Protection

PROTECTION

 

PROTECTION

© UNICEF Côte d’Ivoire/2006/Westerbeek

Contexte

Partout à travers le monde, des millions d'enfants sont chaque jour victimes de violence, d'exploitation et de maltraitance. Ces abus se font dans les communautés, les écoles, les institutions et même les familles ; au cours de conflits armés, dans le cadre des pires formes de travail ou de pratiques traditionnelles néfastes telles que la mutilation génitale féminine/excision ou le mariage précoce. Des milliers d'autres enfants, qui n'ont pas encore subi ces violences, restent dépourvus d'une protection appropriée.
La Côte d’Ivoire ne fait pas exception et a vu la situation des enfants s’aggraver durant la crise (2002-2007). Malgré la signature de l’Accord de Paix de Ouagadougou (mars 2007) la situation ne s’est pas vraiment améliorée et les enfants et les femmes sont toujours exposés à toutes sortes d’abus sans avoir accès à l’assistance médicale ou judiciaire nécessaire :

  • l’enregistrement des naissances interrompu à cause du conflit ne reprend que progressivement et lentement 
  • un nombre croissant de cas de traite (plus de 200 cas identifiés en 2006 et 2007) 
  • le travail des enfants
  • l’augmentation de la violence domestique et sexuelle et la pratique des mutilations génitales féminines (MGF)/excision

Action et impact de l’UNICEF

La protection des enfants contre la violence, l'exploitation et la maltraitance fait partie intégrante de la protection de leurs droits à la survie, à la croissance et au développement. Les interventions de l’UNICEF se fondent sur les engagements de base de l'organisation, notamment la Convention relative aux droits des enfants, la Déclaration du millénaire, Un monde digne des enfants et d’autres accords internationaux sur les droits de l'homme.

L'UNICEF plaide en faveur de la création d'un environnement protecteur pour les enfants et soutient une telle création, en partenariat avec des gouvernements, des organismes nationaux et internationaux, y compris le secteur privé et la société civile.

© UNICEF Côte d’Ivoire/2006/Arrivé

Le programme de la protection des enfants et des adolescents de l’UNICEF Côte d’Ivoire comprend quatre projets :

  • Protection et réintégration des enfants affectés par le conflit 
  • Protection légale et institutionnelle des enfants et adolescents 
  • Lutte contre les violences et les pratiques traditionnelles néfastes faites aux enfants et aux femmes 
  • Protection et réintégration sociale des enfants et des femmes en situation d’urgence.

L’UNICEF poursuit ses efforts dans le domaine de la réintégration des enfants ex-associés aux groupes armés. A cet effet, l’UNICEF coordonne la mobilisation de ressources financières qui permettront l’achat de kits d’installation et le développement de partenariats forts pour assurer le succès de la réintégration des enfants.  A travers une approche holistique (assistance alimentaire et médicale, activités socio récréatives, prise en charge et suivi psychosocial), des activités de réintégration familiale, scolaire et socioprofessionnelle sont organisées dans les zones Centre, Nord et Ouest (CNO) ainsi que dans la zone Sud au profit de milliers d’enfants affectés par le conflit. Par ailleurs, l’UNICEF collabore étroitement avec d’autres agences de l’ONU qui sont activement impliquées dans l’exécution de la Résolution 1612 du Conseil de Sécurité qui préconise la création d'un mécanisme de surveillance et de communication concernant six violations graves des droits de l'enfant. Les différentes actions entreprises conjointement par l’UNICEF et l’ONUCI (les Nations Unies en Côte d’Ivoire) dans le cadre de la Résolution 1612 ont conduit les ex-rebelles ainsi que les milices progouvernementales à la signature d’engagements formels et de plans d’action contre l’utilisation d’enfants dans leurs rangs. Le respect des plans d’action et le dialogue régulier avec les parties au conflit ont conduit à une diminution continuelle de l’association des enfants aux forces armées et groupes armés : en 2007 il n’y a pas eu d’éléments de preuve étayés concernant le recrutement et l’utilisation actifs d’enfants par les groupes armés.

L’UNICEF appuie également les activités de lutte contre les violences sexuelles et les pratiques traditionnelles néfastes, y compris les mutilations génitales féminines afin de sensibiliser les communautés sur la protection des enfants et des femmes contre les violences. Par ailleurs, des activités de mobilisation communautaire ainsi que de renforcement des capacités sont soutenues pour assurer la prise en charge des victimes de violences sexuelles et de pratiques traditionnelles néfastes.

L’UNICEF préconise fortement la promotion de l’enregistrement des naissances, droit fondamental de tout individu et garantissant à tout enfant l’accès aux soins de santé, à l’éducation ainsi qu’à une identité et une nationalité et le protégeant, entre autre, du mariage précoce et du travail.

En raison de la faiblesse des structures publiques dans les zones CNO, les initiatives privées et communautaires se sont multipliées ; toutefois, elles manquent souvent de capacités organisationnelles, structurelles et techniques. A cet effet, l’UNICEF a entrepris des formations quant aux problématiques majeures relatives à la protection afin de renforcer les capacités de l’ensemble de ses partenaires sur le terrain en matière de mobilisation communautaire, de réponses, de suivi de projets et de protection des enfants en situation d’urgence. De plus, compte tenu du processus de redéploiement de l’Administration, un accent particulier est mis sur le renforcement des capacités nationales dont un soutien aux structures des différents ministères pour renforcer les acquis et assurer la pérennité.

JOURNEE DE L'ENFANT AFRICAIN
Droit à la participation

Documents additionels
Droit à la participation

 

 

 

 

Données clé

  • 35,3 % des enfants de 5 à 14 ans ont un travail rémunéré (MICS 2006)
  • 46,5 % des enfants orphelins de 10 à 14 ans ne fréquente pas l’école (MICS 2006)
  • Le pourcentage des femmes de 15 à 49 ans qui a subi l’excision est de 36,4 % sur l’ensemble du pays, 88 %au Nord Ouest et 87,8% au Nord (MICS 2006)
  • La naissance de 45,1% des enfants de moins de 5 ans n’est pas enregistrée (MICS 2006)
  • En 2007, 11 884  enfants ont été enregistrés grâce aux interventions de sensibilisation et de renforcement des centres d’état civil
  • Depuis le début de la crise il a été estimé qu’environ 3000 enfants ont été associés aux groupes armés
  • Depuis 2002, 7194 enfants affectés par le conflit, dont 2813 enfants associés aux groupes armés, ont bénéficié d'une prise en charge psychosociale, éducative et professionnelle
  • Depuis 2002, 1728 enfants affectés par le conflit ont réintégré l’école formelle
  • En 2007, 143 enfants victimes de traite ont été réunifiés avec leur famille
  • En 2007, 112 victimes de violence sexuelle ont bénéficié d'une prise en charge psychosociale et médicale
  • En 2007, 100 enfants en conflit avec la loi ont bénéficié d’une prise en charge psychosocial et professionnelle

Search:

 Email this article

unite for children