Pour les Medias

Contactez-nous

Faits et Chiffres

Communiqués de Presse 2013

Communiqués de Presse 2012

Communiqués de Presse 2010

Communiqués de presse 2011

Communiqué de presse 2009

Médiathèque

Discours officiels

Discours du Représentant de l’inter agence prononcé par Madame Barbara BENTEIN, Représentante de l’UNICEF en RDC, pour la 3ème édition de la Semaine Africaine de Vaccination à Kinshasa

Discours officiels 2012

 

Mot de la Représentante de l’Unicef à l’occasion du lancement de l’Enquête à Indicateurs Multiples sur la situation des enfants et des femmes en République Démocratique du Congo

Excellence Monsieur le Ministre du Plan
Excellence Monsieur le Ministre de la Santé
Excellence Monsieur le Ministre de l’Education
Excellence Monsieur le Ministre des Affaires Sociales
Excellence Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et chefs des missions diplomatiques
Excellence Mesdames et Messieurs les représentants des Agences du Système des Nations Unies, des organismes nationaux et internationaux
Monsieur le Chargé de mission de l'Institut National de la Statistique
Messieurs les membres du comité technique permanent du MICS
Mesdames et Messieurs                  
Distingués invités,

C’est avec une grande joie que je prends la parole à l’occasion du lancement des résultats préliminaires de cette nouvelle Enquête à Indicateurs Multiples sur la situation des enfants et des femmes de la République Démocratique du Congo. Je suis en effet très fière de venir aujourd’hui vers vous avec un message positif sur l’évolution de la situation sociale des enfants et des femmes congolaises.
 
L’enquête MICS 2010, commanditée par le Ministère du Plan, a été réalisée par l’Institut National de la Statistique (INS) avec l’appui technique et financier de l’UNICEF, accompagné de nos agences sœurs, le PAM et, le FNUAP ainsi que l’USAID. Le MICS 2010, troisième du genre mise en œuvre en RDC après ceux de 1995 et de 2001, a été conçu sur la base d’un échantillonnage mettant en évidence les zones urbaines et rurales, la ville-province de Kinshasa et les dix autres provinces. Le coût total de l’étude qui a débuté fin 2009, est de  2.1 millions de dollars américains.

Le MICS 2010 qui nous réunit en ce jour, porte sur les progrès accomplis en faveur de ceux qui nous sont les plus chers – les enfants et les femmes de ce pays. Beaucoup reste à faire afin d’atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement dans un futur proche. Mais nous sommes sur la bonne voie.

Parmi les résultats clés de l’enquête figurent les progrès obtenus en termes d’éducation et de la mortalité des enfants, mais malheureusement aussi la dégradation de l’enregistrement des enfants à l’état-civil, ainsi que la stagnation dans le domaine de l’accès a l’eau potable et l’assainissement, et de la prévention du VIH/SIDA.

Aujourd’hui, trois enfants sur quatre, parmi ceux âgés entre 6 à 11 ans vont à l’école en République Démocratique du Congo. Ceci représente une augmentation de 23 pourcent en comparaison avec l’année 2001, avec une quasi-parité entre filles et garçons. Mais il y a une forte disparité selon le bien-être économique. Dans les ménages aisées, on trouve une moyenne de quatre femmes alphabétisées, alors que dans les ménages plus défavorisés il y seulement une femme alphabétisée. Afin de rendre l’éducation primaire accessible pour toutes les couches de la population, nous devons investir dans la qualité de l’enseignement, à travers les infrastructures et la formation des enseignants. 

Aujourd’hui, 158 sur 1,000 enfants meurent avant leur cinquième anniversaire. Bien que toujours trop élevé, ce chiffre représente une amélioration significative par rapport à l’an 2001, quand 213 enfants n’ont pas atteint l’âge de cinq ans. La réduction des épisodes de fièvres dues au paludisme, grâce à l’utilisation accrue des moustiquaires, et une vaccination de routine plus étendue sont parmi les facteurs clés de ce progrès.

La distribution massive des moustiquaires imprégnées est une de nombreuses illustrations de l’impact positive que notre partenariat peut avoir. Le MICS 2001 avait trouvé qu’en moyenne 6 pourcent des enfants Congolais en dessous de cinq ans dormaient sous une moustiquaire imprégnée.


Ce chiffre a maintenant grimpé à 38 pourcent, grâce aux campagnes massives de distribution de moustiquaires à tous les ménages menées par le Ministère de la Sante Publique avec l’appui des partenaires ici présents.

En regardant l’exemple du Maniema, une de provinces les plus enclavées du pays, les progrès sont encore plus frappants. En 2001 le pourcentage de familles en possession d’une moustiquaire environnait les zéro pourcent. Aujourd’hui 85 pourcent des familles ont au moins une moustiquaire imprégnée et dans 57 pourcent des familles de cette province, les enfants en dessous de cinq ans dorment maintenant sous une moustiquaire.
            
