directe…).

Sur la base des termes de référence, les questions principales auxquelles l’évaluation a cherché à apporter des éléments de réponse portent sur : le processus de mise en œuvre du projet, ses effets et résultats notamment sur le plan institutionnel et politique.

Findings and Conclusions:
Mise en œuvre et résultats de la sensibilisation en matière d’éducation parentale

Sur le plan de la coordination et du processus de mise en œuvre, le caractère multisectoriel du projet de l’éducation parentale a nécessité la mise en place des comités locaux et provinciaux – impliqués également dans d’autres projets de la coopération Maroc –UNICF. Ils ont bien fonctionné et ont donné satisfaction selon des déclarations concordantes. L’implication du Ministère de l’Intérieur au niveau local ayant l’autorité et la capacité de mettre en place ce type de coordination a joué un rôle essentiel. Les partenaires (points focaux, comités provinciaux..) étaient actifs. Cependant, certains interlocuteurs ont déploré une implication moins active des structures décentralisées du département de la santé.

Plus d’un millier de personnes a été sensibilisé sur les différents aspects de l’éducation parentale (EP). Il s’agit d’une grandeur ; l’estimation des bénéficiaires demeure approximative du fait de l’absence d’un dispositif rigoureux et précis de suivi du projet. En outre, des activités de sensibilisation additionnelle non programmées (et non comptabilisées) ont profité d’une dynamique positive enclenchée par le projet au niveau de certains sites et institutions.

Une équipe pluridisciplinaire a été constituée et formée sur une série de thèmes essentiels : nutrition, propreté, allaitement…. Elle a bien fonctionné au niveau régional. La formation des agents de santé a permis aussi d’améliorer l’accueil dans les centres de soins des sites concernés et d’attirer plus de femmes vers les maternités.

En ce qui concerne la formation, certaines remarques ont porté sur le côté important accordé à la théorie, son caractère élémentaire pour certains, le besoin de le simplifier davantage pour d’autres.
Les résultats immédiats du projet étaient bien perçus dans le sens de l’assimilation des messages transmis.

La formation du personnel, dans le cadre du projet, est un résultat jugé positif par l’ensemble des partenaires consultés ; surtout que certains intervenants poursuivent l’utilisation du savoir acquis dans le cadre de leurs activités professionnelles ou associatives.

Le guide de l’éducation parentale est demandé et utilisé notamment en milieu rural dans le cadre des Dar Al Oummouma et aussi par le département de la santé. Dans des cas limités, l’équipe mobile – de Dar Al Oummouma - utilise également le contenu du guide et les films produits par le projet de l’éducation parentale. Ils sont freinés dans leurs efforts de sensibilisation par le manque de moyens, en particulier les moyens de transport.

Des animateurs et partenaires insistent davantage sur le besoin de développer le volet animation plus que le coté conseil.

A la fin du projet, la sensibilisation à l’éducation parentale n’a pas été institutionnalisée, mais des possibilités de sa prise en compte existent dans le cadre du programme santé et des réplications réalisées soit envisagées dans le cadre de Dar Al Oummouma et des Plans de développement communal.

Par ailleurs, les Académies Régionale de l’Education et de la Formation qui couvrent les sites du projet ont entamé un processus d’intégration des éléments de l’éducation parentale dans le cadre du quota réservé au Curricula Régionaux. A notre connaissance cette initiative positive ne s’est pas encore matérialisée, mais cette appropriation potentielle mérite d’être encouragée et soutenue pour qu’elle voit le jour.

Le projet est jugé avoir la particularité d’aller vers la population démunie qui ne fréquente pas les structures des Santé. En outre, il a produit un certain décloisonnement des femmes rurales participantes et leur ouverture sur leur environnement.

Quelques limites et des atouts pour la consolidation

Le projet de l’éducation parentale a souffert du manque d’un dispositif rigoureux d’évaluation et de suivi. Il lui manquait en particulier une étude CAP, pouvant servir de point de départ et de référence pour pouvoir apprécier avec précision les progrès réalisés; il a aussi manqué de ressources humaines et de compétences pour assurer la passation régulière des grilles de suivi conçues dans le cadre du projet.

