Pour les Medias

Contactez-nous

Faits et Chiffres

Communiqués de Presse 2013

Communiqués de Presse 2012

Communiqués de Presse 2010

Communiqués de presse 2011

Communiqué de presse 2009

Médiathèque

Discours officiels

Discours du Représentant de l’inter agence prononcé par Madame Barbara BENTEIN, Représentante de l’UNICEF en RDC, pour la 3ème édition de la Semaine Africaine de Vaccination à Kinshasa

Discours officiels 2012

 

Mot de Mme Vu Thi, Représentante de l’UNICEF à la cérémonie officielle de l’appui de ECHO aux crises nutritionnelles dans les provinces hors conflit en RDC

Excellence Monsieur le  Ministre de la Santé,
Monsieur le Secrétaire Général à la Santé,
Monsieur le Directeur du PRONANUT,
Monsieur le Directeur de  la 5ème Direction,
Mesdames et Messieurs des ONGs nationales et internationales,
Mesdames et Messieurs les partenaires bi et multilatéraux,
Mesdames et Messieurs des Agences des Nations Unies, 
Chers collègues,
Distingués invités,
Mesdames et Messieurs,
La cérémonie qui nous réunit aujourd’hui  porte  sur la malnutrition qui, en dépit des efforts consentis, par le Gouvernement et ses partenaires,  demeure préoccupante en République Démocratique du Congo.

En effet, la  comparaison des résultats des enquêtes à indicateurs multiples conduites en 2001 et 2010 montre une légère amélioration de la malnutrition aiguë dont la prévalence est passée de  16% en 2001 à12 % en 2010. Cette  diminution  notable de la malnutrition aiguë dans l’ensemble du pays au cours des 10 dernières années, est surtout attribuable aux progrès enregistrés dans les provinces de l’Est (Nord Kivu et Sud Kivu notamment). Par contre, les taux de malnutrition aiguë restent anormalement élevés dans les provinces non affectées par les conflits, comme les deux Kasaï et le Bandundu. Par ailleurs, on observe que la malnutrition chronique n’a pas évoluée et reste autour de 43%. Ces tendances avaient déjà été confirmées en 2009 par les enquêtes nutritionnelles conduites dans les territoires et communes urbaines  des provinces du Kasaï Oriental, Kasaï Occidental, Katanga, Maniema et Equateur et dont les résultats avaient été présentés par le Ministère de la Santé.

La persistance  de forts taux de la malnutrition aiguë  dans les zones hors conflit et le plaidoyer fait par le Gouvernement et ses partenaires ont rencontré un écho favorable auprès de certains bailleurs.

Ainsi la Commission Européenne pour l’action Humanitaire (ECHO justement)  a accepté d’apporter un appui financier significatif au traitement de la malnutrition aiguë dans les territoires les plus affectés des provinces sus citées. En effet, cette contribution d’un montant total de 10 millions d’euros va cibler les territoires ayant des taux de malnutrition égaux ou supérieurs à 15 % et des taux de malnutrition aiguë sévère supérieurs ou égaux à 2 %. Elle devra à terme permettre de traiter 45,000 enfants atteints de malnutrition aiguë sévère.

 Le projet sera mis en œuvre par un groupe de partenaires ONG en étroite collaboration avec les équipes cadres des zones de santé et sous la coordination  et la supervision conjointes du programme national de nutrition (PRONANUT) et de l’UNICEF. Par ailleurs, le PRONANUT assurera la mise en œuvre du volet surveillance nutritionnelle.

Nous voulons ici officiellement et au nom de l’UNICEF, réitérer nos remerciements à ECHO pour cet appui significatif et cette  collaboration exemplaire.

Nous voudrions aussi, au vu des taux persistants de la malnutrition aiguë inviter le Gouvernement et les autres donateurs à accorder une attention particulière aux interventions visant à prévenir la malnutrition et cela pour consolider et pérenniser les résultats encourageants enregistrés dans la lutte contre la malnutrition aiguë. En particulier, il faudra appuyer les actions à base communautaire visant à sensibiliser, conseiller et éduquer  les parents sur les bonnes pratiques d’allaitement  et d’alimentation  des enfants, la nutrition des femmes enceintes et des femmes allaitantes, la fortification des aliments, la sécurité alimentaire et l’amélioration de l’approvisionnement en eau potable et  des conditions d’hygiène. Nous voudrions à cet effet saluer solennellement la récente décision du Premier Ministre de mettre en place une commission nationale pour réfléchir et faire des propositions visant à endiguer la malnutrition en RDC.

Je voudrais,  avant de terminer, réaffirmer notre mandat d’œuvrer pour la survie et le bien-être des femmes et des enfants et renouveler au Gouvernement notre entière disponibilité à l’accompagner dans les initiatives qu’il développe pour réduire  la malnutrition en RDC.

Je vous remercie.

 

 

 

 
Search:

 Email this article

unite for children