Communication Pour le développement

Communication pour le développement (C4D)

 

Les Gestes qui sauvent

   « Les gestes qui sauvent » est une initiative nationale de communication en faveur de la survie des enfants de 0 à 5 ans du Congo. Cette initiative vise à faire acquérir aux mères et aux jeunes filles en âge de procréer la connaissance de 12 gestes simples, peu coûteux et faciles à pratiquer à la maison, pour prévenir ou traiter les maladies qui tuent le plus souvent les enfants du Congo. Ces gestes sont, entre autres, l’allaitement maternel exclusif pour l’enfant de 0 à 6 mois, dormir sous la moustiquaire imprégnée et le lavage des mains au savon.

Cette initiative, dont l’idée a germé en décembre 2007 avec les directeurs des départements de la santé du Congo, a été initiée, en mars 2008, par le Ministère de la Santé, des Affaires Sociales et de la Famille et son service de communication (SIEC), en partenariat avec l’UNICEF et les confessions religieuses du Congo. En juillet 2008, le secteur privé s’est joint à l’initiative. De cette collaboration est née l’idée du «téléphone qui sauve », une ligne téléphonique à prix réduit pour donner des conseils aux mamans qui ont un enfant malade.

Application potentielle :
« Les gestes qui sauvent » peut inspirer d’autres initiatives nationales orientées vers le changement de comportements, que ce soit dans le domaine de la santé, de l’éducation ou de la protection, principalement au niveau du partenariat : les partenaires-clés, tant du secteur public que privé, sont ceux capables d’assurer l’efficacité, l’efficience et/ou la pérennité de l’initiative.

Contexte et justification :
Au Congo, 1 enfant sur 8 meurt avant 5 ans, dont 80% à cause de problèmes de santé qui peuvent être évités ou traités: les infections néonatales, le paludisme, la diarrhée, les infections respiratoires, la malnutrition et l’anémie. L’initiative « Les gestes qui sauvent » a été mise en place pour accélérer la réduction de la mortalité infantile, dans le contexte de l’ACSD.

Les mères de famille et les jeunes filles en âge de procréer sont les cibles primaires de l’initiative, car l’éducation des mères contribue à diminuer d’environ 50% la mortalité infantile (EDS, 2005). Les confessions religieuses sont des partenaires-clés pour la mise en œuvre de l’initiative, parce qu’au Congo, celles –ci assurent, pour un coût marginal, une très large couverture géographique des interventions (95% des congolais sont membres pratiquants d’une confession religieuse), basées sur leurs canaux (prédicateurs et animateurs des lieux de culte/paroisses) et leurs réseaux (groupes de femmes et de jeunes filles pour la prière, l’apprentissage, l’aide sociale, la chorale, le théâtre…).

Stratégie :

L’initiative repose sur 5 grands axes stratégiques :
- Le plaidoyer auprès du gouvernement et des confessions religieuses : il s’est réalisé initialement, à travers des rencontres personnelles du représentant de l’UNICEF avec les leaders du ministère de la Santé, des Affaires Sociales et de la Famille et ceux de 10 confessions religieuses du Congo, pour expliquer le possible impact de l’initiative sur la réduction de la mortalité infantile. Le plaidoyer continue tout au long du processus avec le gouvernement, afin de renforcer son leadership et ainsi assurer la pérennité de l’initiative.
- Le développement participatif des messages : pour assurer des messages de qualité, adaptés à la réalité du Congo, du point de vue du fond et de la forme, 4 outils de communication (livret des mamans, aide-mémoire, manuel du formateur, guide de l’animateur) ont été élaborés par les acteurs directement impliqués dans l’éducation et la formation, à savoir les mamans du Congo, les leaders des confessions religieuses et les spécialistes gouvernementaux de la PCIME (Prise en Charge Intégrée des Maladies de l’Enfant).
- Le renforcement des capacités des acteurs pour l’appropriation de l’initiative : il se réalise à toutes les étapes du processus, à travers des ateliers participatifs pour la planification stratégique, l’élaboration d’outils de suivi et évaluation et la formation en cascade, décentralisée, au sein des confessions religieuses. Pour « le téléphone qui sauve », les opérateurs sélectionnés sont formés par les spécialistes de la PCIME.
- La mobilisation des ressources : les 10 confessions religieuses se sont engagées à financer la mise en ouvre de la campagne éducative (formation des animateurs et diffusion des messages), au niveau de leurs lieux de culte/ paroisses respectifs. Le secteur privé s’est engagé à financer l’opérationnalisation du « téléphone qui sauve », soit 10 opérateurs, 24h/24, 7 jours/7 (Warid Congo) et l’impression du matériel éducatif et de formation (Warid Congo, Burotop).
- La collaboration Sud-Sud : le manuel pour « le téléphone qui sauve » a été adapté d’un modèle développé en Algérie, avec l’appui technique de son concepteur.

Progrès et résultats :
Jusqu’à ce jour, l’initiative a successivement réalisé :
- La planification stratégique micro (départementale) et macro (nationale).
- L’élaboration, le test et la production du matériel éducatif et de formation : 200.000 livrets des mamans et 15.000 aide-mémoire, manuels et guides imprimés.
- Le recrutement de 10 opérateurs téléphoniques et leur formation.
- La collecte des données de base avec l’enquête SMART.
- Le lancement officiel de l’initiative (23 décembre 2008).

Prochaines étapes :
Apres la mise en marche du « téléphone qui sauve », en janvier 2009. 
- L’élaboration des outils de suivi et évaluation, à la mi-janvier 2009.
- La formation en cascade pour la campagne éducative, en février 2009
- La diffusion continue des messages éducatifs en mars 2009.

L'etape suivante sera
- Le suivi et l’évaluation de la stratégie de diffusion de l’initiative, de manière interne et continue.
- L’évaluation de l’impact de l’initiative, de manière externe et ponctuelle (mi-parcours, fin).
- La documentation de l’initiative, au cours de l’année 2009.

Les différents supports de formation sur les Gestes qui sauvent

Manuel du formateur

Guide de l'animateur

Livret des mamans

 

 

 

 

 
Search:

 Email this article

unite for children