La limite majeure du projet est la non réalisation de son objectif principal : l’institutionnalisation ou réplication à une grande échelle des activités de sensibilisation de l’éducation parentale. Le changement du contexte marqué par une discontinuité en ce qui concerne la priorité accordée à la petite enfance au niveau international et l’absence d’une institution ou département (et politique) ayant la charge de la petite enfance au niveau national méritent d’être considérés dans l’explication de cette situation. A cela, il faut ajouter un manque de communication. Le projet semble peu connu par des décideurs qui sont appelés à jouer un rôle essentiel dans le processus de la pérennisation des activités de l’EP, ce qui soulève la question du manque de communication, de la faiblesse des activités de plaidoyer auprès de cette catégorie de responsable. Ce type d’activité a été insuffisant pour un projet pilote qui en avait crucialement besoin pour faire progresser l’idée de sa généralisation auprès des décideurs.

Le comité intersectoriel pour la petite enfance institué avait pour ambition d’assurer cette implication des décideurs via une approche intégrale de l’éducation parentale mais n’a pas atteint cet objectif.

Malgré les limitations évoquées la capitalisation des résultats positifs obtenus est possible. Elle passe par le renforcement des manifestations d’appropriations de l’EP observées au niveau local (Dar Al Oummouma, Plan de développement communal) et la prise en compte de la petite enfance aussi bien au niveau du programme de coopération Maroc-UNICEF actuel, qu’au niveau du Plan d’Action de l’Enfance (PANE).

Le programme de coopération, 2007-2011, vise à maintenir les acquis et comme le précédent à promouvoir des politiques nationales et à institutionnaliser les expériences pilotent réussies. Il est appelé à poursuivre ses efforts pour la prise en compte de la petite enfance et la promotion de l’éducation parentale par son intégration dans les différents programmes de coopération et par son intégration dans les politiques nationales.

La concrétisation par le Maroc de son engagement pour un « Monde digne des enfants » en adoptant en 2006 un plan d’action pour l’enfance (PANE) est un atout qui devrait être utiliser pour promouvoir les droits et la politique de la petite enfance.

L’existence du PANE est un acquis important dans le sens de l’élaboration d’une politique de la petite enfance. Cependant, pour le moment elle n’apparaît pas entant que priorité dans ce document. La liste des objectifs du PANE ne spécifie pas de manière explicite des aspects relatifs à la petite enfance, même si certains de ses objectifs (1 à 3, 6 et 7) peuvent inclure des activités favorables à la petite enfance et constituent une porte d’entrée pour la mise en œuvre de l’EP. Déjà cette piste est envisagé par l’évaluation en 2008 du PANE qui a souligné l’importance de la promotion de la santé de la mère et de l’enfant, des modes de vie sains, de l’hygiène, de la nutrition des populations ciblés. A souligner qu’il ne faut pas oublier les aspects éducatifs et psychoaffectifs et leur importance dans le développement de l’enfant. D’un autre côté, des progrès dans la mise en œuvre de ces axes comme celle du PANE dans son ensemble est tributaire de l’adoption d’une approche intégrée et de la résolution des questions de coordination, du leadership et de la non disponibilité des ressources budgétaires.

Recommendations:
Approche pour la sensibilisation à l’éducation parentale :

