Histoires vécues

Histoires 2012

Histoires 2011

Articles 2009

Articles 2008

 

Allaitement maternel exclusif réussi

© Photo Unicef / RD Congo

Une dame d’une trentaine d’année, avec son bébé bien emmitouflé,  se présenta au bureau de l’Unicef. « Je veux voir votre chef », dit-elle au gardien. Pourquoi ? demanda le gardien! Je veux voir votre chef, répondit-elle sur un ton imposant. Le Gardien un peu intrigué, est venu annoncer à la secrétaire, qui en parla au Chef de bureau. Pour quel motif ? « Elle ne veut pas le dire, mais elle insiste pour vous rencontrer  personnellement». Un peu agacé car il préparait une réunion, le Chef  de bureau reçut la dame. « Je suis venue vous présenter mon bébé. Il a six mois aujourd’hui; je ne lui ai jamais donné autre chose que le lait maternel. Mon mari m’a chargée de remercier l’Unicef pour cette recommandation». Le chef de bureau amusé, appela le reste du personnel qui est venu s’extasier devant la beauté du bébé : un gros petit garçon, bien joufflu, bien éveillé et comme s’il se prêtait au spectacle, nous souriait tous.  Et la maman était tellement fière d’exhiber son bébé que nous en étions tous émus, de joie.

Et elle nous raconta comment cela s’est passé :« C’était au cours des séances d’animation de consultation prénatale que j’ai appris l’importance de l’allaitement maternel ». Elle a retenu deux faits principalement : les bienfaits de l’allaitement maternel : l’enfant ne va pas tomber malade car il est protégé par le lait de sa maman, il sera un bébé content car il sentira la présence de sa maman qui jouera avec lui et lui donnera le sein chaque fois qu’il aura faim ; elle va faire des économies car elle ne dépensera pas en soins médicaux. Mme Ndaya, tel est son nom, a appliqué l’allaitement maternel exclusif qui a porté ses fruits. Mais ce n’était pas facile car « ma  maman voulait que je donne la bouillie à l’enfant mais mon mari s’y est opposé en disant que si le personnel de santé insiste, il faut respecter la consigne».

Pascal B, nutritionniste, affirme qu’effectivement ce n’est pas facile d’arriver à ce résultat. En fait, les femmes en République démocratique du Congo  allaitent mais pas correctement et les mauvaises pratiques sont très vites introduites à cause des pesanteurs culturelles ou même du modernisme. Les traditions encouragent l’introduction de l’eau de boisson très tôt, entre un et deux  mois et malheureusement cette eau n’est pas toujours de bonne qualité ; ensuite l’administration de la bouillie de soja, de manioc, de mais ou de banane vers le deuxième ou troisième mois, sous prétexte que l’enfant ne se rassasie pas avec le lait maternel. Du coté du modernisme, la tendance est de donner à l’enfant le lait artificiel non adapté à l’alimentation du nourrisson, sans respecter l’âge, les normes d’hygiène ni même les quantités requises.

Les séances d’animation au niveau du centre de santé sont d’une grande importance pour habiliter les femmes et les inciter à pratiquer l’allaitement maternel exclusif.  Mais pour maintenir le challenge, nous avons crée et formé des comités de soutien à l’allaitement maternel au niveau des villages et quartiers  car c’est là où il y a de grands défis : l’influence de la société, des parents, des amies est telle que si la maman n’est pas soutenue, elle peut céder aux pressions sociales qui en terme de l’allaitement, ne sont pas les plus recommandées.

Avec l’allaitement maternel, nous introduisons progressivement au niveau de la communauté, d’autres composantes de la nutrition à assises communautaires notamment le suivi de la croissance, le suivi du comportement psychosocial de l’enfant, la promotion de la consultation préscolaire, la détection des cas de mal nourris. C’est dans ce cadre qu’avec l’appui de l’Unicef, nous avons mis à la disposition des communautés des balances et des toises pour apprécier l’évolution de la croissance des enfants et donner des conseils en rapport avec l’alimentation en cas de problème de nutrition ou référer au centre de santé.

Quelques personnes, d’un certain niveau et ayant une notoriété  ou influence dans la communauté, ont été formées afin d’assurer l’éducation ou la sensibilisation des parents sur le développement psychosocial des enfants à travers des thèmes comme  les soins appropriés pour les femmes enceintes, l’éveil des enfants, les aliments lactogènes pour les femmes allaitantes, le sevrage et les aliments locaux nutritifs pour les jeunes enfants.

Nous sommes contents de constater que beaucoup de femmes allaitantes adhèrent maintenant à l’allaitement maternel exclusif et que même les hommes (maris) soutiennent leurs femmes pour cela.

 

 
Search:

 Email this article

unite for children