Centre Média

CONTACT POUR LES MEDIAS

COMMUNIQUE DE PRESSE

DECLARATION OFFICIELLE

 

Au moins 1121 femmes et enfants victimes de violations en lien avec la crise en Côte d'Ivoire

Abidjan, 23 novembre 2011 - Depuis le début de la crise postélectorale en Côte d'Ivoire en novembre 2010, au moins 1121 cas de violations graves des droits de la personne ont été commis sur des femmes et des enfants, selon un rapport publié par le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) et l'Organisation non gouvernementale Save the Children, et les partenaires oeuvrant à la protection de l'enfance

« Les enfants ont été les premières victimes du conflit qui a touché la Côte d'Ivoire et ce rapport nous permet pour la première fois d'avoir une idée plus claire sur le nombre d'enfants victimes directes de la crise », a déclaré Hervé Ludovic de Lys, Représentant de l'UNICEF en Côte d'Ivoire. « Malheureusement comme la plupart des cas de violations ne sont jamais rapportés, le nombre élevé de cas recensés nous laisse croire qu'il ne s'agit ici que de la pointe de l'iceberg ».

Le rapport intitulé Vulnérabilités, violences et violations graves de droits de l'enfant - Rapport relatif à l'impact de la crise post électorale sur la protection des enfants en Côte d'Ivoire consolide tous les cas de violations de droits rapportés entre novembre 2010 et septembre 2011 incluant les six violations graves que sont les meurtres ou les mutilations d'enfants, le recrutement ou l'utilisation d'enfants par des groupes armés, les attaques contre des écoles ou des hôpitaux, le viol et autres violences sexuelles graves contre les enfants, l'enlèvement d'enfant et le déni d'accès humanitaire pour les enfants.

Ainsi sur les 1121 cas de violations de droits contre les femmes et les enfants, 643 ont été commis contre des enfants, dont 182 viols, soit un enfant violé chaque jour et demi sur le territoire national.

Plus précisément, il est constaté que :

  • Deux tiers des enfants victimes sont des filles et 60 pour cent a moins de 15 ans.
  • 213 cas de violences sexuelles (55 pour cent des violations graves de droits de l'enfant)
  • 45 cas d'enfants associés à un groupe armé, soit 11,5 pour cent des violations graves et 7 pour cent des violations rapportées.
  • 79 cas d'enfants blessés ou mutilés, soit 10,5 pour cent des violations graves et 6,5 pour cent des violations commises contre les enfants.
  • 41 cas d'enfants tués par des armes à feu, grenades, etc., soit 20,5 pour cent des violations graves et 12,5 pour cent de l'ensemble des violations.
  • 10 cas d'enlèvement/séquestration (inclus 50 pour cent de filles et 50 pour cent âgés de moins de 10 ans).

Le rapport fait entre autre ressortir un lien direct avec le conflit en Côte d'Ivoire, avec une hausse significative des cas de violations rapportés en mars et avril de cette année, au plus fort de la crise, et dans les régions les plus touchées par les combats. La plupart de ces crimes restent impunis, car seuls 52 cas ont fait l'objet de poursuites judiciaires même si les auteurs sont connus pour plus de la moitié des victimes.

La présence de partenaires oeuvrant pour la protection des enfants a permis de prendre en charge près du trois quart des victimes, mais le manque de moyens fait qu'encore trop de femmes et d'enfants ne reçoivent aucun soutien après avoir vécu de telles atrocités, tandis que la répression de ces violations reste faible.


###

À propos de l'UNICEF
L'UNICEF intervient dans 190 pays et territoires pour aider les enfants à survivre et à s'épanouir, de leur plus jeune âge jusqu'à la fin de l'adolescence. Premier fournisseur mondial de vaccins aux pays en développement, l'UNICEF soutient la santé et la nutrition des enfants, l'accès à de l'eau potable et à des moyens d'assainissement, une éducation de base de qualité pour tous les garçons et toutes les filles et la protection des enfants contre la violence, l'exploitation sous toutes ses formes et le SIDA. L'UNICEF est entièrement financé par des contributions volontaires de particuliers, d'entreprises, de fondations et de gouvernements.

Pour toutes informations supplémentaires :

Louis Vigneault-Dubois, UNICEF Côte d'Ivoire,
Responsable de la communication,
tél : +225 0403 5044,
courriel : lvigneault@unicef.org

Veronica Barbosa, Save the Children,
Responsable Média et Communication pour la Côte d'Ivoire,
tél : +225 0808 1470
courriel : barbosav@ci.savethechildren.se


 

 

 
Search:

 Email this article

unite for children