Informations sur UNICEF RDC

Qu'est-ce qu'un programme de Coopération ?

Principaux domaines d'intervention de l'Unicef

Mission de l'Unicef

Comment l'Unicef s'est-il implanté en RDC ?

Bulletin "Echos du Terrain"

Education, Bulletin d'information

Avis de vacances des postes

 

Cinq (5) Consultant(e)s Nationaux en Communication en Appui à la distribution de MILD 2011

Type de contrat  : SSA, 4 mois
Lieux d’affectation  : Lubumbashi, Kalemie, Bukavu, Bandundu, Goma
Avis de Vacance n° : VN/2011/SSA/018
Grade     : NOB
Date de clôture de la publication : 9 septembre 2011

1. Contexte et Justification
Le paludisme demeure un problème majeur de santé publique en République Démocratique du Congo (RDC). Chaque année, on enregistre entre 60 à 100 millions des cas dont 27 millions des cas confirmés paludisme  et environ 180.000 décès. En outre, le paludisme est un fardeau socioéconomique qui engendre un manque à gagner évalué à plusieurs centaines des millions de dollars US liés aux coûts élevés de la prise en charge des épisodes palustres.

La Moustiquaire Imprégnée d’Insecticide à Longue Durée d’Action (MILD) constitue l’un des moyens les plus efficaces et les plus économiques  de lutte contre le paludisme. Les études ont démontré que son utilisation avec une couverture de 80 % peut réduire la morbidité de 50 % et la mortalité de 18 % en particulier chez les enfants de moins de cinq ans.
Ainsi, pour que la RDC atteigne  les objectifs mondiaux de l’initiative «Faire Reculer le Paludisme», au moins 80% des personnes à risque du paludisme dans le pays devront dormir sous la MILD.

Pour pouvoir atteindre cet objectif, la RDC a entrepris depuis 2006 de mener des campagnes  de distribution à large échelle des MILD dans certaines  provinces. A ce jour, les campagnes de distribution de masse des MILD ont déjà été menées dans sept provinces, à savoir le Bas-Congo, le Sud-Kivu, l’Equateur, Ville-Province de Kinshasa, la Province Orientale, le Maniema et une partie du Bandundu. Si dans les trois premières provinces, les MIILD ont été distribuées aux enfants de moins de 5 ans (à l’exception du Bas-Congo où elles ont été distribuées aux enfants de 6 à 36 mois), dans les autres, il s’est plutôt agi de la distribution universelle visant tous les ménages. 

En 2011, il est prévu une campagne de distribution universelle des MILD dans les provinces du Katanga, du Sud-Kivu, du Nord-Kivu et du Bandundu. Les moustiquaires seront distribuées en sites fixes.

Etant donné d’une part les faiblesses de la communication et de la mobilisation sociale notés aux niveaux provincial et des zones de santé lors des campagnes précédentes et afin de garantir la qualité de cette campagne, il est important de renforcer les capacités des zones de santé et des provinces dans la planification et la mise en œuvre des activités de communication en appui à la campagne.

Cela est d’autant plus important que la distribution à large échelle de la MIILD induit de nouveaux défis. En effet, contrairement aux campagnes de vaccination dont les interventions en communication visent à amener les parents à faire vacciner leurs enfants cibles ou la population à se faire vacciner, le comportement attendu des ménages lors de la campagne de distribution massive des MII va au-delà de la simple  réception de la moustiquaire. On attend des ménages surtout  l’utilisation effective et correcte de cet intrant pour se protéger contre le paludisme, en privilégiant les enfants de moins de 5 ans et les femmes enceintes.

2.  Résultats attendus
•Les zones de santé, en particulier à problèmes, disposent de micro-plans basés sur les données épidémiologiques et socio-anthropologiques collectées lors des diagnostics communautaires et des analyses comportementales.
•Une meilleure utilisation des MILD par les ménages des provinces concernées,
•Les populations spéciales, les rumeurs et les résistances à l’utilisation des MILD sont correctement gérées.
•Le rapport final des activités est élaboré, avec une analyse détaillée des forces, des défis et des opportunités dans le domaine de la communication et de la mobilisation sociale.

