VIH/SIDA

VIH/SIDA

 

VIH/SIDA

© UNICEF Côte d’Ivoire/2006/Brioni

Contexte

Les enfants ont constitué depuis trop longtemps la face cachée dans la réponse donnée au VIH et au SIDA et leurs besoins sont souvent négligés. C'est pourtant sur eux que reposent les plus grands espoirs de venir à bout de l'épidémie.
Avec une prévalence de 4,7%, la Côte d’Ivoire est actuellement le pays le plus affecté de la sous région ouest africaine où la pandémie du VIH/SIDA sévit depuis 1985, date de la découverte des premiers cas. L’impact de la pandémie est tel que c’est la première cause de mortalité chez les hommes et la deuxième chez les femmes (la première étant les complications durant la grossesse et à l’accouchement).

540 000 enfants ivoiriens sont orphelins et vulnérables du fait du VIH/SIDA, 40 000 vivent avec le VIH, et plus de 16 000 sont infectés chaque année. Malgré cette situation alarmante, seulement
4000 enfants sont suivis pour le VIH/SIDA et 2000 bénéficient d’une prise en charge par les Anti-Rétroviraux (ARV).

On observe une féminisation de l’épidémie (6,4 pour cent pour les femmes et 2,9 pour cent pour les hommes) ; chez les jeunes femmes enceintes (15-24 ans) d’Abidjan, le taux de prévalence du VIH est de 5,2 %.

Action et impact de l’UNICEF

L'UNICEF apporte un soutien dans les différentes situations dans lesquelles les enfants sont affectés par le SIDA :

  • La prévention de la transmission du VIH de la mère à l'enfant et la fourniture d'un traitement pédiatrique
  • La prévention de l'infection chez les adolescents et chez des plus jeunes
  • La protection et le soutien aux enfants touchés par le VIH/SIDA.

© UNICEF Côte d’Ivoire/2007/Arrivé

La question du VIH/SIDA est abordée de manière intersectorielle par l’UNICEF. Chaque programme a intégré la lutte contre le VIH/SIDA dans ses activités et représente ainsi un élément clé de cette lutte.

Ainsi, grâce au support de l’UNICEF, la Côte d’Ivoire a été parmi les premiers pays à initier la stratégie de la Prévention de la Transmission Mère-Enfant (PTME) du VIH. 90% des contaminations de l’enfant sont liées à ce mode de transmission pour lequel l’utilisation d’ARV, associée à une politique d’alimentation de l’enfant, constitue un moyen de réduction du risque de 50%.

L’UNICEF soutient des activités d’éducation par les pairs éducateurs dans le cadre de la prévention du VIH/SIDA chez les adolescents et les jeunes. Ces activités d’information et de sensibilisation par des personnes du même âge et de la même origine ont pour but de développer les connaissances des groupes cibles et de leur permettre d'être responsables de leur santé et de la protéger. Un suivi psychosocial ainsi que des activités de prévention d’Infections Sexuellement Transmissibles (IST)/SIDA, le dépistage volontaire au VIH et des services conseils sont aussi offerts aux adolescents.

Un guide sur le SIDA intitulé « S’informer pour mieux vivre » a été conçu par l’UNICEF en collaboration avec les organisations de jeunes. Réalisé par les jeunes et pour les jeunes, il a été élaboré pour répondre au déficit d’outils de sensibilisation destinés aux jeunes et pour appuyer l’action des pairs éducateurs formés. Une série de formations à l’utilisation de ce guide a été organisée au sein des ONG sur toute l’étendue du territoire ivoirien.

 

 

 

 

Données clé

  • 130 agents de santé ont été formés en 2007 sur la mise en oeuvre de la PTME dans les centres de santé du Nord, du Centre et de l’Ouest du pays
  • 12 000 femmes enceintes ont été conseillées durant les consultations prénatales en 2007, de ce nombre, 3 860 ont accepté le dépistage VIH
  • 56% des femmes enceintes séropositives ont été mises sous ARV en 2007 dans les zones d’intervention de l’UNICEF
  • 1 600 pairs éducateurs dont 800 filles ont été formés sur les IST et le VIH/SIDA en 2007
  • 360 000 adolescents et jeunes ont été sensibilisés et informés sur le VIH/SIDA à travers l’éducation par les pairs en 2007
  • 18 800 enfants ont été informés et ont échangés de l’information sur le VIH/SIDA dans 94 écoles primaires en 2007
  • 8 000 orphelins et autres enfants vulnérables ont bénéficié d’une prise en charge psychosociale, médicale, nutritionnelle, scolaire et socio professionnelle en 2007

Search:

 Email this article

unite for children