Eau, hygiène et Assainissement

Bref aperçu

L'Unicef à l'action

Histoire vécue

 

Eau, hygiène et assainissement à l'école

© Unicef Burkina Faso/2005/Huygues-Despointes M.
L'accès à l'eau potable à l'école participe à la promotion de bonnes pratiques d'hygiène pour la santé des enfants

Améliorer le cadre de vie en milieux scolaire primaire et préscolaire

La majorité des écoles du Burkina Faso ne dispose pas d’infrastructures d’eau potable et d’assainissement. L’inexistence d’un environnement adéquat incluant une source d’eau potable et des toilettes appropriées pour les élèves, constitue un obstacle majeur à la fréquentation scolaire notamment pour les filles.

Les statistiques scolaires du Ministère de l’Education de Base et de l’Alphabétisation (MEBA) indiquent que 38 % des écoles primaires disposaient de sources d’eau potable et 54 % de toilettes fonctionnelles en 2003. Les pratiques en matière d’hygiène ne sont guère adéquates. Cette situation a pour conséquences :
- les absences fréquentes des élèves des salles de classes pour cause de maladies d’origine hydrique ;
- l’abandon de l’école par les filles à un certain âge faute de toilettes adéquates.

L’école constitue un milieu d’apprentissage par excellence. A ce titre, elle devra servir de porte d’entrée pour la vulgarisation et l’utilisation des infrastructures d’eau et d’assainissement ainsi que la promotion de changement de comportements en matière d’hygiène en milieux familial et communautaire. Toutefois, les efforts visant à doter les écoles d’ouvrages d’eau potable se heurtent au manque de ressources en eau dans les domaines scolaires qui sont excentrés par rapport au village.

L’UNICEF, à travers le programme Eau et assainissement, contribue à la mise en place d’un «paquet minimum de qualité» d’interventions susceptibles de favoriser la scolarisation des filles et d’améliorer les pratiques d’hygiène et la santé des élèves et des apprenants. Ces interventions sont essentiellement axées sur la construction et la réhabilitation des ouvrages d’eau et d’assainissement tout en assurant des toilettes séparées pour les garçons et les filles, le développement et l’utilisation de méthodes et d’outils participatifs en matière de gestion des ouvrages, d’hygiène ainsi que l’intégration de l’éducation à l’hygiène dans les curricula.

Les actions, au cours des cinq dernières années, ont permis de réaliser 170 forages et de réhabiliter 50 pompes. En plus de celles menées par le gouvernement et les autres partenaires, ces actions ont contribué à réduire la prévalence du ver de guinée de 1956 cas en 2000 à 30 cas en 2005 et à accroître le taux d’accès des écoles satellites à l’eau potable de 39% à 82 %. L’assainissement et l’éducation à l’hygiène ont été renforcés en utilisant les écoles primaires comme porte d’entrée : 139 écoles ont été dotées de latrines VIP avec l’introduction d’activités novatrices à travers la prise en compte du genre, la formation des enseignants et des élèves à l’éducation à l’hygiène, la participation des enfants aux activités de changement de comportement en milieu familial. En plus de ces facilités promues au niveau scolaire, 1130 latrines familiales ont été réalisées.

Ces interventions ont ainsi permis à l’UNICEF de jouer un rôle essentiel de plaidoyer et de coordination dans l’extension des expériences pilotes d’interventions d’eau, d’assainissement et d’hygiène en milieu scolaire au niveau du pays. Les expériences tirées des écoles satellites seront partagées avec les autres partenaires et seront étendues à un plus grand nombre d’écoles primaires dans les zones prioritaires retenues.

 

 

 

 
Recherche:

 Envoyez cet article

unite for children