Informations sur UNICEF RDC

Qu'est-ce qu'un programme de Coopération ?

Principaux domaines d'intervention de l'Unicef

Mission de l'Unicef

Comment l'Unicef s'est-il implanté en RDC ?

Bulletin "Echos du Terrain"

Education, Bulletin d'information

Avis de vacances des postes

 

Comment l'Unicef s'est-il implanté en RDC ?

La coopération entre l’Unicef et la République Démocratique du Congo remonte à 1963, lors de la grande intervention des Nations Unies au Congo. Elle s’est poursuivie longtemps après à travers des programmes spéciaux relatifs à la lutte contre le paludisme et les grandes endémies en général. L’ouverture des bureaux des provinces s’est effectuée progressivement suivant les cours des événements.  Pour l’heure, l’Unicef dispose de 10 représentations à l’intérieur du pays en plus du bureau central de Kinshasa.

Le Bureau Central de Kinshasa : travaille directement et constamment avec les structures gouvernementales et non gouvernementales ainsi qu’avec les représentants de coopération présents au Congo. Il coordonne toutes les activités de l’Unicef au Congo et assure en permanence le plaidoyer auprès des autorités civiles et gouvernementales.

1. Le Sous-bureau de Bukavu :

a été créé en 1974 suite aux troubles (rébellions) qui ont éclaté à l’Est du Pays (l’ancien Kivu) vers les années 70. L’objectif visé en créant ce bureau était d’apporter une aide urgente aux populations affectées. Ce bureau couvrait lors de son implantation l’ancienne province du Kivu découpée maintenant en 3 provinces : Le Nord et le Sud-Kivu  ainsi que le Maniema.

2. Le Sous-bureau de Mbuji-Mayi :

les autorités du Gouvernement et les responsables de l’Unicef décidèrent de créer une antenne à Mbuji-Mayi vers la fin de 1978, afin de venir en aide aux populations vulnérables menacées par la disette suite à la sécheresse au Kasaï-Oriental. Au début, l’aide de l’Unicef était distribuée par les différents services publics et missions religieuses, notamment le Projet Maïs au Kasaï-Oriental (en sigle PMKO), le Projet Rural Diocésain et l’Union-Coop. C’est seulement en 1982 que le sous bureau de Mbuji-Mayi fut installé pour assurer l’exécution d’un programme de développement dans la province ainsi que le contrôle de la distribution et de l’utilisation du matériel  et équipements remis à la province. Le sous-bureau de Mbuji-Mayi couvrait alors les deux régions du Kasaï (Oriental & Occidental).

3. Le bureau du Bas-Congo. (A commencé par le s/b de Boma)

En 1979 s’était abattu une sécheresse dans le Bas-Congo et cela d’une manière accrue dans le Bas-Fleuve. Il a plu à l’UNICEF d’implanter une Antenne dans le cadre des urgences dans la Province. La ville de Boma avait réuni toutes les conditions pour l’implantation du bureau. L’antenne deviendra opérationnelle en 1981.

Avantages :

  • Servir en priorité le District du Bas-Fleuve le plus touché par la sécheresse.
  • Eviter les traversées fréquentes du fleuve Congo par un bac moteur qui posait des problèmes énormes de sécurité et des urgences.
  • Procéder avec facilité et sécurité la récupération des arrivages de tous les matériels et équipements Unicef.

En 1987, l’antenne qui s’occupait du programme d’urgence était réduite en bureau de la logistique. Dans les années 1990, l’antenne deviendra  Sous-Bureau et reprend les aspects du programme régulier en plus de sa logistique. En ce moment précis, le fleuve Congo qui constituait un handicap ne pose plus le problème de traversées car il est relié par le pont pour faciliter le passage à tout moment.

La distance qui sépare les deux villes (Matadi et Boma) constituant un handicap permanent pour les partenaires du gouvernement, mais aussi ceux des ONGs dépourvus des moyens de transport limitant ainsi les contacts avec le Bureau Unicef. A cela, s’ajoutait le coût onéreux des déplacements effectués par taxi. Ainsi, les auditeurs internes de l’Unicef en mission dans la province du Bas-Congo en 1995, avaient proposé de transférer le Sous-bureau à Matadi, qui est le chef-lieu  en vue de le rapprocher de ses partenaires. Proposé en 1995, le projet ne sera effectif qu’en Mai 2001. Ce transfert a facilité l’exécution des activités du programme régulier.