1. Dans un milieu rural défavorable, l’éducation parentale est utile et nécessaire mais demeure insuffisante si elle ne fait pas partie d’un appui et d’une intervention globale et intégrée. Les conditions de vie des gens ne peuvent être ignorées. Il est vain de recommander la propreté et l’hygiène si l’accès à l’eau est défaillant ou problématique. Il est difficile de faire des progrès dans le sens de la baisse de la mortalité, si l’enclavement reste un obstacle majeur, les services de soin et les conditions d’accouchement restent défaillants. En outre, le rôle de la scolarité est fondamental dans la facilitation des changements de comportement.
2. Les sites ayant obtenu de bons résultats sont aussi ceux qui sont associés avec des conditions socio-économiques, sanitaires, scolaires et d’infrastructures correctes. Ceci pousse à recommander que l’effort de sensibilisation soit accompagné par des efforts de prise en charge des autres niveaux de besoins.
3. La population de parents est de profils variables et souvent de niveaux d’instruction limités en particulier en milieu rural, aussi il est recommandé en matière de sensibilisation de retenir une approche concrète se référant à des situations-problèmes, au vécu des gens en utilisant les techniques de l’animation et de l’illustration. Les études de cas déjà réalisées peuvent constituer une source de situations problèmes à exploiter.
4. Il est très important d’associer les leaders d’opinion, d’impliquer et de former des personnes de proximité pouvant jouer des rôles dans la mobilisation-motivation, de facilitateurs de la sensibilisation. Ils peuvent jouer un rôle essentiel dans la consolidation et la pérennisation du travail de sensibilisation.
5. Le projet de l’éducation parentale n’a pas fait l’objet d’une formulation préalable, il a été mis en œuvre de manière progressive et pragmatique. Or pour des projets appelés à être institutionnalisés, il est essentiel que la formulation initiale du projet puisse préciser et négocier préalablement les conditions de la réplication. Pour cela impliquer dès le départ et au plus haut niveau les instances institutionnelles de décision est nécessaire si l’on veut avoir des garanties de pérennité.
Bénévolat et agents de la sensibilisation
6. L’étude a souligné les avantages mais également les limites du recours au bénévolat dans le domaine de la sensibilisation : faiblesses au niveau des relances, du feed-back et du suivi. Aussi, il est conseillé de prévoir une prise en charge des frais et des moyens de transport et un niveau minimum d’indemnisation. La valorisation et la considération peuvent également contribuer à maintenir la motivation des personnes bénévoles chargées de la sensibilisation à l’EP.
Identifier et promouvoir des vecteurs de diffusion et de capitalisation de l’éducation parentale
7. Certaines structures et institutions de proximité, comme les centres de soins et les maternités, peuvent jouer un rôle déterminant et efficace dans la diffusion de l’éducation parentale (EP). En milieu rural, Dar Al oummouma figure parmi les lieux les plus indiqués pour promouvoir et consolider la sensibilisation de l’EP.
L’articulation et l’intégration au plan de développement local communautaire
8. La capitalisation des résultats du projet de l’éducation parentale est possible par le biais de l’introduction de la sensibilisation à Dar Al Oummouma. L’attitude positive de nombreuses communes à la création et au soutien de Dar Al Oummouma est une tendance importante qui mérite d’être encouragée et systématisée. L’accord de principe de consacrer 1% du budget des communes à Dar Al Oumoumma est un geste très positif qui mérite d’être formaliser dans le cadre des plans de développement communautaires. Le Gouvernement du Maroc et l’UNICEF devraient aider la concrétisation, à l’échelle nationale, de cette piste de pérennisation de l’éducation parentale.
9. L’éducation parentale peut être également greffée sur le développement en cours du préscolaire et en particulier dans le milieu rural. Les 60 centre de ressources du préscolaire comprenant des centres principaux et satellites pouvant en bénéficier de manière privilégiée. Par ailleurs, vu que le préscolaire n’est pas obligatoire la sensibilisation des parents pourrait être considérée comme un vecteur essentiel de promotion du préscolaire.
10. L’EP peut également être introduite dans d’autres lieux de dissémination notamment dans les cours d’alphabétisation fortement fréquentés par les femmes et dans les lieux traditionnels de regroupement des membres des douar, tels que les fêtes, les moussems, voire les souks ; elle peut utilement profiter à des ONG qui s’occupent des mamans, des enfants et de leur éducation et santé.
