Histoires vécues

Histoires vécues

 

L'Ecole primaire Colma C dans la ville de Bobo-Dioulasso

Ici à l’Ecole Primaire Colma située dans la ville de Bobo-Dioulasso, deuxième grande ville du Burkina Faso, il existe 6 classes avec un effectif de 1170 élèves. Au début de l’année, la 4eme année (CE2) accueillait plus de 285 enfants. Une solution rapide devait être trouvée. Ainsi, l’école, avec l’aide des cotisations des parents d’élèves, a décidée de construire 3 hangars. Maintenant les élèves sont en moyenne 140 par classe pour un maître.
Le manque d’enseignants est crucial. Il est bien souvent impossible pour eux de gérer un tel nombre d’écoliers. Ils organisent alors des groupes de lecture et d’écriture dans la cour, sous les arbres, à l’abri du soleil, pendant que le maître poursuit ses cours avec d’autres élèves. Un chef de groupe est nommé afin de diriger les activités, mais bien souvent les enfants se trouvent livrés à eux même et perdent leur temps dans des bavardages. En outre, les maîtres manquent de fournitures scolaires tels des manuels, des craies, des bics ou encore des cahiers.
"Nous faisons avec les moyens du bord", déclare Sanon Bakari, le maître des élèves du CM2, "mais les résultats ne sont vraiment fameux".
Normalement les fournitures devraient être payées par les parents mais la plupart sont des cultivateurs ou font du petit commerce. Souvent ils n’ont pas les moyens d’envoyer leurs enfants à l’école ; donc ils n’ont pas de moyens pour subvenir aux besoins des maîtres. De plus l’eau et l’électricité sont aussi à la charge des parents. Ces services n’existent plus car l’école se trouve dans l’impossibilité de payer les factures. Cela met les enfants dans une situation précaire car ils sont prives d’eau durant toute la journée à l’école.
Soixante pour cent des élèves n’ont pas trois repas par jour. C’est le cas de Suliman qui arrive tous les matins avec le ventre creux et qui a régulièrement des malaises aux environs de 11h. 
"Cette année les récoltes ne sont pas bonnes pour mon père et un sac de maïs coûte trop cher" explique- t- il. "Mais moi je veux aller à l’école pour étudier". Il n’y a pas de cantine à l’école et très souvent les enfants passent toute la journée sans manger. "Cette situation peut durer tout au long de l’année" explique Vincent Drabo le directeur de l’école.

Depuis 2003 le nombre des élèves a aussi augmenté à cause du retour massif des rapatriés de la Cote d’Ivoire. Ici à l’école Colma, ils sont 200. Ils vivent dans des conditions très difficiles.
Jean Marie a 13 ans. Il est arrivé à Bobo-Dioulasso en 2003 avec son père. Ils ont quitté leur maison et leur famille pour commencer une nouvelle vie au Burkina. Mais ici ils ne possèdent rien et se sentent comme des étrangers dans leur pays d’origine. "Mon père répare des mobylettes et je ne mange pas assez. Je n’ai pas de fournitures scolaires mais l’école m’a accepté et mes amis les partagent avec moi. Je veux étudier mais ma mère me manque. Je n’ai pas de ses nouvelles depuis deux ans et je voudrais retourner dans mon village près d’Abidjan".

Moussa a traversé la Cote d’Ivoire en 2004 avec sa mère et ses petits frères et sœurs. Il a été traumatisé par la violence dont il a été témoin sur la route : des cadavres sur la route, des soldats pillant des maisons, des enfants soldats tirant sur tout. "A l’école je suis heureux, mais quand je vivais là-bas je mangeais bien et maman travaillait moins. En plus papa ne nous donne pas de nouvelles alors on ne sait pas s’il est mort ou pas. Je veux étudier pour devenir mécanicien mais aujourd’hui j’ai faim et je voudrais que ma famille trouve de quoi se nourrir chaque jour".

En dépit des difficultés, à l’école primaire de Colma, ils ne sont pas découragés. Le directeur a même décidé d’organiser des activités culturelles pour intéresser les enfants aux arts. Cette année, l’école a même remporté le premier prix en ballet traditionnel dans la région de Bobo.
Ici, à l’école primaire de Colma, les maîtres aussi bien que les élèves ont la volonté d’aller à l’école et de faire face aux défis de tous les tous les jours.

 

 
Recherche:

 Envoyez cet article

unite for children