3. Tâches et Responsabilités
Sous la supervision générale du Chef de la Communication en appui aux programmes et sous la supervision directe du chef de bureau provincial, en lien programmatique avec l’Administrateur Survie du Bureau de province, du Spécialiste C4D chargés de l’appui aux campagnes de masse à Kinshasa et du Spécialiste C4D dans les bureaux de zone, les consultants  devront apporter un appui à la planification et à la mise en œuvre des activités de communication au niveau provincial, de district et  des zones de santé concernées dans le cadre du campagne de distribution des  moustiquaire imprégnées d’insecticide.
Ils rempliront plusieurs tâches avant, pendant et après la campagne :
Avant la campagne :
1. Dès la prise de fonction, élaborer un plan de travail en prenant en compte les trois principales composantes  phases de la communication en appui à la distribution des MILD, à savoir phase de précampagne, phase de campagne et phase post-campagne. 
2. Appuyer le développement des micro-plans de communication basés sur l’analyse des défis et des opportunités identifiés lors du diagnostic communautaire au niveau opérationnel
3. Appuyer l’élaboration des plans de communication consolidés au niveau provincial, avec focus sur l’utilisation des MILD après la distribution
4. Organiser la supervision prospective dans les zones de santé à problèmes
5. Renforcer les capacités en communication des comités de mobilisation sociale  à tous les niveaux en prenant en compte les particularités de chaque zone de santé.
6. Appuyer les initiatives de mobilisation des ressources financières locales en appui à la campagne
7. Appuyer les zones de santé dans la mise en œuvre des micro-plans élaborés.

Pendant la campagne
8. Organiser la supervision de la campagne, en priorité dans les zones de santé à problème
9. Appuyer les activités de communication dans les Aires de santé d’accès difficiles
10. Inciter la participation des acteurs de la communication aux réunions des comités de coordination à tous les niveaux
11. Stimuler la participation des leaders communautaires  à la mobilisation de la population en faveur de la campagne
12. Appuyer la mise en œuvre des micro-plans dans les zones de santé.

Après la campagne
13. Appuyer l’évaluation des activités de la campagne au niveau des districts et des zones de santé concernés.
14. Appuyer la promotion, par les principales confessions religieuses, de l’utilisation des MILD
15. Appuyer les opérations de Hang up dans les zones de santé
16. Appuyer le suivi de l’utilisation des MILD par les relais communautaires et les activistes de la Croix-Rouge
17. Documenter les expériences de communication dans le cadre de la promotion de l’utilisation des MILD.
18. Rédiger des rapports mensuels et finals d’activités comprenant des expériences originales de mobilisation sociale et les leçons apprises

Activités générales
19. Développer des initiatives devant conduire à l’appropriation progressive de la promotion de l’utilisation des MILD  par les communautés locales.

4. Résultats attendus de la consultance :
• Les zones de santé, en particulier à problèmes,  disposent de micro-plans basés sur les données épidémiologiques et socio-anthropologiques collectées lors des diagnostics communautaires et des analyses comportementales.
• Une meilleure utilisation des MILD par les ménages des provinces concernées,
• Les populations spéciales, les rumeurs et les résistances à l’utilisation des MILD sont correctement gérées.
• Le rapport final des activités est élaboré, avec une analyse détaillée des forces, des défis et des opportunités dans le domaine de la communication et de la mobilisation sociale.

5. Qualifications et compétences requises :
• Etre de nationalité congolaise
• Etre titulaire d’un diplôme supérieur (Licence) en Communication sociale, en sciences sociales ou dans un domaine connexe.
• Avoir une bonne expérience d’au moins 5 ans dans la communication, mobilisation sociale et participation communautaire en faveur de la promotion des MILD ou des campagnes de masse est un atout majeur.
• Avoir une bonne connaissance de la politique nationale de santé
• Avoir une bonne connaissance des réalités locales.
• Pouvoir  travailler dans un environnement international et multiculturel.
• Pouvoir travailler de façon indépendante et en équipe.
• Avoir de  bonnes aptitudes en communication.
• Avoir une très bonne connaissance des langues locales de la province d’intervention.
• Pouvoir maîtriser les logiciels de gestion de base de données (Excel et Word sous Windows)

6. Conditions de travail:
UNICEF fournira un ordinateur et une espace de travail. UNICEF prendra en charge les missions sur le terrain mais les consultant(e)s sont responsables pour leur assurance. 

Les dossiers de candidature devront comprendre une lettre de motivation, un curriculum vitae détaillé, un formulaire P11 dûment complété (en annexe), les photocopies des diplômes et attestations des services rendus, les coordonnées de contact  telles que l’adresse physique, les numéros de téléphone fixe et cellulaires, les références et tout autre document renseignant sur la carrière du candidat.

Les dossiers seront adressés au Chargé des Ressources Humaines et envoyés à l’adresse électronique ci-après : kinshasahr@unicef.org ou déposés au Bureau de l’UNICEF Kinshasa, sis Boulevard du 30 Juin n° 87 à Kinshasa/Gombe ou au bureau provincial de l’UNICEF le plus proche.


SEUL(E)S LES CANDIDAT(E)S RETENU(E)S SERONT CONVOQUE(E)S

N.B : Le formulaire P11 et autres informations sont disponibles sur le site UNICEF RDC (www.unicef.org/drcongo/french/)
Les candidatures féminines sont particulièrement encouragées.

LES BUREAUX UNICEF SONT « NON FUMEURS »


 

 

 
Search:

 Email this article

unite for children