Accessibilité et simplification du matériel de sensibilisation
11. Le guide pour les séances de sensibilisation autour du : « développement intégré du jeune enfant » est riche d’informations et d’apports. La simplification de sa terminologie et l’emploi de termes d’arabe dialectal et/ou d’amazigh, quand c’est possible, faciliterait l’usage de ce document. Il est également souhaitable de revoir l’ordre de progression des thèmes de sensibilisation. Par ailleurs, la durée des séances est à réviser, en vue particulièrement de faciliter la présence des pères.
12. Pour ce qui est de l’organisation du contenu, la partie théorique peut être davantage synthétisée. En outre, il serait préférable d’envisager un découpage par thème, chaque thème faisant l’objet d’un document à part, des fiches d’activités et des supports visuels.
13. Par ailleurs, il faudrait ajouter certaines parties manquantes et en particulier souligner davantage les points concernant les châtiments corporels et leur effet néfaste sur les enfants de même, que l’attention à accorder aux enfants porteurs de handicaps.
14. La formation des animateurs aux techniques de communication actives qui utilisent des jeux de rôle et des situations problèmes, aiderait à rendre la sensibilisation plus efficace.
La réalisation des études CAP
15. La réalisation d’études CAP s’avère nécessaire aussi bien pour approfondir la connaissance sur la petite enfance que pour mettre en place un dispositif rigoureux, de suivi et d’évaluation incluant la conception des indicateurs de résultat et de performance.
La coordination et le choix de la localisation institutionnelle de la petite enfance :
16. La mise en œuvre d’une politique de la petite enfance – qui est une question horizontale et multidimensionnelle – nécessite :
o Une confirmation par l’Etat du degré de priorité accordé à la petite enfance et à l’éducation parentale (à la baisse de la mortalité maternelle, infantile…);
o L’adoption d’une approche intégrée du traitement des problèmes de la petite enfance;
o L’élaboration concertée d’un cadre d’orientation de référence et d’une stratégie de la petite enfance;
o De confier la responsabilité de la mise en œuvre de la stratégie et du plan d’action petite enfance à la primature ou un département ministériel ayant la capacité de coordonner et de superviser la mise en œuvre de la stratégie (Ministère de la Santé publique, Ministère de l’Intérieur, Ministère de développement social).
Plaidoyer et communication
17. Différents aspects développés précédemment (adoption d’une stratégie, adhésion à une politique de la petite enfance….) et la promotion de l’éducation parentale d’une manière générale nécessitent la conception et l’organisation d’un plaidoyer. Pour avancer dans ce sens, le projet éducation parentale et ses résultats devraient être documentés ensuite présentés aux principaux décideurs et parties prenantes. La documentation de la démarche, les résultats, le guide de l’éducation parentale méritent d’être largement diffusés et disponibles.
Communication
18. Pour pallier au manque au manque de communication ayant caractérisé ce projet, il est recommandé d’envisager les options et propositions suivantes :
o Organiser une journée d’étude sur l’éducation parentale – pouvant être élargie à la petite enfance – réunissant les principaux décideurs et l’ensemble des parties prenantes pour débattre des résultats du projet de l’EP, de ce qui est prévu dans le cadre du projet actuel en partenariat avec le département de la santé et des perspectives de l’extension et l’institutionnalisation de leurs activités. Ceci pourrait être prolongé par des séminaires décentralisés de vulgarisation et de sensibilisation des communes et des régions sur la question.
o En matière de sensibilisation, la communication de masse et directe est importante. Elle devrait se faire selon la langue comprise par les gens (Arabe dialectal, Amazigh…). La radio et la télévision peuvent jouer un rôle important dans ce sens. Les options possibles sont de : Produire un film (ou documentaire) et des messages qui pourraient être diffusés, selon les cas, à la télévision ou à la radio. Préalablement, il est recommandé de définir une liste de thèmes prioritaires sur lesquels devrait porter la sensibilisation audiovisuelle.



Full report in PDF

PDF files require Acrobat Reader.


 

 

Report information

New enhanced search