Le bureau était  composé de : De 1981 à Mai 2001 : 8 membres du personnel dont 1 Administrateur, chef de Bureau, 1 Assistant à l’Administration/finances et logistique, 1 Secrétaire, 2 Chauffeurs, 3 gardiens ; De Mai 2001 à Décembre 2006 : 7 membres du personnel dont  1 Administrateur, chef de Bureau,  1 Assistant à l’Administration et Finances 1 Assistant en logistique, 1 Assistant aux Programmes, 1 Secrétaire et  2 chauffeurs.

4. Le sous-bureau de Lubumbashi : a été ouvert en 1986 afin de mobiliser des ressources auprès des grandes sociétés minières du Shaba pour financer les soins de santé primaires et autres projets sociaux bénéfiques à la population. Bien que la plupart de ces ressources aient fait faillite depuis, l’Unicef a développé et entretient avec elles un partenariat orienté vers l’appui aux secteurs sociaux qui s’est révélé fort utile pour la population.

5. Le bureau de Kananga :  Commencé d’abord comme une antenne, ce bureau a été installé officiellement en 1993 à la suite des troubles inter-ethniques au Shaba qui ont entraîné de vastes mouvements de personnes dans les deux Kasaï. Le bureau a été chargé de coordonner l’aide aux personnes déplacées et d’exécuter les activités du programme régulier.

6. L’Antenne de Goma : Mise en place depuis 1993, a pris de l’extension pour devenir un véritable sous bureau en 1994, avec l’arrivée massive de plus d’un million de réfugiés dans la province du Nord Kivu, suite au génocide survenu au Rwanda voisin. Depuis, le bureau de Goma s’est transformé en un bureau de zone ayant sous sa supervision 2 bureaux de liaison (Province Orientale et Sud Kivu) et compte une quarantaine d’agents.  A l’instar des autres bureaux de l’UNICEF en République Démocratique du Congo, celui de Goma met aussi en œuvre les programmes sectoriels définis dans le Programme de Coopération entre la RDC et l’UNICEF.

En janvier 2002, le volcan Nyiragongo est entré en éruption et a surpris les habitants de la ville de Goma, causant une cinquantaine de morts. A l’époque, 500.000 personnes avaient dû fuir Goma pendant quelques jours vers la ville rwandaise de Gisenyi.

Régulièrement, la province du Nord Kivu fait face à de graves crises humanitaires et sanitaires, résultant de la période du génocide.  Des affrontements opposent souvent les FARDC aux différentes milices opérant dans la région.  Depuis plusieurs années, la province est plongée dans la désolation avec de multiples cas de violences sexuelles et le déplacement massif de milliers de personnes que la guerre déverse sur les routes.

Ainsi, depuis août 2007, le Nord Kivu vient une nouvelle fois d’être le théâtre de violents combats qui ont notamment conduit les populations vers Mugunga, à 15 Kms de Goma, où d’immenses camps de déplacés ont vu le jour. 

Tout en menant un plaidoyer fort aux côtés d’autres agences humanitaires en faveur d’un retour à la paix dans la province, afin que les enfants et les femmes puissent jouir de tous leurs droits, l’UNICEF fait face aux urgences provoquées par ces vastes mouvements de population. Grâce aux pré positionnements des différents intrants, l’Equipe de Réponse aux Urgences mise en place au sein du bureau, a procédé début septembre 2007 à une large campagne de vaccination contre la rougeole,  en faveur de 22.000 enfants qui ont également été déparasités au Membendazole, tandis que 2.000 femmes enceintes ont été vaccinées contre le tétanos materno-néonatal.  Le bureau de l’UNICEF à Goma est confronté à de nombreux défis comme celui récurrent de la logistique. Par ailleurs, les déplacés bénéficient de nombreux autres appuis en eau, hygiène et assainissement pour prévenir les cas de maladies hydriques tels que le choléra.  Des espaces pour enfants sont également érigés dans les camps en vue de protéger les enfants vulnérables. Concernant l’éducation, les écoles avoisinant le camp de Mugunga vont être réaménagées pour recevoir davantage d’élèves en cette période de rentrée scolaire.  Aussi bien dans les urgences que dans le programme régulier, toutes les pratiques-clés destinés à promouvoir de bons comportements au sein de la population sont véhiculés par les relais communautaires et les radios partenaires.

7.    Le bureau de Kisangani : Ce bureau a commencé en 1996, à la suite des conflits armés entre les militaires loyalistes du Zaïre à l'époque contre les troupes de Mzee Laurent Kabila de l'AFDL. Ces conflits ont provoqué des déplacements massifs des populations congolaises, les hutus rwandais et des militaires congolais qui fuillaient le combats de Bukavu, Goma en destination de  Kisangani. La mission était d'apporter un appui dans le domaine de la santé (nutrition) et de la protection aux enfants et femmes vulnérables.


 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 
Search:

 Email this article

unite for children