Histoires vécues

Histoires 2012

Histoires 2011

Articles 2009

Articles 2008

 

Les foires aux NFIs: les familles déplacées identifient leurs propres besoins

© Photo Unicef/RDCongo

Walikale,  République Démocratique du Congo. Angaliko allaite son nouveau né en attendant patiemment son tour. Elle est arrivée tôt, ce matin, à la foire NFI (Non Food Items) organisée par l’ONG internationale Solidarités et soutenue par l’UNICEF. Elle regarde avec intérêt les marchands installer leurs étals et sait déjà ce qu’elle va choisir grâce aux coupons jaunes : deux matelas, quelques casseroles, des bottes en plastiques contre les pluies diluviennes de Walikale et des habits pour ses enfants. Des biens de première nécessité.
Comme la plupart des femmes présentes à la foire, Angaliko a fui son village il y un mois, en laissant tout derrière elle. Enceinte de huit mois à ce moment là, elle a marché pendant 3 jours avant d’accoucher sur la route. Aujourd’hui, elle vit avec son mari et ses 5 enfants dans une famille d’accueil pour qui elle réalise des travaux champêtres moyennant quelques vivres.

« Les FDLR (les rebelles rwandais) venaient souvent dans notre village piller nos réserves et ils repartaient sans faire trop de dégâts, dit-elle. Mais cette fois-ci, ils sont venus en pleine nuit et ont tout brûlé, pillé et tué sauvagement les villageois. Les personnes qui nous logent nous prêtent ce dont nous avons besoin mais elles ont peu de moyens. Grâce à cette foire, je vais pouvoir me procurer les articles de base et les partager avec elles.»

Célina se protège du soleil sous la grande bâche prévue à cet effet. Grand-mère d’une fratrie de 20 petits enfants, elle garde précieusement les coupons et la moustiquaire distribués a son arrivée. Mais elle ne comprend pas encore très bien comment utiliser les coupons : « ces bouts de papier ont la valeur de l’argent mais ce n’est pas de l’argent ! », s’exclame-t-elle. Les hauts parleurs répètent en boucle les messages de sensibilisation sur l’utilisation des coupons jaunes et des « aides aux vulnérables » engagés par Solidarités sont disséminés un peu partout dans la foire pour soutenir les femmes enceintes, âgées ou handicapées, lors de leurs achats.

« C’est la première aide que nous recevons depuis que nous avons fui notre village, affirme Célina. Je suis ravie d’avoir reçu une moustiquaire comme ca les insectes arrêteront de me dévorer la nuit et avec les coupons, je vais pouvoir choisir moi-même les articles dont ma famille a besoin. »

Pour éviter la jalousie et l’incompréhension, une grande campagne de sensibilisation a été réalisée afin de bien expliquer le ciblage des ménages les plus vulnérables. Les populations locales et les marchands de la région ont été sensibilisés aux droits des déplacés et les prix pratiqués sont plus abordables pour les populations déplacées. « Les articles sont moins chers ici qu’en ville, explique Angaliko. Les marchands nous font de bons prix. »

Les déplacements importants de ces derniers mois, dus à l’insécurité grandissante, ont accentué les vulnérabilités des populations en mouvement et de leurs familles d'accueil dans le territoire de Walikale, nouveau terreau des violences et carrefour des besoins de première nécessité.
Les matelas sur la tête et un ballot remplis de nouveaux produits dans les bras, Angaliko et Célina rentrent chez elles, contente d’avoir participé à la foire.

 

 
Search:

 Email this article

unite for children