Real lives

 

Interview

DELEGATION DE L’EDUCATION NATIONALE DU LOGONE OCCIDENTAL

 « Nous saluons  l’initiative de la Fondation de Qatar… mais les défis sont énormes »

Je voudrais avant tout, vous présenter la carte scolaire de la  délégation du Logone Occidental.

Notre région compte quatre départements administratifs. Dans les quatre départements, nous avons 781 écoles primaires, 18.5376 élèves. Le corps enseignant qui anime les écoles dans les quatre départements est estimé à 668 instituteurs formés, contre 2.623  maitres communautaires. Comme vous le constatez, les maitres communautaires représentent les  trois quarts du corps enseignant. C’est une situation qui nous préoccupe au niveau de l’enseignement fondamental.

La majorité de nos écoles sont des écoles communautaires, construites en hangars qui ne résistent pas aux intempéries et aux bêtes. Tous les ans, ces salles de classe sont  renouvelées grâce à l’apport des parents qui fournissent la paille et le bois nécessaires à la construction.

Question : L’UNICEF, à travers la fondation du Qatar assure la construction des salles de classes dans votre région, que pensez-vous être la valeur ajoutée de cette initiative ?

Tout d’abord, nous tenons à saluer cette initiative qui va améliorer les conditions d’apprentissages de nos enfants dans la région. Ici la saison des pluies est précoce. Déjà, dès le mois d’avril, les premières pluies perturbent les cours et dans certains établissements, nous n’arrivons pas à maintenir les enfants sous la pluie. Les enfants abandonnent massivement  l’école à cause de ce facteur. C’est difficile de finir l’année scolaire dans ces conditions. Dieu merci, nous avons en ce moment 24 salles de classes en construction.

Question : Nous constatons que dans la plupart des écoles, les enfants assis sur mottes de terre pour apprendre. Comment expliquer –vous situation ?

C’est une triste réalité que vous évoquez. La plupart de nos enfants apprennent assis à même le sol, d’autres juché sur des  troncs d’arbres, des morceaux de briques ou de cailloux faisant office de mobilier scolaires. A cela s’ajoute également un manque considérable de manuels didactiques pour les élèves et de manuels pédagogiques pour les enfants. Tout en remerciant l’UNICEF et la Fondation du Qatar, je voudrais une fois de plus solliciter un appui dans ce domaine. Je n’oublie pas aussi d’ajouter que la plupart de nos écoles ne disposent pas de latrines et de points d’eau potable. Ce manque constitue aussi un facteur prédisposant a l’abandon de l’école par les enfants et surtout par les filles. Donc, nous saluons l’initiative de la Fondation de Qatar d’assurer la construction des salles de classe dans notre région, mais je dois avouer que les défis sont énormes. Et nous comptons sur l’UNICEF et la Fondation de Qatar pour les relever progressivement.

Question : Quel constat faites-vous de l’évolution des chantiers ?

Dans l’ensemble les travaux avance très bien. J’ai effectué une tournée de tous les chantiers hier avec mon staff techniques. A part quelques problèmes sur le site de Tayé, entre l’entrepreneur et son fournisseur, les travaux dans l’ensemble évoluent assez bien et nous espérons que d’ici la fin du mois de février, tous les ouvrages seront achevés et les élèves pourront se déplacer dans les nouvelles classes construites par l’UNICEF.

Propos recueillis par NGATA SALOMON 

 

 
Search:

 Email this article

unite for children