Education de base, égalité des sexes

Programme : Education de base et égalité de genre

 

Programme : Education de base et égalité de genre

UNICEF/Djibouti/Rabemiafara
© UNICEF/Djibouti/Rabemiafara

Contexte

En  République de Djibouti depuis les années 2000, des progrès importants ont été réalisés en matière d’éducation. Le taux net de scolarisation est passé de 43 % en 2002 à 66 % en 2006. En zone urbaine, 67% des enfants sont scolarisés en primaire, contre 49% en zone rurale. La parité des sexes au niveau national est presque atteinte avec un indexe de parité de l’ordre de 0,98 en 2006 dans l’enseignement primaire tandis qu’il est de 0,82 dans l’enseignement secondaire.

Cependant, beaucoup d’efforts restent à fournir pour atteindre les objectifs 2 et 3 du Millénaire pour le développement car à Djibouti au moins un enfant sur trois en âge scolaire ne fréquente pas une école, parmi eux une majorité de filles. De manière générale le système éducatif reste confronté à des problèmes d’accès, de qualité et de l’analphabétisme.

Selon une enquête faite par des élèves dans le cadre d’une campagne nationale pour promouvoir l’inscription des enfants à l’école, les principales causes de la non scolarisation (Source : Le livre des exclus, 2007) sont la pauvreté et les problèmes sociaux (la situation d’orphelinat, abandon ou négligence des enfants par les parents, le divorce des parents, enfants de rue), les problèmes d’état civil (difficulté à accéder à l’acte de naissance), le handicap ( handicap physique de motricité, surdité, cécité, troubles mentaux), les pesanteurs socioculturelles (travaux domestiques, le travail des enfants) ainsi que la perception de l’école par les parents ( non scolarisation de la fille ou d’un enfant handicapé).

Action

Le Programme « éducation de base et égalité de genre » s’articule autour de 3 composantes :
a) L’accès équitable à des structures scolaires,  notamment par : (i) la mobilisation sociale de tous les acteurs concernés à savoir : les responsables du système éducatif, les parents, les communautés, les associations, les mass media et les enfants eux-mêmes (ii) le plaidoyer et la promotion de mesures d’accompagnement pour l’augmentation du nombre de jeunes filles prolongeant leurs scolarisations au cycle moyen (iii) une intensification des actions de promotion de l’éducation des filles dans les zones de résistance, (iv) le renforcement d’un environnement sain, protecteur, respectueux des droits de l’enfant ; (v)  la promotion d’une « école amie des enfants » avec l’amélioration de l’environnement scolaire dans le domaine de l’eau, de l’énergie, de l’assainissement et de l’hygiène.
b) La qualité de l’éducation primaire à travers : (i) la réduction des déperditions en cours de scolarité, par le renforcement de la formation et de la supervision des enseignants, ainsi que l’appui au Ministère pour la mise à disposition des matériels pédagogiques adaptés à tous les enseignants et élèves ; (ii) l’amélioration du niveau des acquis scolaires par des innovations pédagogiques; (iii) la disponibilité d’un système de collecte des données afin de produire régulièrement des données statistiques fiables et pertinentes ; (iv) le plaidoyer et l’adoption de mesures appropriées pour augmenter la représentation des femmes dans la carrière d’enseignant.
c) L’éducation non formelle vise à ce que : (i) Les enfants de 4 à 5 ans des zones rurales et périurbaines, issues des familles défavorisées, aient un meilleur accès à l’éducation préscolaire ou à un encadrement communautaire de qualité; (ii) le développement de stratégies d’école alternative et l’amélioration des conditions d’apprentissage dans les structures d’éducation non formelle, permettant d’assurer des passerelles vers le formel ou d’offrir une « école de seconde chance » aux enfants ; (iii) un important volet d’information et de mobilisation sociale visant à s’assurer que la communauté adhère au programme et saisit les opportunités de seconde chance offertes aux enfants et adolescents.

Impact

Le programme de l’UNICEF entend contribuer :
• à la réalisation de l’accès universel à une éducation primaire de qualité, ainsi qu’à la réduction des disparités d’accès selon le sexe, le niveau social d’origine ou la zone géographique.
Le Programme de l’Education vise à ce que :
• sur la période de 2008 à 2012, 93% des enfants d’âge scolaire (6-11 ans), à égalité entre les filles et les garçons, fréquentent un service d’enseignement de base de qualité.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Search:

unite for children