Discours

Lancement de la campagne de supplémentation en vitamine A et de déparasitage

Kinshasa, le 09 mai 2007

Excellence Monsieur le Ministre de la santé, Excellence Monsieur le Vice-Ministre de la santé, Monsieur le Secrétaire général à la santé,

Messieurs les représentants des agences partenaires, Distingués invités, Mesdames, Messieurs,

C’est pour moi  un plaisir de prendre la parole, au nom des partenaires membres de l’Inter Agence, à l’occasion de la cérémonie officielle du lancement de la 1 ère phase de la campagne de supplémentation en vitamine A et de déparasitage qui est organisée du 10 au 12 mai 2007 dans toutes les 11 provinces du pays.  

Comme vous le savez, la République Démocratique du Congo (RDC) compte parmi les pays dont  le taux de mortalité infantile est le plus élevé au monde. Selon l’enquête MICS 2, plus d’un enfant sur cinq (5) meurt avant d’atteindre l’âge de 5 ans.  Plus de la moitié de décès d’enfants sont dues à la malnutrition.    

Alors que le pays dispose d’une grande variété d’aliments riches en VITAMINE A, le taux de carence en ce micronutriment  est paradoxalement très élevé auprès des enfants de moins de 5 ans. Il en est de même de l’anémie et des vers intestinaux. Des études ont montré, en effet, que plus de la moitie sur 10 enfants congolais, 6 avaient une carence en vitamine A, 7 étaient anémiés et 8 avaient des vers intestinaux.

Nous connaissons tous les conséquences néfastes que la carence en vitamine A et les vers intestinaux ont sur la santé des enfants.

La supplementation de masse des enfants de 6 à 59 mois en vitamine A et la distribution à large échelle du mebendazole aux enfants de 1 à 5 ans constituent justement des stratégies susceptibles d’accélérer la réduction de la mortalité infantile dans le pays et  de contribuer à l’atteinte des objectifs du millénaire.  

La vitamine A renforce la protection contre les infections, stimule la croissance, améliore la vision et assure une prévention contre la malnutrition. En éliminant les vers intestinaux, le mebendazole garantie un bon état nutritionnel aux enfants, leur assure une bonne santé et favorise un meilleur apprentissage à l’école.

Voila pourquoi depuis bientôt 10 ans, les partenaires réunis au sein de la coordination Inter Agence, notamment l’OMS, l’UNICEF, HKI et la Coopération canadienne ne ménagent pas  leur appui au gouvernement congolais dans ses efforts visant à résoudre ces deux problèmes de santé publique dans le pays.

En plus de 12 millions de capsules de vitamine A et de 9,5 millions de comprimés de mebendazole mis à la disposition du ministère de la santé (quand ??) , les   partenaires ont appuyé la distribution des intrants, l’achat du carburant, la supervision, la collation des équipes et la mobilisation sociale.

L’objectif poursuivi est de supplémenter en vitamine A environ 11 millions d’enfants de 6 à 59 mois et de déparasiter au mebendazole environ 9 millions d’enfants de 1 a 5 ans.

Cependant, je crois que  pour conjurer durablement la carence en vitamine A et la verminose dans le pays, la stratégie de supplémentation périodique doit être remplacée, à terme, par l'administration de la vitamine A et du mebendazole en routine, au centre de santé et dans la communauté.

Il faudrait aussi assurer la promotion à large échelle de bonnes pratiques simples, mais efficaces, comme la consommation des aliments riches en vitamine A,  l’allaitement maternel exclusif et le lavage des mains avant le repas et après les toilettes.

Je voudrais terminer ce mot en invitant tous les parents de la RDC, où qu’ils se trouvent,  à faire supplémenter en vitamine A et à faire déparasiter tous leurs enfants cibles.  C’est de cette façon qu’ils contribueront à réduire la morbidité et mortalité des enfants au Congo.  Je vous remercie.

 

 

 

Español Français