Je me rappelle bien des critiques qui disaient que les moustiquaires seraient certainement utilisées - comme filet de pêche ou robes de mariage, et que les enfants ne dormaient pas dessous.  Ceci souligne l’importance de l’information et la mobilisation sociale bien ciblée qui ont accompagné ces campagnes.

Aujourd’hui un an plus tard, les résultats sont indéniables. En même temps, l’incidence des fièvres, indicateur principale pour le suivi du paludisme, a diminué d’une manière significative.

Par rapport a leur âge, presque la moite des enfants en dessous de cinq ans souffre d’un retard de croissance. Une situation alarmante qui, dans la majorité des cas, est due au manque de pouvoir d’achat des familles. Et alors que 80 pourcent des enfants des ménages aisées ont été complètement vaccinés, ils ne sont que 20 pourcent à l’avoir été dans les ménages les plus démunis.

En outre, seulement une personne sur sept vie dans un environnement avec un assainissement acceptable, et à peine la moitie de la population a accès à l’eau potable. Une situation qui n’a guère changé au cours des dix dernières années. Les récents cas de choléra relevés à Shabunda sont une illustration du manque de nos progrès dans ce domaine. Nous devons agir rapidement afin d’éviter que cette maladie mortelle, et bien d’autres, resurgissent sur le territoire.

Pour atteindre les Objectifs du Millénaire nous devons assurer que tous les enfants en dessous d’un an soient vaccinés, que tous les enfants et femmes enceintes dorment sous une moustiquaire imprégnée d’insecticide, et ont accès à l’eau potable.

Une autre évolution préoccupante apparait dans le domaine de la protection de l’enfance. Aujourd’hui deux enfants sur trois ne disposent pas d’un acte de naissance – et la situation a empiré au cours des dix dernières années. En effet, alors que 34  pourcent des enfants étaient enregistrés à l’état-civil en 2001, ce chiffre a baissé à 28 pourcent en 2010. Alors que c’est la responsabilité des parents d’amener leurs nouveau-nés pour l’enregistrement, c’est à l’Etat et ses partenaires d’explorer les options qui rendent cette tâche plus facile en termes de coût, de distance, et disponibilité de l’information correcte.

Laissez-moi terminer avec la situation du VIH/SIDA. Neuf femmes interrogées sur dix  en 2010 ont entendu parler du VIH/SIDA. Toutefois, moins d’une femme sur sept connaît les risques liés à l’infection, et la manière de s’en protéger. Afin d’éliminer la maladie, il est essentiel de disséminer ces informations précises à grande échelle.

En conclusion je tiens à souligner la constance de l’engagement de l’UNICEF aux côtés du Gouvernement pour la cause de l’enfance en République Démocratique du Congo; un partenariat durable qui a contribué aux progrès pour la qualité de vie des enfants et des femmes tels que révélés dans l’enquête MICS 2010

Excellences,
Distingués invités,

Afin d’atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement en République Démocratique du Congo, beaucoup reste à faire, mais nous sommes sur la bonne voie.

Selon une étude globale de l'UNICEF publiée début septembre à New York, la communauté mondiale peut sauver des millions de vies en investissant en priorité dans les enfants et les communautés les plus désavantagés. Une stratégie axée sur l’équité s’est avéré efficace au niveau des moyens à utiliser, comme au niveau des valeurs morales. Ensemble nous devons œuvrer pour améliorer le sort de ceux qui sont les plus vulnérables, les enfants et les femmes – et en particulier ceux issus des familles les plus défavorisés. Les résultats du MICS 2010 peuvent contribuer à la prise de décision et la planification du chemin vers l’atteinte des OMD - dès aujourd’hui. 

Je voudrais donc féliciter encore une fois le Ministère du Plan pour la bonne collaboration durant cette enquête, et remercier Monsieur le Ministre lui-même pour son appui personnel dans toutes les phases de l’enquête. Je tiens à remercier également le Directeur et le staff de l’INS pour leur engagement à réaliser l’enquête dans des conditions parfois difficiles, ainsi que le Comite technique et mes collègues de l’UNICEF qui ont travaillé d’arrache-pied pour que nous puissions partager les résultats avec vous aujourd’hui, ainsi que les enquêteurs qui ont sillonnés toutes les provinces du pays pour collecter les données que nous vous présentons ce matin.

Je voudrais également rendre hommage aux personnes qui ont patiemment répondu aux questions de l’étude avec l’espoir d’un futur meilleur pour leurs enfants. Nous avons une responsabilité envers eux.

Pour conclure, je réitère donc la disponibilité de l’UNICEF à continuer à accompagner les efforts du Gouvernement pour la réalisation des droits des enfants et des femmes congolais.

Je vous remercie.

 

 

 
Search:

 Email this article

unite for children